A Merry Merry Christmas !

· Illustration

J’espère que vous passez de très bons moments auprès des gens que vous aimez et que vous allez être bien gâtés et vous régaler autour d’un bon repas de réveillon! Je vous laisse en compagnie d’une petite chanson de circonstance concoctée (vous commencez à les connaître) par mes chers Theo et Adam de Hurts. Un très joyeux Noël à tous ! I hope you are all spending good times with the people you like and that you will be spoiled and will enjoy some great christmas meal! I will leave you with a song made by (you’re getting to know them) my dear Theo and Adam from Hurts. Merry Christmas everyone! (English translation by Charlotte B)

PS: Les cubes lumineux ci-dessus sont l’oeuvre de Piotr Kowalski , exposé au Musée d’art moderne du Centre Pompidou. Tokyobibi porte un top à col claudine orné de strass et perles inspiré de celui-ci. The luminous cubes are an artwork from Piotr Kowalski, at the Modern Art Museum of Centre Pompidou. Tokyobibi is wearing a strass and pearls peter pan collar top, inspired by this one.

HURTS « All I want for Christmas is New year’s Day »

La girafe prend la relève?

· Feel inspired

Deux ans que l’imprimé léopard tient le haut du pavé. Je n’aurais jamais cru adhérer autant à ce motif sauvage: une petite touche de son pelage par ci par là et une tenue s’en trouve plus cool et décontractée. Mais parfois l’animal a besoin de repos à force d’être sollicité par nous toutes et aurait certainement besoin d’une doublure. C’est pourquoi récemment j’ai vu fleurir l’imprimé Girafe, qui m’a l’air d’être son digne successeur. Sur ces photos, pas facile de détecter distinctement le pelage d’une girafe mais c’est bien le cas … ou alors est-ce une girafe qui aurait fricoté avec un léopard? Allons bon! Peu importe l’animal , pourvu qu’on ait l’ivresse.

For two years now, the leopard print has been at the top. I never would have thought I would join in so much on this wild pattern : a small touch of it here and there, and an outfit immediately becomes cooler and more laid back. But sometimes, the animal, being sought out by us all, would need a bit of rest and probably a stand-in. Which is why I recently started noticing the dawn of the giraffe print, which seems to me like it could be a worthy successor. It’s not easy to distinctly spot giraffe print on these pictures, but it is there…or maybe it’s what would happen if a giraffe flirted with a leopard? Ah well! No matter the animal, so long we have the print!  (English translation Bleu Marine)


Crédit photos: Altamira, Copenhagen streetstyle

Certains l’aiment chaud

· Mode, Petites tenues en situation

Enfin trouvé! Le pull torsadé en laine, ras du cou (= non col roulé) manches longues (= non 3/4) et coupe ample (= non moulante) ! Cela faisait en effet pas mal de critères de fille difficile, ce qui expliquait mon retard à trouver le pull tant attendu. Mon désespoir m’a même poussée à faire part de ma recherche vaine du pull torsadé via Twitter. Quelques minutes plus tard, on me répond presque en choeur: « As-tu déjà essayé le pull Marilyn de chez  Gérard Darel? » Guidée par une foi aveugle , je me dirige chez Gérard. D’ailleurs, depuis que Charlotte n’est plus l’égérie de la marque, j’avais déserté cette enseigne qui s’est tournée selon moi vers un classicisme ennuyeux et vieillissant au détriment d’une fraîcheur Gainsbourienne des jours heureux. Et je dois dire que ce qui n’a rien arrangé, ça a été l’accueil des « Gérardettes » qui ont été d’une amabilité inversement proportionnelle à mon envie d’acheter ce pull.

Premier contact: un regard qui vous déshabille de haut en bas accompagné d’un bonjour venant des bas fonds de l’enthousiasme. Je me dirige comme un aimant vers le pull crème Marilyn: « Il ne reste qu’une taille 4, mademoiselle! Désolée! » ( m’accompagnant presque vers la porte de sortie)… Au diable les tailles! Déplié, il m’a l’air tout à fait correct: je pars l’essayer devant le rictus blasé de la Gérardette. ET là! Forcément les cabines que j’adore! Celles sans miroir à l’intérieur mais le miroir dehors, pour partager un tendre moment de complicité avec les vendeuses… C’est à ce moment là que je me demande comment sont taillés ces pulls vu que la taille 4 est à peine large. Je m’inspecte une dizaine fois devant la glace sous le regard (malveillant) de la Gérardette. Et c’est à ce moment-là que j’aimerais bien faire ma Pretty Woman (sans son job sur Hollywood Boulevard, merci ), tourner les talons, déguerpir et revenir plus tard narguer les vendeuses avec les bras chargés de sacs… Mais le hic, c’est que le pull me plaît. Et c’est le dernier. « Je le prends! » Regard sans émotion de la Gérardette. Paiement en caisse. Un « merci « repéré avec un détecteur d’ultrasons, un « au revoir » inaudible. Bilan de l’histoire: Gérard, j’ai été bien faible en prenant malgré tout ce pull Marilyn, symbole du glamour, de la classe et du sourire enjôleur… En gros, le symbole de tout ce que je n’ai pas trouvé dans ta boutique. La prochaine fois… mmm … je ne sais pas s’il y aura une prochaine fois en y réfléchissant bien.

Finally found it! The wooly twisted jumper, short on the neck (= no turtle neck) long sleeves (= no ¾) and a loose up cut (= not tight)! It was indeed a lot of criteria from a picky girl, which might explain my delay in finding this much wanted jumper. My despair also pushed me to post my vain research for the twisted jumper on Twitter. A few minutes later, got an answer « Did you already try the Marilyn jumper from Gérard Darel? » Blinded by faith, I ran to Gérard. By the way, since Charlotte isn’t the front image of the brand anymore, I had deserted this brand that’s become classically old and boring despite the fresh Gainsbourg days from before. And I must say that the welcome from the “Gerard girls” was as bad as I was excited to get the jumper.

First contact: a look that undresses you from top to bottom coupled with the least enthusiastic hello, I move towards the creamy Marilyn jumper like a magnet “we only have one size 4 (=UK 14) left miss, sorry” (almost showing me the door at the same time) … To hell with sizes! Unfolded, it looks totally fine by me: I go to try it on, passing by the smily bored Gérard girl on my way. And boy do I love those fitting rooms! The ones with a mirror not inside but outside, so you can share some tender, intimate moments with the sales assistant… Now I’m wondering how the jumper fits because the size 4 isn’t that large. I am checking myself out it front of the mirror under the (malevolent) look of the Gerard girl. And it’s at those kinds of moments I wish I could be “Pretty Woman” (but without her job on Hollywood bd. Thanks), leaving the place and coming back later with my arms full of bags… But the problem is that I like the jumper. And this is the last one.”I’ll take it!” Dead look from the Gérard girl. Payment at the till. Some « thank you  » detected with an ultrasound machine, an inaudible « goodbye ». Result of this story: Gérard, I was weak in taking this Marilyn jumper, a glamorous symbol of class and a jolly smile… In fact, a symbol of everything I didn’t find in the shop. Next time… hum, I don’t think there will be a next time thinking about it. (English translation by Charlotte B)

Pull / Jumper « Marilyn » Gérard darel
Sac/ bag ASOS
Chapeau / hat Uniqlo
Jupe culotte/ Culottes Sugarhill boutique
Compensés/ Wedges See by Chloé

Page 345 sur 482