Le château du Rivau

· Food, Mode, Voyage

Depuis 2 ans, mon amie Candice et moi avons instauré un rituel culturel et fun que nous avons nommé #CandiceTKBBMarathonDesMusées. Plusieurs fois par an, nous nous réservons un jour entier pour parcourir Paris et découvrir les dernières expos.

Nous combinons ainsi le plaisir de passer une journée ensemble, de nourrir notre esprit de belles oeuvres d’art mais aussi de trouver des spots gourmands pour se poser entre deux musées (Gourmandise toujours !). Le tout premier marathon avait d’ailleurs été raconté ici en dessins, vous vous souvenez ?

La semaine dernière, il a migré à Léméré en Touraine puisque nous avons été invitées à passer une journée au Château du Rivau et ses jardins de conte de fées.

« Old woman shoe  » de Amy O’ Neill

Rencontre avec la population locale…

Caroline, la propriétaire, nous a même gâtées en nous proposant de passer au préalable une nuit de princesse dans l’une de ses chambres habituellement destinées aux mariages et événements privés.

Rosa gallica, une des plus anciennes roses de France

Situé en Val de loire, près de Chinon, nous avons donc pris le TGV (environ 1h30) pour nous y rendre. Je n’ai pas voulu lire trop de choses au sujet du château pour me faire un avis le plus objectif possible et j’ai bien fait !

En effet, ce Château du Rivau révèle bien des surprises. Il combine à lui seul un véritable marathon des musées pluridisciplinaire englobant Histoire, botanique en passant par l’art contemporain sans oublier les papilles. Tout est pensé dans le détail, mis en scène avec soin et c’est cela que j’ai apprécié lors de notre visite.

 

Le château et ses écuries royales

Il était une fois le Château du Rivau, forteresse médiévale datant du XVe siècle. Pour la petite anecdote historique, Jeanne d’Arc y a un fait une courte halte afin de chercher des chevaux de compèt’ qui l’aideront ainsi à combattre les Anglais à Orléans en 1429.

A l’intérieur, se mélangent des meubles gothiques et renaissance ainsi que des oeuvres contemporaines. Lors de notre passage, l’Exposition « Fantôme et apparitions » hantait les lieux.

« Totems protecteurs » de Alexandre Joly

« Peter » de Hervé le Nost

« Blanc Manger » de Magali Vaillant

La mystérieuse installation « Blanc manger » de Magali Vaillant trônait au milieu d’une grande salle aux fauteuils baroques et têtes de cerfs murales, comme pour témoigner d’un vestige de festin Moyen-âgeux (nourriture décomposée et odeur de moisissure en moins !).

Cette dualité ancien-moderne est habilement orchestrée, rendant la visite très agréable et moins lassante qu’une visite habituelle de château.

« Prière » d’Armelle Blary

« Curly ghost clown » de Marnie Weber

« Debout » de Pierre Ardouvin

Dans les anciennes écuries royales, j’ai beaucoup apprécié les vidéos et animations projetées aux murs retraçant les exploits équestres de François 1er et mettant à l’honneur des chevaux légendaires comme Pégase ou Bucéphale. Quand l’histoire et les mythes se veulent 2.0 !

 

Les jardins de Conte de fées

La beauté de ce château réside également dans ses jardins, que nous avons explorés durant une bonne matinée.

Rose « Yellow fleurette »

Pas étonnant qu’il soit classé dans les jardins remarquables par le Ministère de la culture ! En plus d’être remarquable visuellement, il l’est aussi olfactivement puisqu’il renferme plus de 450 espèces de roses odorantes. Amis de la botanique, vos yeux et nos nez risquent d’apprécier !

« La forêt qui court » de Basserode

Amatrices d’oeuvres contemporaines, Candice et moi nous sommes régalées à détailler les installations et pièces maîtresses disséminées ça et là. L’étonnant verre de saké géant recueillant l’eau de pluie et dévoilant une image coquine en son fond (révélée, petits curieux, dans ma vidéo Snapchat ici)

« Après la pluie » de Nicole Tran Ban Vang

… les 2 immenses bottes de sept lieues censées souligner les dérives de la société de consommation : en effet, à qui pourraient servir deux bottes en caoutchouc de 3m de haut ? (…toutes deux pour pied gauche en plus !?)… Un géant peu gâté par la génétique sans doute.

« Invendus-bottes » de Lilian Bourgeat

La thématique des contes de fée est bien respectée : Une chevelure de Raiponce accrochée à une tour, 7 nains se cachant dans la forêt, un labyrinthe d’Alice…

Le labyrinthe d’Alice

L’intérêt de ce château est le double sens d’interprétation : les enfants y verront davantage le côté « Disneyland » de la chose, les adultes trouveront des significations plus spirituelles, artistiques et culturelles. De notre côté, on a profité des deux !

 

La table des fées

Comme notre gourmandise n’est plus à démontrer, quelle bonne surprise que de découvrir un restaurant au sein de cette forteresse médiévale enchantée.

Caroline nous explique que tous les produits sont issus du potager du château ou d’agriculteurs voisins (sauf le parmesan… rendons à César ce qui est à César !).

La cueillette des framboises !

Soupe froide concombre menthe (du jardin !)

Belle initiative locavore qui montre encore une fois le souci de qualité des Châtelains, mettant un point d’honneur à tout préparer « maison ». Nous avons donc goûté à de délicieuses salades bien copieuses et peu onéreuses (environ 10€ chacune).

Salade de Touraine et ses petits « rillons »

Crème à la lavande

Coup de coeur pour le dessert avec cette crème maison délicatement parfumée à la lavande : on dirait le suuuuuuud !

 

Et ils vécurent heureux…

J’ai conscience du caractère très privilégié de la visite grâce à mon blog mais en toute sincérité, je conseillerais ce château à tout le monde sans exception, puisqu’il peut intéresser l’amateur d’histoire, le fan d’art contemporain, l’ami des jardins et les enfants (petits ou grands) curieux et/ou rêveurs.

Et si en plus, ses délices culinaires peuvent séduire le Gargantua qui sommeille en nous, que demander de plus ?

Prévoir en tous cas, une journée entière de visite si vous êtes du genre à inspecter le moindre détail. Je pense que vous ne serez pas déçus… Ou alors, cela veut dire qu’on vous a jeté un mauvais sort !

PS: Un grand merci à « Princesse » Caroline, pour son accueil, ses explications passionnées et sa gentillesse. Cela a permis à ma « Babe » et moi de découvrir, mieux que le Saint graal, ce petit joyau médiéval.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Ma Tenue

Robe Clo&Se by Monshowroom (soldée -40%) (déjà vue ici)
Ballerines Isabel Marant (déjà vues ici)

Rouge à lèvre « Place Vendôme 364 » Color Riche L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris

9 commentaires

  1. Répondre

    Barbatrucs

    Ce qui me tente le plus dans ce château ce sont les oeuvres contemporaines qui s’intègrent tellement bien dans le paysage. Merci pour ce compte rendu, tu me donnes très envie d’y aller.

  2. Répondre

    Petite and So What

    Super sympa cette balade virtuelle au Château de Rivau.
    Ta robe est super jolie!!! <3
    Bises, belle journée et bon week-end

    Julie, Petite and So What?

  3. Répondre

    Tokyobanhbao

    Merci !

  4. Répondre

    T.

    That sounds like a great ritual ! And such beautiful pictures!

  5. Répondre

    Nana

    C’est magnifique! Ce post m’a fait rêver; je pense l’un de tes plus beaux que tu aies écrit! Moi qui adore les châteaux et les jardins je suis tentée d’y aller

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      carrément ? haha merci beaucoup ! et en vrai c’est encore mieux donc je te souhaite de le visiter 😉

  6. Répondre

    Doumé

    Trop beau
    Un endroit magnifique et comme d’habitude cela donne envie.

Laissez un commentaire

* Ces champs sont obligatoires Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.