Shiretoko

· Food, Illustration, Voyage

Avant dernière étape de notre voyage hivernal au Japon… Petit à petit on approche de la fin, quelle émotion ! D’autant plus qu’il y a 1 an presque jour pour jour, je me trouvais encore à l’endroit que je vais vous décrire aujourd’hui !

Après nos 2 jours à Abashiri, nous voilà en direction de la péninsule de Shiretoko au Nord-Est de Hokkaido, « là où se termine la Terre » (=ce que veut littéralement dire Shiretoko).

Cette partie du Japon est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO avec ses 5 lacs et ce grand espace naturel réputé pour être resté sauvage et préservé. Un de mes coups de coeur du voyage, tant par l’atmosphère que par les paysages… qui ont -paraît-il- encore une autre saveur en période estivale (une autre fois peut-être !). Pour l’heure, voici quelques souvenirs enneigés de Shiretoko…

 

À bord du Ryuhyo Monogatari train

Le train qui relie Abashiri à Shiretoko s’appelle le Ryuhyo Monogatari train et longe la mer Okhotsk pendant environ 1h de trajet. À travers la fenêtre, on peut admirer l’immensité de la mer et ses blocs de glace flottants, comme on a pu le faire à Abashiri.

Vous pouvez aussi choisir de vous déplacer quelques instants à l’avant du train pour voir la scène en panoramique derrière la grande vitre (comme j’ai pu la filmer dans ma Story « Shiretoko » sur Instagram).

A mi-parcours, un arrêt de 10mn se fait à la petite gare de Kitahama pour prendre des photos, admirer le panorama du haut d’un observatoire.

Le plafond et les murs de la gare sont complètement recouverts de papiers/ tickets souvenirs : Les touristes veulent visiblement laisser une trace de leur passage ici ! (ambiance un peu flippante façon « Un homme d’exception » non?).

Dans tous les cas, profitez bien du paysage vu que l’heure de voyage passe très vite !

 

La pension Kifu club

Arrivés à la gare de Shiretoko, nous avons ensuite pris un bus pour accéder à la petite ville de Utoro. Nous avons passé deux nuits très agréables dans cette pension de famille « Kifu club » confortable et pleine de charme, à la manière d’un petit chalet à la japonaise.

À peine les bagages déposés, la famille propriétaire de cet hôtel nous propose de nous relaxer dans le onsen extérieur… on ne se fait pas prier ! C’est d’ailleurs à partir de ce jour que j’ai commencé à tousser comme un boeuf de Kobe et pendant près de deux mois ensuite… Ça m’apprendra à sortir les fesses à l’air par -10 degrés pour plonger dans une eau à 40.

Je ne regrette pourtant pas ces délicieux moments relaxants de choc thermique et de cocooning dans le salon de l’hôtel.

Pendant tout le séjour à Shiretoko, j’ai eu l’impression de partir en vacances dans une station de ski mais avec le petit twist japonais qui va bien.

Une fondue oui, mais pas n’importe laquelle !

Elle consistait à tremper des aliments dans la pâte à tempura (beignet japonais) et les faire frire dans une marmite d’huile bouillante. Oh la bonne idée !

En ce qui concerne le petit déjeuner, voici ce qui nous attendait : poisson grillé, salade, pickles… avec un seul met sucré = le fromage blanc et sa confiture de myrtilles que vous pouvez discerner sur les bords de la photo. Il me semble que l’on peut choisir à la place le petit déjeuner à l’occidentale, si vous n’êtes pas d’humeur « poissonnière » de bon matin.

Pour ma part, manger salé dès le réveil ne m’a posé aucun souci… d’autant plus lorsque c’est délicieux.

 

La ville de Utoro

Cette petite ville de Shiretoko ne déborde pas de vie mais elle est le point de départ de pas mal d’excursions.

Nous en avons d’ailleurs profité pour nous renseigner au centre d’informations de la ville (j’y ai aussi acheté ce tee-shirt que vous me voyez porter ici). C’est là-bas que l’on a réservé notre journée randonnée en raquettes et notre soirée au festival de nuit, que vous allez découvrir par la suite.

Une petite balade à pied autour de notre « chalet » nous a fait découvrir ce rocher nommé « Godzilla rock » de par sa forme caractéristique. Également, en bord de route, une jolie vue sur la mer gelée et une cascade d’eau (très) fraîche.

 

Une balade en raquettes

Des vacances aux sports d’hiver ne sont pas complètes sans une petite activité sportive n’est ce pas ? Nous avons choisi de faire une excursion en raquettes avec un groupe de japonais et Ken, notre sympathique guide amoureux de la nature.

Je n’ai pas pris beaucoup de photos durant cette balade car nous marchions à travers la forêt avec la neige qui nous fouettait le visage mais j’en garde un excellent souvenir.

Les explications de Ken au sujet des animaux, les traces de pas des renards, les griffures d’ours sur les troncs… et notre rencontre privilégiée avec un joli Bambi m’ont passionnée.

Cette ambiance un peu étrange à la manière du film « The revenant » était peu rassurante mais séduisante à la fois. Difficile en tous cas de s’imaginer qu’en été tout est fleuri et verdoyant !

 

Shiretoko Ryuhyo festival

Le centre d’informations de Utoro nous a également parlé d’un festival de la neige qui se déroulait tous les soirs de Février, avec chocolat chaud, petits igloos d’appoint.

Pas la peine de nous en dire plus, le soir venu nous y étions ! Ici encore, l’ambiance « vacances à la neige » était plus que présente… un bar au milieu des stalactites ( stalacmites ? Je ne sais jamais !), des hamacs, des lumières scintillantes… l’ambiance y était vraiment insolite et très sympathique. Constatez par vous même !

 

Adresses gourmandes à Shiretoko

Et pour finir ce chapitre « Mako à la neige » (=ma libre interprétation exotique de « Martine à la neige »), voici deux restaurants que l’on a pu tester lors de notre séjour à Utoro, Shiretoko.

 

BON’S HOME (

Ce premier restaurant Bon’s home (qui dispose aussi de chambres apparemment) fut un vrai coup de cœur puisqu’il propose des plats de tartiflette à la japonaise à base de pommes de terre et de fromage de Hokkaido : un vrai délice ! Les patates sont fondantes, fermes et sucrées et se mêlent parfaitement à l’onctuosité du fromage.

Le dessert à base de pomme de terre (potato cake) était également savoureux.

 

KUMANOYA (187-11 Utoronishi, Shari-cho, Shari-gun 099-4354 Hokkaido)

Ce 2ème restaurant découvert à Utoro se situe en face du Shiretoko World Heritage center, de l’autre côté de la route. Nous y avons dégusté une bonne soupe de nouilles ainsi qu’un bol de chirashi au saumon et œufs de saumon : classique mais bon !

Nous en avons terminé avec l’avant dernière étape de ce voyage inoubliable au Japon : la prochaine fois, nous redescendrons un peu pour atteindre Kushiro ! À bientôt !

12 commentaires

  1. Répondre

    Aude

    Toujours aussi fan de ton voyage hivernal! L’ambiance de l’hôtel, tes découvertes culinaires me font rêver une fois de plus. Tes dessins sont toujours aussi sublimes. Et puis tu tiens quelque chose avec Martine version nippone

  2. Répondre

    Louise

    J’aime toujours autant tes articles voyages et en particulier ceux sur le japon, j’aime regarder chaque détails et oh mon dieu que les japonais aiment les détails quand j’observe le joli cornet de glace je me dis vraiment que c’est le pays des petits détails et c’est tellement beau. Peux tu m’indiquer si tu as sentis une sensibilité au bio au japon ? Je sais que leur alimentation tourne beaucoup autour de l’équilibre, du sain etc mais pas forcément du bio non ? Au niveau de la restauration est-ce cher en matière de plat ?

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      Ouiii ! Le sens du détail c’est vraiment ce que j’adore au Japon! J’adore les gens qui mettent du coeur à ce qu’ils font et là bas je suis servie !

      En ce qui concerne le bio je n’ai pas du tout ressenti un intérêt de leur part à ça (mais ça a peut être changé depuis) : il y a assez peu de fruits et légumes dans les supermarchés paradoxalement et cela coûte assez cher.

      Niveau conscience écologique, on n’est pas vraiment t au point non plus là bas : même si tout est très propre, tout est sur-emballé( une banane est dans un plastique ! Ou même un spray pour la gorge est dans un plastique dans une boîte : l’angoisse !)

      Je déplore vraiment cela au Japon…

      Sinon pour les restos, tout dépend ce que tu souhaites manger mais les plats du quotidien ne sont pas très chers !(les bentos, soupes etc) sinon ça peut grimper haut si tu vas dans un bon resto de sushi ou izakaya etc mais je trouve que ça reste moins cher qu’en france en général.

  3. Répondre

    Cathie

    Bonjour,
    Merci pour tous ces reportages (et tes sublimes carnets de voyage, à relier et à publier) dans un Japon plus confidentiel mais où l’on retrouve toujours quelque chose d’indéfinissable qui nous montre que nous ne sommes pas dans les Pyrénées. J’adore regarder ces paysages de neige bien au chaud derrière mon écran, il me semble que j’aurais été désespérée dans la réalité… Le Festival Shiretoko a l’air complètement envoûtant ! Clin d’œil à la tartiflette japonaise ! C’est un peu réducteur de m’attarder sur les vêtements que tu portes mais je trouve qu’ils te rendent tellement belle et gracieuse.
    Bonne semaine,
    Cathie

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      Ah je suis contente d’avoir ton ressenti : c’est très bizarre mais même avec ce paysage enneigé et glacial, je m’y sentais incroyablement bien. L’effet Japon sans doute!

      Merci en tous cas pour tes jolis mots (et je suis ravie d’être élégante dans le « pyjama » de l’hôtel !) merci à toi !;-)

  4. Répondre

    Cassandre

    Un très bel article comme toujours.
    Et comme moyen mnémotechnique…une stalactite ça tombe (T), une stalagmite ça monte (M) . 🙂

  5. Répondre

    syssi

    coucou,
    voici une petite astuce mnémotechnique : les stalacTites ça Tombe du plafond et les stalacMites ça Monte du sol.
    c’est cadeau 😉

  6. Répondre

    Musme

    Merci pour ce très bel article qui fait découvrir un autre aspect du Japon, hors des sentiers battus. Il y a tout ce que j’aime : le Japon et des trains. J’avais froid en regardant tes photos. Toute cette neige. La ballade en raquettes doit être exceptionnelle et est vraiment originale. J’attends la suite avec impatience.
    Bon dimanche.

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      Oui les trains au japn c’est un vrai culte ^^ : Ce japon plus proche de la nature me plaît énormément ! et ravie qu’il te plaise aussi !

Laissez un commentaire

* Ces champs sont obligatoires Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.