#ViveParis !

· Mode, Petites tenues en situation

Sonia by Sonia Rykiel m’a récemment demandé de dévoiler les coins de Paris que j’affectionne le plus.

En effet, pour sa prochaine pré-collection hiver, la marque parisienne a réalisé une vidéo intitulée #ViveParis, nous plongeant le temps d’une journée aux côtés de deux parisiennes à Paris : jouer la touriste dans sa propre ville, voilà l’idée !

Sonia by Sonia Rykiel recently asked me to reveal my most favoured part of Paris.

As part of it’s forecoming pre-winter collection, the parisian label produced a video called #ViveParis (=’hurray Paris’) depicting a day in the life of two parisian women: the idea is to play the tourist in your own city!

J’ai beaucoup aimé le ton de la vidéo, très frais et spontané, comme il est d’usage dans les codes de la Maison, mettant en valeur une féminité toujours enjouée et espiègle. Après avoir visionné cette vidéo « so fresh », la tâche se révélait être difficile.

I really loved the tone of the video, which is very fresh and spontaneous, typical of the brand codes of fashion, bringing a fun and playful feminity to the surface. After checking out this really « fresh » video, my task didn’t feel any easier.

Bien évidemment, j’aime Paris et ce, pour de multiples raisons mais ne sélectionner que quelques aspects chers à mon coeur ne fut pas chose aisée ! J’ai décidé de choisir 3 de mes endroits préférés, très proches géographiquement parlant : Palais Royal, le Jardin des Tuileries et évidemment… le quartier de l’Opéra !

It goes without saying that I love Paris and so for multiple reasons but having to select only a few aspects close to my heart was not a doddle! I decided to choose 3 of my favourite haunts, all close to each other on the map: Palais Royal, the Jardin des Tuileries and obviously …the Opera district!

Lorsque je m’y balade, j’ai vraiment l’impression d’être en vacances : d’une part, parce que je me noie facilement dans le flot de touristes (rajoutez-moi un appareil photo au bras : illusion totale)…

… et d’autre part, parce que j’aime rêvasser ou lire, bien calée dans ces fameuses chaises vertes, j’adore déambuler au frais sous les arbres du jardin du Palais Royal et je ne manque pas une occasion de découvrir le Paris nippon dans le quartier japonais près de l’Opéra.

When I ever stroll there, I always feel like I’m on holiday: because I don’t feel out of place in a sea of tourists (especially when I’m carrying my digital camera: total illusion)…

… and also, because I can’t get enough of day dreaming or reading while lounging on those famous green chairs, I adore loosing myself under the trees of the Palais Royal and I never miss out on rediscovering the Japanese part of Paris close to Opera.

Pochette / clutch Sonia by Sonia Rykiel  bientôt dispo sur le E-shop Sonia By Sonia Rykiel

Je me sens chez moi et ailleurs à la fois : c’est ça la magie de Paris… Vive Paris ! I feel at home but also elsewhere; that is the magic of Paris….Vive Paris! (English translation by Isa)


Paris-Brooklyn

· Mode, Petites tenues en situation

Voici une tenue sensiblement similaire à celle que vous aviez vue ici. On part d’une même base (trench, baskets, sac) et on change un peu le reste (superposition de sweatshirt et chemise en jean).

J’ai transformé le sac en enlevant sa bandoulière. Il devient ainsi pochette… pratique, non ? Ce style un peu masculin, j’y reviens régulièrement et c’est celui dans lequel je me sens le mieux. Pourquoi m’en priver ?

This outfit is rather similar to the one you saw here. The basics are the same (trench, sneakers, bag), and you just change the other elements (jean shirt and sweater layers).

I transformed the bag by getting rid of the shoulder strap: it becomes a clutch…pretty convenient, what do you think? This is a rather masculine look, one I regularly come back to, and the one I feel most comfortable in. And if that’s the case, why should I refrain? (English translation by Bleu Marine)

Trench Pablo Gérard Darel (déjà vu ici)
Chemise en jean / denim shirt New Look
Sweatshirt BWGH
Pantalon / pants Acne Studios
Montre / watch Casio
Pochette / clutch Clio Goldbrenner (déjà vue ici)
Rouge à lèvres / Lipstick L’absolu Velours « Velours de Grenade » Lancôme
Sneakers Arthur Ashe Le Coq Sportif


Ma rencontre avec Jirō Taniguchi

· Illustration, Mode, Petites tenues en situation

(ENGLISH VERSION HERE)

Je ne pourrai jamais remercier assez mon blog (et vous, par la même occasion) de me permettre de vivre des moments humains d’exception (ici, ici ou ). Mardi dernier, j’ai eu l’immense honneur d’être conviée par la maison Louis Vuitton à une rencontre privilégiée avec Jirō Taniguchi, le célèbre auteur de manga.

Lorsque j’ai appris cela, vous ne pouvez imaginer dans quel état d’ impatience/appréhension/fébrilité/excitation j’étais, sachant que je suis fan de son talent depuis si longtemps (ici et ici par exemple).

Lieu de rendez-vous : le Cabinet d’écriture Louis Vuitton au 6 place Saint Germain des Près, endroit totalement approprié puisque dédié à l’amour des lettres et de la belle papeterie. L’atmosphère est propice à la confidence, un éclairage presque à la bougie.

Ici sont vendus les « Travel books Vuitton », carnets de voyage illustrés par une multitude d’artistes talentueux (Lorenzo Mattoti pour le Vietnam, Philippe Delhomme pour New-York et Jiro Taniguchi pour Venise… entre autres), les « City guides » Louis Vuitton, de précieux stylos plume, des encres aux pigments uniques.

En attendant « maître » Jirō, j’ai pu admirer la finesse des détails d’une planche originale de l’artiste exposée en vitrine. L’ « Eye Candy » par excellence.

Puis monsieur Taniguchi arrive, accompagné de sa traductrice. Tellement simple, habillé d’une chemise, tee shirt et baskets à la manière d’un touriste japonais à Paris, mais tellement impressionnant à la fois. Une humilité imposant le respect. Il prend place à sa table, d’où il dédicacera pendant près de 2h30.

J’ai la chance de le rencontrer en premier. Nous nous saluons, aussi hésitants l’un que l’autre. Je veux savourer cet instant béni.

Pour essayer de briser la glace, le coeur battant, je lui offre un petit dessin que j’ai fait pour lui : il sourit, me dit qu’il aime beaucoup et qu’il paraît plus jeune dessus ! Je lui réponds que comme dans ses livres, il a l’habitude de décrire des flashbacks et autres nostalgies du passé, je me devais de le dessiner un peu plus jeune ! Il sourit.

Nous nous installons et l’interview commence.

TKBB: Bonjour monsieur Taniguchi, je suis extrêmement heureuse de vous rencontrer, vous ne pouvez imaginer !…Pouvez-vous me dire pourquoi vous avez choisi Venise pour ce travel book Vuitton ?

JIRŌ TANIGUCHI : Au départ on m’a laissé le choix entre Paris et Venise. J’avais une préférence pour Paris mais j’ai dit que Venise me plairait énormément aussi. Il s’est trouvé que Paris a été attribué à quelqu’un d’autre (ndlr: Cheri Samba), j’ai donc travaillé sur Venise.

TKBB : Comment s’est passé le voyage à Venise ? Combien de temps êtes-vous resté ? Étiez-vous seul ou accompagné ?

JIRŌ TANIGUCHI: J’y étais avec ma femme, ma traductrice et une guide japonaise dont le mari est vénitien et qui habite Venise. Nous y avons séjourné pendant une dizaine de jours. On visitait un peu au hasard au gré de ce que la guide nous proposait, je souhaitais découvrir des endroits autres que ceux traditionnellement visités par les touristes.

TKBB :  Justement, qu’avez-vous observé d’insolite à Venise ?

JIRŌ TANIGUCHI : un moment qui est dans le livre justement ! Lorsqu’ un énorme paquebot passe sur le grand canal et semble se dresser comme un immeuble plus gros que toutes les habitations vénitiennes, c’était impressionnant !

TKBB : Comment s’est faite l’élaboration du livre ? Avez-vous tout dessiné sur place ?

JIRŌ TANIGUCHI : Non j’ai pris énormément de photos et j’ai tout redessiné à Tokyo.

TKBB : Votre épouse ne pouvait donc pas en profiter pour faire du shopping à Venise pendant que vous dessiniez alors !

JIRŌ TANIGUCHI : (rires) non !

TKBB : D’ailleurs, qu’écoutiez vous comme musique lorsque vous dessiniez pour ce livre ?

JIRŌ TANIGUCHI : J’écoutais beaucoup la radio et des musiques de film.

TKBB : Et quelle musique conseilleriez-vous pour le lire, comme ambiance de fond ? J’ai entendu dire que vous aimiez beaucoup le groupe français Air.

JIRŌ TANIGUCHI : oui c’est vrai j’aime beaucoup. Je conseillerais de lire ce travel book en écoutant de la techno… haha non, je plaisante, je conseillerais plutôt les chansons de Brian Eno.

TKBB : J’ai lu dans une interview que si vous deviez  choisir avec qui être coincé dans un ascenseur, ce serait avec votre femme. Que si vous deviez emporter quelque chose ou quelqu’un sur une île déserte, ce serait aussi votre femme (Oh quel romantique ce Jiro! hehe). Justement, si vous deviez la surprendre par un voyage ou une destination surprise (autre que Venise), où pensez-vous qu’elle aimerait aller ?

JIRŌ TANIGUCHI : Elle préfère rester chez elle… donc je dirais à la maison !

TKBB : Ha ! ha!  au moins ça ne coûte pas cher de la satisfaire !

JIRŌ TANIGUCHI : (rires) non en effet.

TKBB : J’ai également énormément aimé « le Gourmet solitaire », manga par lequel je vous ai connu, justement. Si ce gourmet solitaire devait errer dans Venise, quel plat choisirait-il de tester ?

JIRŌ TANIGUCHI : mmm… je pense à des spaghettis à la Bolognaise.

TKBB : … sinon, lors de mon récent voyage au Japon, j’ai pu me rendre compte de la fascination des japonais pour la France: qu’enviez vous aux occidentaux?

JIRŌ TANIGUCHI : je crois que je leur envie leur visage, les traits de leur visage. (ndlr : hehe! L’éternel fantasme de « l’herbe est plus verte ailleurs »)

TKBB : et pour finir, si vous deviez dessiner un autre travel book, quelle destination serait-ce (Paris hors compétition donc)?

JIRŌ TANIGUCHI : je ne sais pas où exactement mais un endroit où il y aurait beaucoup de verdure, beaucoup d’espace, de la nature, loin de la ville.

TKBB : merci beaucoup d’avoir répondu à mes questions monsieur Taniguchi, arigatō gozaimasu !

JIRŌ TANIGUCHI : Arigatō gozaimasu !

Pendant qu’il répondait aux questions, il a pris soin de me dédicacer mon exemplaire que je pense admirer chaque jour (je vais même dormir avec ce soir tiens). Ensuite, une photo pour immortaliser cette rencontre… Quelle émotion !

Rencontrer un artiste que l’on admire a toujours une saveur spéciale. Quelqu’un que l’on pensait inaccessible se rapproche de nous le temps d’un rendez-vous… C’est un peu comme lorsque l’on feuillette un livre de voyage finalement : Une destination lointaine nous paraît plus familière. Alors…lorsque les deux sont intimement liés, que peut-on rêver de plus?

(ENGLISH VERSION HERE)

TRAVEL BOOK VENISE
by JIRŌ TANIGUCHI
(Ed. LOUIS VUITTON)

Cuir & Cobalt

· Mode, Petites tenues en situation

Ah ! Qu’est ce que ça m’arrange de mixer le style sporty avec une tenue plus citadine ! Porter des baskets à toutes les sauces, c’est vraiment le pied. J’ai ressorti ma veste bleu électrique de cet hiver pour la porter de manière plus printanière. C’est vraiment la silhouette facile à vivre par excellence.

Bon, version hiver ou version printemps, une préférence ?

Ah! How convenient is it for me to mix a sporty style with a more high street look! Wearing trainers for every occasion is the bomb. I dug up my electric blue jacket from this winter to rock it spring style. This look is so easy to achieve.

So, winter style or spring remix, which do you prefer? (English translation by Isa)

 

Blazer Cédric Charlier x La Redoute
Tee shirt Paul & Joe Sister pour La Redoute
Jupe cuir / leather skirt Soft Grey
Collants / tights Luxe 9 Caramel Wolford
Montre / watch Casio
Rouge à lèvres / Lipstick L’absolu Velours « Velours de Grenade » Lancôme
Pochette / clutch Aquvii (Japan) (déjà vue ici)
Sneakers Arthur Ashe Le Coq Sportif (déjà vus ici)

Page 20 sur 270