Précieux Takara

· Food

C’est le retour du billet resto! Je sais que ça se fait un peu plus rare ici mais c’est difficile de révéler une adresse convaincante régulièrement donc aujourd’hui j’en tiens une et je vous y invite avec moi! Allons tout droit chez TAKARA (qui signifie « trésor » en japonais…prometteur!), le plus ancien restaurant japonais de Paris puisqu’il a été créé en 1958: à l’époque on était loin de la grande vague japonisante qui envahit à présent tous les coins de rue, donc rien que pour ça , il fallait tester! L’enseigne est assez discrète dans la rue Molière. Lorsque nous entrons, un décor traditionnel nous attend, estampes sur les murs,  filles vêtues de kimono en renfort.

It’s the return of the restaurant post! I know they’re getting a bit rare on this blog, but it’s hard to regularly discover a convincing address. I’ve got one today, and I’m inviting you to come with me! Let’s go straight to TAKARA’s (which means “treasure” in Japanese…how promising!), the oldest Japanese restaurant in Paris, created in 1958: at the time, we were miles away from the actual huge wave of Japanese restaurants invasion, so if only for that reason, we had to go try it out! The sign is pretty discreet in the Rue Molière. Upon entering, we’re greeted by a traditional décor, Japanese prints on the walls, and girls in kimonos.


Nous allons nous asseoir un peu plus loin du comptoir, autour d’une grande table rectangulaire et, plus rapide que l’éclair, vous prenez l’option banquette en bois, surmontée de petits coussins moelleux : vous m’avez prise de vitesse, je me contente de la chaise  en face de vous, raaaa! La spécialité de la maison est le Sukiyaki, autrement dit la fondue japonaise à base de fines tranches de boeuf et de légumes. Ce ne sera pas pour cette fois-ci puisque c’est un plat à prendre à 2 et que vous ne semblez pas convaincue à le choisir (Qui est le facteur limitant aujourd’hui…je vous le demande?). Tant pis, ce sera pour une autre fois! De votre côté , vous optez pour l’effet « surprise » en choisissant la « Bento Box » du chef . La composition n’est pas révélée sur le menu donc c’est à vos risques et périls: disons que vous avez intérêt à tout aimer pour vous lancer dans cette grande aventure: je souligne donc votre courage. Chaque menu est accompagné d’un hors d’oeuvre et d’une petite salade composée à l’huile de sésame. Le thé vert (important à souligner) est aussi inclus dans le menu. Les serveuses se feront donc un plaisir de vous resservir autant de fois que vous le souhaitez, jusqu’à plus soif (et jusqu’à vessie pleine).

We go and sit down a bit farther from the counter, around a big rectangular table, and faster than lightning, you take place on the wooden bench with those very comfy looking little cushions: you were too fast for me; I’ll have to settle for the chair in front of you, raaaa! The house specialty is the Sukiyaki, a Japanese fondue with thin slices of beef and veggies. It won’t be for tonight, since it’s a two person dish that you don’t seem to be all so sure about (Who’s the limiting factor of the day please?). Too bad, some other time then! On your side, you opt for the “surprise” effect, by choosing the chef’s Bento Box. There’s no indication at all regarding its composition in the menu, so it’s at your own risk: let’s just say that you better not be picky about your food at all when you embark in this great adventure: I note your courage. Each menu comes with a hors d’oeuvre and a small salad with sesame oil. The green tea is also included in the menu. The waitresses will come and give you a refill as often as you wish, until your thirst is quenched (or your bladder is full).


Roulement de tambour, retenons notre souffle, votre bento box surprise arrive! Nous avons donc là du poisson grillé , des petits légumes, un compartiment pour le dessert (tarte sablée au thé vert et haricot rouge) et et… une langue de boeuf en sauce ! Le plat glamour par excellence mais vous restez digne et OUI! vous mangerez tout comme une grande! Dans un élan de générosité , vous me faites goûter un morceau de langue de boeuf (je n’en attendais pas tant) et à vrai dire, le goût est assez bon pour quelque chose que je n’affectionne pas d’habitude. La sauce se marie astucieusement avec, ce qui diminue la force de son goût habituel. Plutôt convaincant. Le tout accompagné d’un bol de riz et d’une  petite soupe de nouilles.

Let the drums roll, catch your breath, your surprise bento box arrives! So, we have grilled fish, small vegetables, a compartment for dessert (a green tea and red bean shortbread) and and …. A beef tongue with accompanying sauce! The most glamorous dish ever, but you stay very dignified, and YES! You eat it all like the big girl you are! In an outburst of generosity you let me taste a piece of the beef tongue (I wasn’t expecting so much) and, actually, the taste is pretty good for something that I don’t usually like all that much. The sauce comes together nicely with it, and tones down the usual strong taste. Pretty convincing. The whole comes with a bowl of rice and a noodle soup.


De mon côté, j’ai choisi la sécurité avec mon chirashi: bol de riz vinaigré surmonté d’un assortiment de poissons et fruits de mer (bulots, seiches, crevettes…). Elégamment présenté je dois dire! Et le wasabi est sculpté en forme de feuille: hiiiii! Trop mimi!

As for me, I went for security with my chirashi: a bowl of rice with vinegar on top of which is found an assortment of fish and seafood (whelks, squid, shrimp …). I must say, the presentation is very elegant! And the wasabi is sculpted to look like a leaf: hiiiii! Too cute!


Mais comme nous sommes propriétaires d’ estomacs sans fond, nous décidons également de goûter à des sushis que nous n’aurions pas l’habitude de tester dans d’autres enseignes: les sushis au foie gras poëlé dans une sauce sucrée. Alors, ça mais ça! Je crois que ça rivalise de bonheur avec les toro sushis (dont je vous avais fait l’apologie la dernière fois). Un fondant incomparable et ce goût!

But as we are the proud owners of bottomless stomachs, we also decide to taste the sushis we wouldn’t normally find in other restaurants: foie gras sushis in its sweet sauce. Oh my! I think it competes with the happiness toro sushis usually bring me (I had praised them last time). Such taste!


Passons ensuite aux sushis d’huître au Ponzu (le Ponzu étant une sauce vinaigrée à base de citron japonais , le yuzu). Limite on aurait un menu de fête de fin d’année, là avec nos sushis foie gras et sushis huître! (…et le sushi à la dinde ou à la bûche de Noël c’est pour quand ?) Ce sushi à l’huître est assez goûteux mais se révèle être moins surprenant que celui au foie gras. Sympathique tout de même.

Let’s come to the oyster sushis with Ponzu (Ponzu being a vinegar sauce made with Japanese lemon, the yuzu). We’d almost have a New Year’s Eve menu with our foie gras and oyster sushis!  (…when can we expect a turkey sushi?) This oyster sushi is pretty tasty, but less surprising than the one with foie gras. All in all very nice though.


Vient enfin l’heure du dessert. Tandis  que vous dégustez votre part de tarte sablée au thé vert, je me laisse tenter par une glace au sésame blanc et glace au  thé vert matcha. Rien de très original pour le coup mais cette glace arrive à point nommé pour clore le repas , somme toute assez copieux!

And now time for the dessert. While you enjoy your green tea shortbread, I let myself be tempted by a white sesame ice cream, along with a matcha green tea ice cream. Nothing terribly out of the ordinary, but it’s perfect to finish this meal that proved to be pretty hearty!

En résumé, je dirais que Takara est une très bonne adresse de sushis et autres spécialités japonaises ( il faudra tester la fondue une prochaine fois!) . Toritcho était jusqu’alors mon restaurant préféré de sushis sur Paris mais là , mon coeur balance. Je dirais que Toritcho est d’un meilleur rapport qualité prix que celui-ci , avec un peu moins de choix au niveau des sushis et un décor un peu plus sommaire, donc à faire à la sortie d’un ciné ou à midi , façon cantine alors que le Takara est une enseigne un peu plus cérémonieuse (tout en restant simple et pas hautaine non plus) que l’on choisit pour se faire un petit  plaisir, le décor étant plus soigné et les sushis présents sur la carte , un peu plus insolites. Donc à voir en fonction de son humeur (et de celle de son portefeuille)…

To sum it up, I would say that Takara is a very good address for sushis and other Japanese specialties (I’ll have to taste the fondue another time!). Toritcho was up to now my favorite sushi restaurant in Paris, but now, between the two, my heart swings. I would say Toritcho has a better price/quality value, with a little less choice in the sushis, and a more basic decor, so the kind of place to go for lunch or after the movies, whereas Takara is somewhat more ceremonious (all the while staying simple and not stuck up) that you choose to go to as a small treat, the decor being more elaborate and the sushis a bit more unusual.  So it basically depends on the mood (and the size of your wallet) … (English translation by Bleu Marine)

Restaurant TAKARA
14 rue Molière
75001 PARIS
Métro Palais Royal
Site internet:
ici

PS: Je serai en dédicace dans une semaine au SALON DU LIVRE DE PARIS (Porte de Versailles) Samedi 19 Mars et Dimanche 20 Mars de 14h à 20h : ça va me rappeler de très bons souvenirs tiens!

Lipstick problématique

· Petites tenues en situation

Il y a quelques temps, certaines d’entre vous m’ont complimenté au sujet du rouge à lèvre que je portais (=  Chantal Thomass pour Nivea couleur « Rouge d’amour » … je ne sais même pas s’il existe encore d’ailleurs) et ma bouche vous dit merci (avec une petite trace de rouge sur vos joues en souvenir). Même si j’aime bien le rendu du rouge à lèvre rouge, je n’en porte pas souvent car j’ai un problème avec. Je n’ose pas sourire (« …mes dents sont tachées par le tabac , les boissons? Vite ! Denivit! »…) à pleines dents quand j’en porte à cause des traces rouges vicieuses très glamour qui peuvent s’y déposer. Pour les photos, j’ai checké au moins mille fois avant d’effectuer la prise de risque extrême de grande ouverture buccale ci-dessus et lorsqu’on me parle et qu’on a le malheur d’être drôle, je souris de manière contenue, bouche fermée en baissant la tête… Ca donne un air mystérieux… mais , avouons-le aussi…l’air cruche, et pas follement spontané.  Je me retourne donc vers vous pour savoir s’il existe un rouge à lèvre rouge (de couleur similaire au mien si possible) qui permette de rire à gorge déployée et toutes dents dehors sans se soucier des résidus rouges sur les dents. Mon objectif suprême  de la « Rouge à lèvre attitude » c’est Gwen stefani dans Hollaback girl. Tout est dit. Je vous écoute.

A while ago, some of you complimented me regarding some lipstick I was wearing (= Chantal Thomass for Nivea, color « Rouge d’amour »… I don’t even know if it still exists actually) and my mouth is thanking you (with a little red stain on your cheek as a souvenir). Even if I like the look of red lipsticks, I don’t wear them often because I have a problem with them. I daren’t smile with all my teeth when I wear some because of those lovely, very glamorous red marks that can get on them. For the pictures, I checked like a thousand times before taking the extreme risk of the wide mouth opening. And when someone’s talking to me and has the misfortune to be funny, I smile in a contained way, mouth closed while lowering my head… it gives a mysterious feeling… but, I must confess too… looks stupid, and not that spontaenious. So I’m getting back to you to know if there is some red lipstick (similar color to mine if possible) which will allow me to laugh teeth out without worrying about red marks on them. My ultimate objective of the « red lipstick attitude » is Gwen Stefani in Hollaback girl. Everything is said. I’m listening to you.(English translation by Charlotte B)

Perfecto Paul & Joe Sister
Marinière/ Striped shirt By Malene Birger
Sarouel/ Harem pants COS
Mocassins/ flats House of Harlow 1960
Sac/ bag ASOS

Bilan transparent

· Mode, Petites tenues en situation

D ‘humeur « transparente » en ce moment. Après le petit top à pois, voici la chemise blanche qui laisse tout voir à travers mais en même temps on ne voit pas grand chose puisqu’il n’y a rien à voir. Enfin, en ce qui me concerne. Bref, j’aime ce petit jeu de « on voit tout » mais « on ne voit rien ».  C’est aussi le genre de chemise légère que je pourrai porter en pleine canicule avec juste un soutif ou une brassière dentelle en dessous et en même temps, ça me servira de légère protection contre le soleil (puisque pour les fidèles de longue date, vous savez bien que je redoute le bronzage…). Sinon, j’ai ressorti le sac qui m’ a accompagnée tout l’ été dernier et dont je redoutais la résistance dans le temps. Je vous rassure donc, preuve en photos: le sac va bien, je lui donne toujours quelques tours de vis au niveau du fermoir de temps en temps et il se révèle être (avec mon sac-seau léopard) l’un des plus pratiques lorsque je dois vadrouiller. Oui, j’aime vous tenir au courant de l’état de santé des affaires achetées il y a quelque temps. Rendez-vous donc dans quelques mois pour le bilan santé de la chemise transparente. Il faut juste que je veille à ne pas glisser la chaussette rouge maudite dans le même cycle de lavage et elle gardera son teint blafard et translucide, paradoxalement pour elle un signe de bonne santé.

I’ve been in a « see-through » mood lately. After the dotted top, here is the white blouse that basically lets you see everything that’s going on behind, although in my case at least, not a lot is going on behind the fabric. Anyway, I like this little peekaboo « I can see everything »/ « I can’t see a thing » game. It’s also the kind of lightweight blouse I could wear in the middle of a heat wave, with just a bra or a lace bandeau beneath it, and at the same time it’ll serve as protection against the sun (since, as faithful readers know, I fear tanning…) Other than that, I’ve taken last summer’s favorite bag out again, I feared about it’s ability to withstand time. I can now reassure you, with pictures to prove me right : the bag is doing well, I regularly give the clasp a few screw turns, and it’s turning out to be (with my leopard bucket bag) one of my most practical bags when I go wandering off. Yes, I enjoy keeping you posted on the health of stuff I bought a while ago. I’ll let you know in a few months time how the check up for my see through blouse went. I just have to be careful not to let an insidious red sock make it’s way into the washing machine, and the blouse will keep it’s pallid and translucent complexion, which, in it’s case, paradoxically, is a sign of good health. (English translation by Bleu Marine)

Chemise/ Shirt American Apparel
Coat Sandro
Shorts Levis vintage
Collier/ necklace H&M
Boots Kookaï
Sac/ Bag ASOS

Page 184 sur 296