Atelier Cuisine aux Barmes

· Food, Illustration, Mode

Voilà donc les 2 recettes que j’ai eu la chance de réaliser en compagnie du talentueux Chef Alain Lamaison, lui qui m’a si bien régalée durant mon séjour à l’hôtel Les Barmes de l’Ours. J’espère que vous avez tout compris et que vous pourrez reproduire tout ça chez vous !

J’avoue avoir été un peu intimidée au départ (vous souvenez-vous qu’il n’y a pas si longtemps, j’étais un cas désespéré des fourneaux ?) mais il a su me mettre à l’aise et me transmettre son expérience et sa passion en répondant gentiment à mes questions (sans doute triviales pour lui) puis en me racontant plein d’anecdotes sur son métier. Je ne voulais plus quitter la cuisine !

Pour tout vous dire, cette activité d’atelier culinaire a été mon moment préféré du séjour (et dieu sait qu’il y avait de la concurrence entre la perfection du Spa, de la balade en raquettes, des cocktails sirotés devant la cheminée…) : J’ai pu me glisser dans les coulisses de la préparation des repas, assister au travail de la brigade présente sur tous les fronts (élaboration des plats du buffet, des menus des 3 restaurants, du room service) mais par dessus tout, j’ai adoré papoter avec le Chef, les mains pleines de beurre et de chocolat.

Si vous avez la chance de passer du côté de Val d’Isère et que vous voulez aussi cuisiner et discuter avec un Chef aussi talentueux que choupi (Je lui décerne 3 étoiles dans la catégorie « choupitude »), l’hôtel organise des cours de cuisine pour le grand public. Toutes les infos sont ici.

Sniiiif… C’est fini…

Notre grande saga des Barmes de l’Ours s’achève, au milieu du beurre et du chocolat donc. J’espère que tous ces épisodes montagnards vous ont plu (Au cas où vous en ayez manqué quelques uns , vous pouvez retrouver la totalité ci-après). En tous cas, j’ai pris un énorme plaisir à vous les retranscrire, c’est comme si je revivais mon séjour une 2ème fois !

Je suis consciente de l’immense chance que j’ai eue d’avoir pu vivre ces moments d’exception en altitude, en compagnie d’une équipe aussi conviviale que professionnelle mais aussi avec vous. Je redescends de mon nuage, de ma montagne enneigée et on se dit bon week-end !

 

Épisode 1 : Les Barmes de l’Ours
Épisode 2 : Une balade en raquettes
Épisode 3 : Le Spa des Barmes
Épisode 4 : Appétit d’Ours aux Barmes
Épisode 5 : Atelier Cuisine aux Barmes


Ma Tenue

Blouse La Redoute
Bracelets Dinh Van & Mya Bay
Jean Levi’s
Montre ASOS
Rouge à lèvres Rouge Dior « 977 Pied de Poule » Dior
Vernis à ongles « 853 Massaï » Dior

L’hiver est toujours là

· Mode

Avec ces températures hivernales, cela faisait un moment que je n’avais pas porté de jupe. J’ai fait un effort ce week-end lors d’un brunch familial et j’ai réussi à survivre grâce à l’aide de mon manteau (en laine) et de mon bonnet (pas en laine) qui survit lui aussi sans trop boulocher.

J’ai fait un double effort en enlevant mon manteau quelques secondes afin que vous puissiez voir en détail ma marinière et ma jupe. A l’heure où je vous parle, le charme est rompu, le pantalon et les baskets sont de retour.


Ma Tenue

Bonnet H&M
Manteau Simone & Louise-40%) (déjà vu ici)
Marinière B.Young
Jupe Sézane pour La Redoute
Collants Fatal Lace Seamless Black Wolford
Sac Sézane pour La Redoute
Boots Pistol Acne
Bracelets Dinh Van & Mya Bay
Rouge à lèvres Rouge Dior « 977 Pied de Poule » Dior

Moteur ! Action !

· Mode

J’ai porté cette tenue pour aller voir Kingsman une 2ème fois au cinéma (quand on aime…) : la tenue confortable par excellence, parfaite pour dévorer du pop corn en toute tranquillité.

En la regardant de plus près, j’ai l’impression de porter la tenue-type d’un(e) réalisateur(trice) de film (j’aime bien imaginer des rôles en fonction de ce que je porte) : la casquette, la parka, les baskets, je suis prête à actionner le clap de début et de fin (dans l’idéal, je dirigerais évidemment Ewan Mc Gregor et Colin Firth dans un film qui mêlerait action et romance : peut-être que je déciderais au dernier moment de jouer dedans d’ailleurs)

Alors, cette tenue n’est certainement pas la plus élégante mais comme je montre sur le blog tout ce que je porte en vrai, je joue le jeu… la prochaine fois, ne manquez pas le pyjama en pilou !


Ma Tenue

Casquette Pepe Jeans (déjà vue ici)
Écharpe Vila
Chemise Vila
Parka La Redoute
Pantalon American Apparel
Chaussettes voile Caramel Luxe 9 Wolford
Baskets New Balance (dispo ici et ici)
Sac Silence + Noise (déjà vu ici)
Vernis Infaillible Duo « Gris éternel » L’Oréal (en détail ici)
Rouge à lèvres Rouge Dior « 977 Pied de Poule » Dior

Appétit d’Ours aux Barmes

· Food, Illustration

Enfin nous approchons de la fin de notre périple montagnard : place à la gourmandise… puissance 3 ! En effet, l’hôtel Les Barmes de l’Ours a pu satisfaire toutes mes envies culinaires (sauf asiatique, mais l’hôtel ne se nommant pas « Les Barmes du Panda », je peux lui pardonner) puisqu’il y héberge 3 restaurants, dirigés de main de maître par le chef étoilé Alain Lamaison.

J’ai eu la chance de goûter aux trois enseignes … et même de cotoyer le Chef plus longuement dans un endroit où il fait chaud, mais je vous raconterai ça un peu plus tard (n’allez rien imaginer, esprits coquins !). En attendant je vais vous dévoiler les 3 endroits dans lesquels j’ai eu la chance d’y laisser traîner mes yeux et mes papilles : c’est parti !

 

La Table de l’Ours

Ce restaurant est celui qui a valu une étoile sur Val d’Isère à notre chef Alain Lamaison mais ce n’est pas la première, puisqu’il a été le plus jeune chef étoilé à Paris (à 23 ans, Wow) en 1977 avec son restaurant « La Bretonnière » puis encore une étoile quelques années plus tard dans son restaurant des Baux de Provence (Re-Wow) !

Selon moi, même si l’attribution d’une étoile et les critiques de restaurant sont subjectives, on peut quand même se sentir en confiance en regardant ce palmarès !

Amuse-bouches (Aaah ces croquettes au Beaufort !)

Mon homme et moi avons opté pour le Menu des Saveurs: moi, lorgnant sur l’escalope de foie gras de canard poêlée et lui sur la pièce de boeuf dans le filet, cuit au sautoir. Mise-en-bouches, pré-entrées, plats et mignardises, tout est amené avec une délicatesse mêlée de convivialité.

Comme je vous le disais, ici, malgré l’évident luxe de l’endroit, pas de gêne ou de silence pesant lorsque le serveur arrive et c’est très appréciable.

Mise en bouche déclinée autour de la betterave

Comme prévu, coup de coeur sur l’escalope de foie gras poêlée et sa déclinaison de courges Butternut. Tout se marie à merveille: le fondant du foie gras, le croquant des petits cubes panés de butternut, la purée : un vrai bonheur. Voici en photos quelques plats du menu:

Tartare de poissons fins aux herbes, yuzu et sorbet poivron rouge

Filet de turbot et sa viennoise de cèpes, ail noir, blettes, champignons sauvages, jus de rôti tranché

Pièce de boeuf cuit dans le filet au sautoir, ratte confite, châtaigne, épinards, jus corsé

Mon cher et tendre a ensuite opté pour le chariot de fromage : impressionnant ! Une grande variété de fromages de la région, du dégoulinant, du moelleux, du fondant… le paradis !

J’ai modifié mon dessert par une Tarte au chocolat, biscuit sablé au cacao, ganache caraïbe glace beurre noisette. Je me méfie souvent des desserts chocolatés trop lourds mais celui-là rendait vraiment hommage au chocolat avec une différence de textures extrêmement agréable au palais. Yum !

Une étoile Michelin bien justifiée : je m’en régale encore.

 

Le Coin savoyard

Une autre ambiance si la cuisine gastronomique vous parle moins qu’une bonne fondue et raclette au coin du feu.

Dans une autre salle aux allures de chalet montagnard (murs en bois et tableaux des charmantes habitantes bovines de la région), j’ai choisi une raclette au fromage fumé et mon homme, une fondue des Barmes au Xérès.

Les efforts de notre balade en raquettes ont tout de suite été réduits à néant mais tant pis, on n’a qu’une vie (et qu’un seul taux de cholestérol).

Les portions sont archi-copieuses : je m’en suis bien rendue compte lorsque j’ai vu arriver mon morceau (devrais-je l’appeler ainsi?) de raclette dégoulinante et le poêlon (marmite?) de fondue. Tout est de qualité excellente, de la charcuterie aux petits cornichons… et ce fromage fondant, mon dieu.

 

La Rôtisserie

Nous avons terminé notre séjour par un détour à La Rôtisserie. Ambiance encore une fois chalet de famille avec les sélections de bonnes viandes du Chef rôties à la broche.

Nous avons choisi le menu buffet qui permet de se délecter d’un plat de viande et de choisir tout ce qui nous plaît au buffet des entrées et des desserts : je vous laisse imaginer le bonheur extatique qui m’a envahie. Je vous avais déjà dit que je n’appréciais guère les buffets mais c’était avant d’avoir vu celui-ci !

Ici, les plats, de première fraîcheur, sont préparés et présentés avec le plus grand soin.

J’en ai même oublié de photographier le buffet d’entrées (hypnotisée par la nourriture) : huîtres, poisson en croûte, salades, demi-homards, tout est là pour vous tenter : il est aussi fourni et de qualité que celui des desserts (j’ai repris mes esprits à ce moment-là)

Cochon de lait, purée maison et sa petite marmite de riz

Côté sucré je vous laisse admirer : les macarons et la tarte aux framboises chocolat étaient absolument fantastiques.

J’ai pensé à me faire greffer un 2ème estomac mais malgré les nombreux services de l’hôtel, celui-là n’était pas proposé. Pffff.

Après ce tour d’horizon des restaurants de l’hôtel, rendez-vous dans le dernier épisode de notre grande saga « Les Barmes de l’Ours » où il faudra mettre la main à la pâte (ou à la patte).

Sortirai-je indemne de cet endroit de rêve ? Vais-je pouvoir marcher ou rouler pour accéder à l’endroit secret du Chef ? Vous le saurez dans le prochain épisode !

 

Les Barmes de l’Ours *****
Restaurants « LA TABLE DE L’OURS »
« LE COIN SAVOYARD » « LA RÔTISSERIE »
Chemin des Carats
73150 VAL D’ISÈRE

Page 4 sur 281