L’échappée thaïlandaise

· Mode

Comme je vous l’ai dit dans mes précédents voeux, je me suis envolée pour la Thaïlande le temps d’une semaine pour profiter pleinement de la chaleur (31°C) et du soleil, mais surtout, pour me reposer.

Ce voyage-là n’était donc pas dans la lignée des précédents : pas de pression pour les visites, pas de remords à légumer sur la plage (en n’oubliant pas de se tartiner de protection 50+ évidemment), on est là pour recharger les batteries et ne rien faire.

 

Plage et repos à Phuket

Nous sommes partis à Phuket, une destination que l’on m’a déconseillée lors des voyages précédents car soi-disant « sans intérêt » et « trop touristique » : je l’ai donc ignorée jusqu’alors.

Mais comme ici, l’idée était seulement de prendre rendez-vous avec le soleil et la plage, je me suis dit que l’on n’aurait de toutes façons rien à perdre et que ce serait bête de ne pas se faire son propre avis sur la question.

Alors oui, si c’est la première fois que vous comptez vous rendre en Thaïlande, je ne suis pas sûre que ça vaille le coup de s’y arrêter mais j’ai tout de même aimé l’endroit et les personnes sont aussi sympathiques que celles que nous avions rencontrées à Bangkok ou dans le nord du pays. Les prix sont cela dit un peu plus élevés que dans les autres contrées thaïlandaises.

 

Koh Phi Phi

De Phuket, on peut prendre le bateau vers différentes îles et nous nous sommes dé-scotchés de notre chaise longue le temps d’une journée pour voguer vers Koh Phi Phi.

L’endroit, contrairement à ce que vous pouvez voir sur mes photos est carrément pris d’assaut par les touristes (héhé, l’astuce du bon angle de vue et la patience font que), ce qui nous a un peu déçus mais c’était à voir quand même !

Ne m’en voulez pas si je ne vous fais pas un reportage très approfondi de mon voyage (je ne suis pas sûre que vous vouliez tout savoir sur « quelle chaise longue choisir le matin au réveil? » ou « à quelle heure tourner le parasol? »), c’était la première fois que je ne faisais quasi-rien de mes journées.

Nous avons quand même exploré quelques endroits gourmands (ne rien faire ne signifie pas « ne rien manger »): je vous en soufflerai mot dans un prochain billet !

Pour lire mes anciens billets sur la Thaïlande, c’est ici  !


Ma Tenue

Maillot de bain ASOS (ici et ici)
Rouge à lèvres Rouge Dior « 869 Rouge Massaï » Dior
Vernis à ongles « Alpine Snow » OPI

Photos prises avec l’appareil OLYMPUS Pen E-PL7
(Objectifs M.ZUIKO DIGITAL ED 12-40mm 1:2.8 &
M.ZUIKO DIGITAL ED 14-42mm 1:3.5-5.6 EZ)

Excellentes fêtes à tous !

· Illustration

Noël est bientôt là ! Désirant fuir la météo parisienne, j’ai décidé de m’octroyer une petite pause ensoleillée à mille lieues de la Laponie… En Thaïlande !

On se retrouve donc très vite : je vous souhaite plein de bonnes surprises et de bons moments au pied du sapin… Pour ma part, les cadeaux seront au pied du cocotier (réchauffement climatique oblige !). Excellentes fêtes à vous tous !

L’Acajou de Jean Imbert

· Food, Illustration

Il y a quelques semaines, j’ai été conviée à participer à un repas de Noël #LaTableBadoitNoel organisé par Badoit au restaurant l’Acajou de Jean Imbert, le gagnant de Top Chef saison 2.

Nous étions plusieurs blogueurs à avoir eu cette chance et durant la soirée a eu lieu un concours photo Instagram : la personne qui prendrait la plus jolie photo du repas (le jury étant composé de l’équipe Badoit et de Jean Imbert) gagnerait le droit de revenir dîner avec la personne de son choix dans cette même enseigne. Motivant non ?

Le repas de Noël s’est très bien passé, j’ai pu savourer les préparations du Chef mais j’avoue ce jour-là avoir été un peu déçue par rapport à l’idée que je m’en faisais. Les repas de groupe ne sont pas ceux durant lesquels on peut juger précisément la cuisine de quelqu’un, vu les contraintes de timing pour présenter un plat à 25 personnes en même temps, les quantités à préparer etc. D’où l’origine de ma déception sans doute.

Mais le destin fait bien les choses et devinez quoi ! Ma photo Instagram a été sélectionnée ! Apprenant la nouvelle, mon homme s’est naturellement imposé comme mon +1 (il ne perd pas le nord quand il s’agit de son estomac) et nous voilà de retour il y a quelques jours à l’Acajou, pour tester le restaurant dans des conditions réelles !

Le Menu

Le soir, un menu unique à 70 euros est proposé sur une ardoise : Parmi cette liste, on peut choisir 3 mets (toutes les combinaisons sont possibles : 2 entrées 1 plat, 3 entrées (pour ceux qui surveillent leur ligne) , 3 plats (pour ceux qui veulent défier ces mêmes personnes qui surveillent leur ligne) etc etc. Ce menu inclut également le fromage et 2 desserts ! Wow ! Ça ne plaisante pas !

Les entrées et plats

Une fois le menu choisi, on se laisse tenter par le beurre au piment d’espelette à tartiner allègrement sur ce pain, ô mon dieu, croustillant juste comme il faut. J’aurais dû demander l’adresse du boulanger : ce pain est tout simplement terrible. Un amuse-bouche (velouté d’endive, de mémoire) nous est également offert.

Vient alors mon entrée : Le Poireau crayon Pleine de terre avec sa mousse à l’orange. Mélange subtil de saveurs et de textures (le croquant des petits croûtons !) parfait pour ouvrir l’appétit.

Mon homme s’est laissé tenter par le tartare de St Jacques dont je goûte quelques bouchées (c’est comme avec le pain, j’ai du mal à m’arrêter) : c’est clairement le genre d’entrée que j’aime : le frais des Saint Jacques cohabite avec le fondant d’une crème banane oseille et le croquant des fines lamelles de radis : je suis fan.

Notre 2ème sélection arrive. Je choisis le lieu jaune de Bretagne sur sa mousse coco curry. Encore une fois superbe. Très bien assaisonné : je suis agréablement séduite.

Mon cher et tendre, en toute simplicité, choisit le Caviar/oeuf bio (parce qu’il ne rêve/pense/vit que pour les oeufs bio et qu’il ne pouvait évidemment pas laisser passer cette occasion d’en goûter hehe). Encore une fois une association à tomber avec cette crème onctueuse et de petites pommes de terre cachées en dessous.

Puis, pour notre 3ème choix, nous optons pour le boeuf maturé de Corrèze, servi en cocotte pour deux avec une sauce à base d’olive noire (si je me souviens bien). Une viande extra tendre, une purée de pomme de terre ultra légère. Il n’en restera rien (sauf la cocotte).

 

Fromage et desserts

On nous propose ensuite le fromage : du Saint Nectaire. Une nouvelle occasion de mordre allègrement dans un nouveau morceau de pain.

Puis les deux desserts arrivent, comme une surprise.

Enfin pas entièrement car le premier, je l’ai déjà goûté lors du repas de Noël et j’avais justement été un peu déçue car il nous avait été servi en petite quenelle au milieu d’une assiette. Un goût d’inachevé selon moi.

Mais cette fois-ci servi dans un bol en plus grande quantité j’ai trouvé cela parfait (Ogresse, le retour) : délicieuse association de pamplemousse, sorbet potiron et mousse au chocolat blanc.

Je lui avais reproché un manque de croquant lors de repas de Noël (Un seul facteur croustillant (biscuit? pâte sablée?) vous manque et tout est dépeuplé). Cette fois-ci, je ne sais pourquoi, je  le trouve particulièrement adapté tel qu’il est. Après ce repas copieux, c’est bizarre mais je ne l’imagine pas accompagné d’autre chose.

… sauf peut-être d’un 2ème dessert (… alleeez ! si vous insistez) qui cette fois-ci éclate tout sur son passage (même le bouton de mon pantalon je présume? ) : une pomme surmontée d’une légère brioche et nappée de caramel au beurre salé !

Ouch ! Délicieux ! Servi dans ces assiettes qui symbolisent à merveille le partage, ce dessert clôture à idéalement ce dîner.

Moralité, il ne faut jamais rester campé sur un première impression (surtout lorsqu’il s’agit de repas de groupes) : vous allez peut-être me dire que mon avis est biaisé par le fait que j’aie été invitée mais ce soir-là, j’avais beau chercher, il n’y avait vraiment rien à redire : la qualité, la quantité, le service, l’homme qui savourait des oeufs bio en face de moi … Ah si ! Peut-être les miettes de pain en pagaille sur la table, mais ça c’est mon côté Bree Van de Kamp qui parle.

 

RESTAURANT L’ACAJOU
35 bis Rue Jean de la Fontaine
75016 PARIS

Comme un garçon

· Mode

Je prends plaisir à porter des tenues féminines mais au bout d’un moment, j’ai un besoin irrépressible de revenir à un look masculin. L’appel des godillots et du boyfriend jean se fait ressentir de manière urgente.

J’admire les personnes qui sont constantes dans leurs looks, adeptes d’un seul et même style. Si l’on me forçait à ne porter que des choses délicates et glamour en permanence, je crois que je me sentirais oppressée. Dans l’autre sens, condamnée à porter des tenues très masculines, je crois que je le vivrais un peu mieux. Bizarre non?

Quoiqu’il en soit, si vous avez une explication à cela, je veux bien m’allonger sur le divan pour une psychanalyse.


Ma Tenue

Chapeau Filipo Catarzi pour ASOS
Manteau ASOS (déjà vu ici)
Pull R Essentiel
Boyfriend jean La Redoute
Chaussettes Luxe 9 caramel Wolford
Chaussures Dr Martens (déjà vues ici)
Sac Maccie Pieces
Rouge à lèvres Rouge Coco « Rivoli » Chanel

Page 4 sur 274