Les 88 temples de Shikoku

· Illustration, Mode, Voyage

Avant de reprendre le récit « dans l’ordre » de notre road-trip japonais de mai-juin dernier, puisque nous avons quitté Awaji et sommes enfin sur l’île de Shikoku, voici un article pour planter un peu le décor de cette île

Lorsque nous avons choisi de visiter Shikoku, nous savions que le pèlerinage des 88 temples était assez célèbre et qu’il allait rythmer nos visites. Nous n’avons pas voulu faire le parcours complet mais avons tenté de nous arrêter dans le maximum de temples qui croisaient notre route.

L’occasion pour moi de vous rédiger quelques notes au cas où vous ayez envie de vous lancer dans l’aventure à fond, ou un peu moins, comme nous… mais si possible, dans le respect de la tradition !

 

Le pèlerinage de Shikoku

Ce pèlerinage appelé « henro » est assez connu au Japon et peut être comparé à celui de St Jacques de Compostelle mais accessible à tous, que l’on soit croyant ou non.

Ce chemin retrace le parcours du moine bouddhiste shingon, Kōbō Daishi alias Kûkai qui est passé par ces 88 endroits de Shikoku en 805. Son corps repose au Mont Koya près de Osaka : Le pèlerinage complet inclurait donc non seulement les 88 temples de l’île mais aussi une dernière halte à Koyasan pour clôturer le parcours dans les règles de l’art.

 

Cela dit, le but de ce pèlerinage est tout à fait personnel : certains sont en quête spirituelle, d’autres veulent prier pour leur santé, leur réussite ou celle d’un proche ou simplement pour le dépassement de soi et/ou le dépaysement.

On a croisé des pèlerins en bus (assez âgés en général) s’arrêtant à chaque temple et d’autres plus courageux à pied. Nous avons d’ailleurs pu discuter avec un pèlerin danois qui marchait depuis 2 mois seul. En fait, il n’y a pas vraiment de règles.

 

L’itinéraire

Pour notre part, vu que nous n’avons pas choisi de nous lancer dans une grande randonnée de 2 ou 3 mois, nous avons couplé ce mini-pèlerinage à notre road-trip en nous arrêtant aux temples que l’on croisait ou en faisant un détour au moins pour les premiers temples et pour le dernier aussi (N°88). Voici l’itinéraire complet sur la carte ci-dessus au cas où vous ayez l’âme d’un pèlerin.

Pour info, voici les 19 temples que nous avons visités :

1.Ryozenji  2.Gokurakuji  3.Konsenji  4.Dainichiji 5.Jizoji 6.Anrakuji 7.Jurakuji 31.Chikurinji 39.Enkoji 40.Kanjizaiji 41.Ryukoji 42.Butsumukoji  43.Meisekiji  51.Ishiteji 68.Jinnein  69. Kannonji  70.Motoyamaji  75.Zentsuji  88.Okuboji

De nombreux panneaux avec le symbole du marcheur sont présents pour suivre sa route. L’itinéraire se découpe ainsi :

  • L’Éveil : Awa (préfecture de Tokushima) – Temples 1 à 23
  • La Discipline : Tosa (préfecture de Kôchi) – Temples de 24 à 39
  • L’Illumination : Iyo (préfecture d’Ehime) – Temples de 40 à 65
  • L’Entrée au Nirvana : Sanuki (préfecture de Kagawa) – Temples de 66 à 88

J’avais lu au préalable le livre de Marie-Édith Laval « Comme une feuille de thé à Shikoku » qui raconte son expérience en solitaire à pied sur l’île de Shikoku avec pour seuls compagnons son sac à dos et ses chaussures de randonnée.

Je vous conseille de le lire si vous voulez vous imprégner de l’ambiance : Ce pèlerinage l’a visiblement transformée grâce aux efforts fournis, aux obstacles rencontrés et rencontres humaines qu’elle a pu y faire : Très inspirant !

 

La tenue de pèlerin

Là encore, on est libre de porter ce que l’on veut (dans les limites de la bienséance, évidemment) mais si vous voulez vous investir à fond dans le pèlerinage, vous pouvez vous procurer cette tenue et les accessoires dans les boutiques situées à l’entrée des temples. J’ai dessiné un petit croquis de la tenue-type du pèlerin de Shikoku.

En résumé, pour une tenue complète de « henro » il faut :

  • La veste blanche « Hakui » (cette couleur est liée à la mort car de nombreux pèlerins périssaient lors de leur expédition à l’époque : encourageant non ?) : la veste est imprimée dans le dos de caractères en l’honneur de Kûkai.
  • Le chapeau conique « Sugegasa » : il permet de protéger de la pluie ou de la chaleur.
  • Le bâton en bois « Kongozue » censé représenter Kûkai : il sera votre compagnon de marche (j’en ai croisés de magnifiques, décorés dans leur partie supérieure par du tissu brodé).
  • L’étole « Wagesa » à porter autour du cou.
  • Le sac besace blanc « Zudabukuro » (et sa cloche « Jirei » accrochée dessus) censé contenir votre carnet Nokyocho (j’y reviens après), des bâtons d’encens, des bougies, des « samefuda » (=cartes de visite inscrites du nom du pèlerin à déposer dans chaque temple, d’un livre de prières « kyohon »…)
  • Un chapelet bouddhiste « Juzu » pour les prières

 

Comment visiter un temple ?

Ici, clairement, tout dépendra de vos convictions religieuses mais connaître le rituel traditionnel permettra peut-être de mieux comprendre les gestes des pèlerins que vous croisez.

Vous n’êtes en aucun cas obligé de suivre cela à la lettre et pouvez simplement admirer les lieux mais voici en gros le rituel traditionnel :

À l’entrée du temple, le pèlerin joint ses mains sur sa poitrine, salue 3 fois en prononçant quelques phrases (codifiées) en l’honneur de Bouddha. Puis il se purifie les mains (et éventuellement la bouche) avec l’eau et sonne la cloche. Il doit ensuite visiter :

  • Le temple principal Hondo (dédié à la divinité du temple) (où il prononce des phrases rituelles, jette de la monnaie dans une boîte en bois, glisse une carte « samefuda » dans une autre boîte, sonne le gong, brûle un bâton d’encens et prie en s’inclinant).
  • Le Daishido (dédié à Kûkai): (avec une phrase à répéter 3 fois)
  • Le bureau Nokyocho : l’endroit où il fait calligraphier son carnet.

À la sortie du temple, le pèlerin doit se retourner et saluer avec les mains jointes en se courbant et hop ! Direction le temple suivant !

 

Le nokyocho et ses calligraphies

Ce carnet est en vente dans chaque temple : j’ai pris le mien dans le premier temple avec les illustrations des temples sur les pages pour me repérer plus facilement, mais il en existe aussi des vierges.

Lorsque l’on arrive au bureau nokyocho (facilement identifiable avec un panneau et une petite mascotte dessinée), après avoir payé 300¥, on présente son carnet au calligraphe qui laisse son empreinte sur votre carnet à l’aide d’un pinceau. Il appose ensuite 3 sceaux qui symbolisent le nom de la divinité du temple (le « honzon »), le nom du temple et son numéro.

Certains calligraphes ne souhaitent pas être pris en photo lors de l’exécution de leur art : Veillez donc à bien demander l’autorisation avant. Le calligraphe vous remet ensuite une enveloppe contenant une carte (je n’ai pas trop su ce que cela représentait mais prenez la, ça ne peut que porter bonheur !).

Nous sommes loin d’avoir rempli notre carnet mais il représente tout de même un superbe souvenir de notre périple et… Qui sait ! J’aurai peut-être l’occasion de le compléter dans les années à venir ?

Voici donc un petit tour d’horizon de ce pèlerinage qui a rythmé notre road-trip (vous pouvez le découvrir de manière plus vivante sur mes Instastories à la une). Je vous retrouve prochainement pour la suite du parcours avec une visite des gorges de Obokke sur le chemin vers Kōchi ! À bientôt !

7 commentaires

  1. Répondre

    Alex

    Ton goshuin (Tu l’appelle Nokyocho, il y a t’il une différence ?) est vraiment trop beau J’ai pu finir le mien lors de notre voyage au Japon et chaque fois que je l’ouvre, je suis transportée de nouveau ♥️
    J’aimerais retourner au Japon à la fin de l’année pour fêter mes 30 ans mais nous souhaiterions faire un roadtrip cette fois ci… Pourquoi pas intégrer ce pèlerinage comme toi, c’est une idée géniale !
    Encore merci pour tes articles sur le Japon, comme d’habitude ils sont absolument fabuleux!

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      Je n’ai jamais vraiment su la différence entre un goshuin et un nokyocho mais ce dernier est plus fréquemment utilisé pour les temples de Shikoku en tous cas : mais grosso modo c’est la même chose !
      Le road trip est vraiment une experience sympa remplie de liberté, comme tu as pu le voir, surtout dans des zones reculées comme ici ! Je te souhaite donc de bien préparer ce voyage et merci d’apprécier à chaque fois mes récits !❤️

  2. Répondre

    Ginger

    Bonjour Tokyobanhbao, je suis ton blog depuis plusieurs années maintenant… Et il est vrai que je reste discrète et ne m’exprime pas beaucoup, mais sache que j’ai toujours trouvé ton blog superbe!! Et aujourd’hui, je m’adresse à toi, car, comme tes nombreux articles le montrent, tu connais bien le Japon! J’envisage un séjour la bas au mois de mai prochain… Et j’ai quelques questions: nous souhaiterions faire une semaine à Tokyo et 2 jours au Mont FUJI… (il faut bien cibler un peu les choses, tant il y a à découvrir!). Mais pour une première fois, et avec peu de temps (8 à 9 jours sur place), ça me semble pas mal! Donc: quel quartier de Tokyo nous conseilles tu pour séjourner quelques jours et visiter cette ville, connais tu des hôtels, appart hôtels? Et aurais tu des astuces pour le Mont Fuji: la meilleure façon de s’y rendre depuis Tokyo, où loger éventuellement? Voilà mes petites questions!! Je te remercie d’avance pour tes conseils! Et bien sur: longue vie à ton blog, pour notre plus grand plaisir! Belle soirée à toi

  3. Répondre

    L&T

    Tellement impressionnant, un voyage spirituel qui doit être dépaysant. J’aimerais beaucoup découvrir le Japon et sa culture.

Laissez un commentaire

* Ces champs sont obligatoires Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.