Women House

· Feel inspired, Mode

Louise Bourgeois « Spider » 1995

 

Vous connaissez mon intérêt pour les musées : marathon des musées, haltes « expo » que je sois à Paris, Londres, New York ou Ubud

Toute forme d’art m’intéresse, avec un plus grand penchant pour l’art contemporain cela dit. Même si je suis toujours loin d’être une experte, j’aime apprendre, réfléchir et m’inspirer auprès de ces œuvres.

Le week-end dernier, je me suis rendue à la Monnaie de Paris pour visiter l’exposition Women House que j’avais découverte sur Instagram et qui me semblait prometteuse tant par son côté visuel que son approche résolument féministe.

 

De l’enfermement et la soumission…

Helena Almeida « Étude pour deux espaces » 1977

 

En effet, cette expo met à l’honneur 40 artistes féminines qui abordent la relation entre la femme et son environnement domestique, endroit qui lui a longtemps été imposé d’office.

L’exposition s’intéresse à ce lien particulier « femme-maison » qui évolue au fil des époques, tantôt synonyme d’enfermement, de soumission, tantôt lieu de création et d’évasion.

Louise Bourgeois « Femme-maison » 1994

 

Penny Slinger « Maison de l’exorcisme » 1977

 

On débute le parcours en 8 parties par une caricature de la femme-ménagère à qui la maison lui sert d’unique territoire de « jeu ». Cette « femme au foyer désespérée » est ainsi montrée du doigt par les œuvres parodiques de Birgitt Jürgessen (et son tablier en forme de cuisinière) entre autres.

Birgit Jürgenssen « Ménagères-tablier de cuisine »1975/2003 & Martha Rosler « Woman with vacuum » (1967-72)

 

 Joana Vasconcelos « Pavillon de thé » 2012

 

J’ai particulièrement aimé ce « Jeu d’échec moderne » de Rachel Whiteread où se déroule une partie palpitante de tournées de linge et de séances de repassage.

Rachel Whiteread « Modern set chess » 2005

 

Heureuse de retrouver la photographe portugaise Helena Almeida (que j’ai découverte au musée du jeu de Paume il y a plus d’un an) avec des clichés plus sombres, teintés de mélancolie et reflétant l’isolement.

 

… à la construction et la créativité

L’exposition change de rythme et d’ambiance à chaque chapitre : c’est ce que j’ai particulièrement apprécié. On découvre des œuvres aux approches et significations différentes à chaque niveau.

Rendez-vous avec celles de Louise Bourgeois, dont sa célèbre araignée (rencontrée au préalable à la Tate Modern de Londres) et avec l’une des fameuses « Nana-maisons » de Niki de Saint Phalle.

Niki de Saint Phalle « Nana-maison II » 1966/1987

 

Laura Tixier « Plaid houses » 2008 et Laurie Simmons « Maison ambulante » 1989

 

Je conseillerais donc cette exposition à tout le monde car on peut l’aborder par différents niveaux de lecture. De plus, le lieu en lui-même vaut le coup d’être visité. Intéressante sur le fond et la forme, « Women house » mérite qu’on s’y attarde.

 

Exposition  » WOMEN HOUSE »
à la Monnaie de Paris
11 Quai de Conti
75006 PARIS

(jusqu’au 28 Janvier 2018)


Ma Tenue

Manteau Sézane (déjà vu ici)
Pull cachemire La Redoute
Jean blanc Uniqlo (déjà vu ici)
Baskets Stan Smith Adidas
Sac Close (déjà vu ici)

Boucles d’oreilles Mango (déjà vues ici)
Collier Minetta Jewellery

Extension de cils « Volume russe » Les cils de Marie (déjà vue ici)
Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Rouge à lèvres Lip Paint Lacquer « 105 Red fiction » L’Oréal Paris

Goût et santé

· Food, Illustration

« Rouge plaisir » du pâtissier glacier Alain Chartier, Theix (56) (1er prix)

 

Depuis 10 ans, vous connaissez mon amour pour la gastronomie et ma gourmandise légendaire ! Afin de préserver mon bien-être (et ma ligne !), j’essaye cependant de faire davantage attention à ce qui se trouve dans mon assiette et de cuisiner des recettes gourmandes et diététiques (mon penchant naturel pour la nourriture asiatique, plus saine, aide aussi).

J’ai donc été ravie d’avoir été invitée le 23 octobre dernier au Pré Catelan, à l’occasion de la finale du Prix Goût et Santé 2017 de MAAF en partenariat avec le guide Gault & Millau, qui met en lumière les artisans qui auront réussi à allier gastronomie et équilibre nutritionnel dans une recette originale présentée devant un jury de professionnels de la gastronomie et de la santé.

J’ai ainsi pu goûter aux 8 plats finalistes, échanger avec les lauréats (comme vous avez pu le voir sur Instagram si vous m’avez suivie en live) et suis sortie de cet événement avec l’intime conviction que l’on peut rester gourmand en privilégiant des plats équilibrés. La preuve !

 

Des plats gourmands et équilibrés

Rable de lapin (Rex du Poitou) farci aux ecrevisses et à l’oseille de Alain Galerneau, Bessines (79) (2ème prix)

 

Voici quelques atouts de ces plats finalistes qui peuvent nous inspirer pour notre consommation au quotidien (j’ai photographié mes plats préférés parmi les 8) :

Un indice glycémique bas (par le biais d’utilisation de sucres non raffinés ou d’édulcorants naturels) permet une plus faible sécrétion d’insuline, un moindre stockage des triglycérides (graisses) et de prévenir ainsi l’apparition d’un diabète à moyen ou long terme. J’ai d’ailleurs appris que l’on consommait par jour 10 à 20 fois plus de sucre que ce qui nous serait nécessaire : il est donc encore temps d’agir !

La réhabilitation des légumes oubliés comme le panais, dans la recette du sandre de loire A.C.E de Marc Charbonnier et des aliments mal aimés comme la tripe pour le Maki pot au feu tripier du charcutier traiteur Laurent Ody (la texture est évidemment assez particulière, j’avoue).

Sorbet detox orange carotte gingembre du glacier Olivier Menard, Paris (75)

 

-Un apport protéique suffisant que ce soit par l’utilisation de céréales, de poisson, fruits de mer et viandes maigres.

-Un apport modéré en sel en compensant par des épices (cannelle, gingembre…) et herbes aromatiques (oseille…)

-Une action antioxydante de certains ingrédients (gingembre, fruits rouges pour le dessert « Rouge plaisir » de Alain Chartier) pour prévenir des maladies cardio vasculaires.

 

La recette « Prix spécial du jury » de Morgane Béchu

« Pas perdu pour tout le monde » de la pâtissière Morgane Béchu, Angers (49) (Prix spécial du Jury)

 

La pâtissière Morgane Béchu, Prix spécial du jury, a eu l’immense gentillesse de me partager la recette de son délicieux « Pas perdu pour tout le monde » en 3 temps, que je vous dévoile ici.

Le pain de mie à la farine de sarrasin et sucré au miel ainsi que des teneurs en sucre modérées contribuent à un indice glycémique plus bas qu’un dessert traditionnel. Les fruits utilisés ont des vertus antioxydantes bénéfiques sur le système cardio-vasculaire.

La recette (pour 6 petites assiettes) nécessite un robot pâtissier ou le cas échéant un batteur manuel (ça vous fera faire un peu d’exercice physique en plus !).

 

Pain de mie au sarrasin

45g Eau
40g Lait
50g Graines d’avoine
225g Farine T55
25g Farine de sarrasin
4g Sel
10g Miel de tilleul (ou autre)
10 g Mélasse
8g Levure biologique
2 Œufs moyens
65g Beurre

 

• La veille infuser les graines d’avoine dans l’eau et le lait tiède. Réserver dans une petite boîte et laisser à température ambiante.

• À l’aide d’un robot pâtissier (ou batteur), mélanger en 1ère vitesse les farines, le sel, le miel de tilleul, et la mélasse. Ajouter la levure biologique puis le mélange d’eau, de lait et de graines d’avoine.

• Battre 10 min en 1ère vitesse puis 5min en 2ème vitesse. Corner la cuve (=récupérer et rabattre le mélange déposé sur les parois avec une spatule). Ajouter le beurre.

• Battre 10 min en 1ère vitesse. Corner la cuve de nouveau puis battre 7 minutes en 2ème vitesse. Corner et battre la pâte une dernière fois en 3ème vitesse pendant 2min.

• Filmer et laisser reposer la pâte 30 min à température ambiante.

• Rabattre la pâte pour enlever les bulles d’oxygène puis filmer au contact de la pâte.

• Réserver au frigo jusqu’au lendemain.

• Le lendemain façonner le pain de mie, puis le placer dans un moule préalablement beurré.

• Laisser la pâte pointer à température ambiante durant 1h-1h30.

• Dorer la pâte avec un jaune d’oeuf avant la mise au four. Préchauffer le four à 160°C et cuire environ 40-45 min. Vérifier la cuisson du pain de mie en y plantant une lame de couteau.

 

Pommes / poires façon tatin

4 Pommes Fuji du Val de Loire
4 Poires conférences du Val de Loire
60g Sucre
30g Miel de tilleul (ou autre)
10g Beurre

 

• Éplucher les fruits puis les couper en deux. Évider les pommes et les poires puis couper les fruits en quartiers.

• Préparer une plaque de four en y étalant une feuille de papier cuisson sulfurisée. Placer les pommes et les poires sur la plaque.

• Réaliser un caramel avec le sucre. Lorsque le caramel est bien fondu et clair, décuire avec le miel et le beurre hors du feu. Verser le caramel fini sur les fruits.

• Préchauffer le four à 140°C. Lorsque le four est à température, enfourner la plaque de cuisson.

• Cuire les fruits environ 1h en les mélangeant toutes les 20 minutes pour bien les enrober de caramel.

 

Caramel à la fleur de sel au miel
(pour le dressage et lier le tout)

150 g Sucre
60 g Miel de tilleul
190 g Crème
80 g Beurre
1 pincée de Fleur de sel

 

• Réaliser un caramel avec le sucre et ajouter le miel.

• Tiédir la crème liquide. Lorsque le caramel est clair et bien fondu, verser la crème tiède très lentement puis redonner un gros bouillon. Laisser refroidir 10 min au frigo.

• Ajouter ensuite le beurre laissé à température ambiante, ainsi que la Fleur de sel. Mettre en petite boîte avec un couvercle et utiliser pour le dressage.

 

Article réalisé dans le cadre d’une collaboration sponsorisée avec MAAF

Close to me

· Mode

Je devais vous donner des nouvelles de ce pantalon 7/8 que j’avais dans le collimateur ici. Le voici donc porté, dans une tenue presque identique à celle que j’ai dessinée sur Tokyobibi !

Verdict : j’aime sa couleur, sa coupe évasée, son confort et sa longueur s’arrêtant au-dessus de la cheville. Le seul conseil que j’aurais à vous donner si vous voulez craquer aussi, c’est de le choisir 2 tailles au-dessus (j’ai pris un 42 pour mon 38 habituel= non, je n’ai pas abusé des cakes aux amandes, promis).

Vous pouvez d’ailleurs remarquer que cette tenue est presque entièrement composée d’éléments de la marque Close.

En effet, mon partenariat avec le site Monshowroom m’a permis de découvrir, de tester leur marque au fil du temps et d’en apprécier la qualité : Ce sac, ce pull (en rouge et crème), vous les connaissez bien. Ainsi que cette robe que j’ai portée durant tout l’été, de Paris à Bali.

 

Close to you

D’ailleurs, si vous appréciez ce style fait de basiques avec un petit twist, Monshowroom me permet aujourd’hui de vous faire bénéficier d’une remise exclusive de -20% sur la marque CLOSE si vous utilisez le code TOKYOCLOSE20 et ce, jusqu’à dimanche 5 Novembre midi.

Cela peut être l’occasion d’investir dans de bons piliers de garde-robe (Pour ma part, je croise les doigts pour qu’ils sortent un joli manteau noir cette saison). Bon week-end (et bon shopping) !


Ma Tenue

Pull Close (déjà vu ici)
Pantalon 7/8 velours Close
Sac Close (déjà vu ici)
Blazer Zara
Mocassins Comptoir des cotonniers

Bracelets Dinh Van, Thomas Sabo, Swarovski, Louis Vuitton
Bague Papyrus Atelier B
Boucles d’oreilles Soko
Montre Cluse
Collier Minetta Jewellery

Extension de cils « Volume russe » Les cils de Marie (déjà vue ici)
Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Rouge à lèvres Lip Paint Lacquer « 105 Red fiction » L’Oréal Paris

 

Page 2 sur 478