Les toits de Paris

· Mode

Un mois d’Août à Paris est aussi reposant qu’une retraite yoga à Bali… J’exagère un peu, mais le week-end dernier passé à la capitale s’est avéré être plus agréable que jamais, la ville se vidant progressivement durant cette période.

Mon homme et moi avons donc profité de cette tranquillité estivale et de cette météo idéale pour nous balader en toute sérénité dans les rues de Paris. Mais aussi sur les toits !

 

S’évader sans bouger

En effet, nous avons eu l’idée de réserver une nuit d’hôtel histoire de nous évader sans bouger de Paris  (je pense que c’est quelque chose que l’on refera car c’est tellement dépaysant de se mettre dans la peau de touristes dans une ville que l’on connaît au quotidien).

C’était aussi l’occasion pour moi de porter cette robe très « Dolce Vita » : Un vrai bonheur ( et pratique qui plus est : il y a même des poches !). Le genre de coupe flatteuse et féminine susceptible de convenir à toutes les morphologies : j’en suis fan.

Je reprendrai très vite la suite du récit de notre voyage à Bali mais je me devais de vous partager cet interlude, certes un peu « cliché » mais en souvenir de moments bénis passés à Paris.


Ma Tenue

Robe Mango
Sac rapporté du marché de Ubud, Bali (similaire ici)
Sandales Les Tropéziennes (déjà vues ici)

Bracelets Dinh Van, Thomas Sabo, Louis Vuitton
Bague Papyrus Atelier B
(-20% sur les bijoux Atelier B avec le code TKBB20)
Boucles d’oreilles Topshop (déjà vues ici)
Collier Minetta Jewellery

Extension de cils « Volume russe » Les cils de Marie (déjà vue ici)
Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Rouge à lèvres Lip Paint Lacquer « 105 Red fiction » L’Oréal Paris
Vernis à ongles Color Show Preppy Woman « 470 Runway Rose » Maybelline NY

 

Le sud de Bali

· Food, Mode, Voyage

Nous entamons le voyage à Bali par la partie la moins sauvage de l’île, la plus bruyante et la plus infestée de touristes : ça vous tente ?

Dit comme ça, je ne suis pas sûre que vous ayez envie de dérouler l’article mais je ne pouvais passer sous silence cette partie de l’île, d’autant plus que nous y avons passé les 6 premiers jours. Nous ne nous sommes pas aventurés bien loin de notre hôtel mais voici quelques pistes de visites qui pourraient toutefois vous inspirer.

 

Pura Tanah Lot

Mon itinéraire est rarement sorti des sentiers battus, vu le profil « chaise longue-piscine-bouquin-massages » de nos vacances. Je ne pouvais tout simplement pas échapper à la visite du temple de Tanah Lot, l’un des plus photographiés de l’île.

Le temple Tanah Lot et son escorte de touristes

Nous avons choisi d’y aller en fin de matinée même si le coucher de soleil semble être une bonne option romantique…

Nous pensions que la visite matinale serait plus pratique en début de parcours (pour déjeuner ensuite à Canggu et nous rapprocher de notre hôtel à Legian beach le soir. De toutes manières, il paraît que la foule est au rendez-vous au coucher de soleil… le romantisme risque donc de passer à la trappe.

Canang Sari (ou offrandes hindouistes quotidiennes)

Le temple Batu Balong, situé à côté

Le temple hindouiste mérite malgré tout sa popularité car après avoir passé l’entrée et ses multiples échoppes de souvenirs, la vue vaut bien le détour.

 

Canggu

Ville prise d’assaut par les hipsters/ surfeurs australiens, elle est souvent comparée à Brooklyn, ce qui vous permet de cerner un peu l’ambiance de l’endroit.

J’ai beaucoup aimé les boutiques et petits restaurants/cafés healthy toujours superbement décorés, le paradis de l’instagrameur en quelque sorte.

Nous avons ensuite longé la plage pour prendre un verre sur Echo Beach : spot idéal pour regarder les surfeurs dévaler les vagues tout en admirant le coucher de soleil. Ça y est, on le tient ici le romantisme !

 

Mes adresses gourmandes

Même si mes impressions sont mitigées en ce qui concerne les découvertes touristiques de cette zone sud de Bali, un point sur lequel je ne peux discuter, c’est le nombre et la qualité des enseignes où il fait bon manger sain.

L’offre vegan/veggie est légion ici. Rien de lassant ni de frugal, les portions sont étonnamment généreuses et goûteuses.

 

NALU BOWLS (Jl. Drupadi 1 No.2A, SEMINYAK)

On trouve cette enseigne à plusieurs coins de Bali mais la possibilité ici de savourer votre açai bowl à l’étage, dans un confortable café nommé The Shelter rend l’expérience cocooning à souhait.

L’environnement végétal et molletonné de coussins jetés ça et là est propice à la dégustation et à la détente.

 

POKĒ POKĒ (Jl. Pantai Batu Bolong No.58, CANGGU)

Aloha Bali bowl (Thon sauce Ponzu, Tempeh, Wonton croustillant, salade, pétales de coco…)

 

Enseigne servant ces bols hawaïens garnis de poisson cru, de graines en tout genre et salade : les fameux pokebowls ! Je serais capable d’en manger à longueur de journée (Tout comme Les açai bowls d’ailleurs).

 

SEA CIRCUS BALI (

L’endroit aussi beau que bon. Un soin est apporté à la décoration de l’entrée (où les indonésiennes et touristes patientent pour immortaliser LA photo : ce que j’ai fait évidemment !) jusqu’à celle des toilettes (je vous laisse le soin de découvrir si vous vous y rendez).

Tacos aux crevettes et Kombucha

 

SARDINE (Jl. Petitenget No.21, Kerobokan, près de SEMINYAK )

Je n’ai pas pris de photos des plats servis car il faisait trop sombre mais si vous souhaitez dîner tranquillement avec de la nourriture un peu plus évoluée (un peu plus onéreuse du coup) que la salade ou le pokebowl, ce lieu est fait pour vous.

Poissons cuisinés à la perfection avec vue sur une petite rizière : une vraie bulle de tranquillité dans l’effervescence de Seminyak.

 

NOOK (Jl. Umalas 1 Gang Nook No. 1, Kuta Utara, Kerobokan)

Située presque à côté de Sardine, l’endroit offre également une vue dégagée sur une petite rizière avec une ambiance plus décontractée et un Nasi campur ( mon plat préféré indonésien) des plus savoureux.

 

THE PIRING DAUN (Tibubeneng, North Kuta)

C’est ici que j’ai dégusté mon premier Nasi campur et ce fut la révélation. Ce mélange de riz, de petits plats épicés et variés est une bénédiction. Mention spéciale au tempeh (pâté de soja fermenté) qui fut mon pêché mignon pendant tout le séjour (où peut-on trouver en France?).

 

ECHO BEACH CLUB (Jalan Pura Batu Mejan, CANGGU)

Je vous mentionne l’adresse uniquement pour la vue car la carte n’est pas des plus extraordinaires. Prendre un verre ici a été l’un des meilleurs moments détente/chill/contemplation de mon séjour.

 

Ce que j’aurais voulu tester

J’avais noté ces quelques adresses qui me semblaient prometteuses : je n’ai pas eu l’occasion de les tester mais cela peut vous donner encore plus de choix. À vous de me dire si j’ai eu du flair !

BETELNUT CAFE (Jl. Pantai Batu Bolong No.60, CANGGU): Grosses salades et healthy food

RUKO CAFE  (Jl. Pantai Berawa No.99, Tibubeneng) Açai bowls et pancakes

WARUNG RONGGEN (Jl. Nakula No.88Y, SEMINYAK): Plats traditionnels indonésiens

HOME MATE (Jl Petitenget No.1a, SEMINYAK): Glaces japonaises « kakigori » et gâteaux


Ma Tenue

1/ Canotier Topshop
Top dos croisé Mademoiselle R (déjà vu ici)
Jean large croppé Close
Mules Balsamik
Sac Mademoiselle R

2/ Chapeau de paille Brixton
Combinaison rayée R Studio (déjà vue ici)
Tee shirt ASOS
Sandales Ancient Greek Sandals (2013)

3/ Robe Close
Sandales Les Tropéziennes (déjà vues ici)
Panier R Edition

Cadres de vie

· Déco, Mode

L’évolution de la décoration d’un appartement est le travail d’une vie (je n’ose imaginer pour une maison !) : Nos envies, nos besoins et nos goûts changent au fil du temps. En ce moment, nous recherchons un lieu de vie plus épuré, moins enfantin, plus végétal (l’influence de Bali ?).

Lorsque Desenio m’a proposé de choisir des affiches parmi leur sélection, je me suis dit que ce serait l’occasion d’enfin terminer le mur de cadres derrière notre canapé et de redéfinir les différentes ambiances de notre salon.

 

Tokyo & le monde

Vous savez que Tokyo est une ville très chère à notre cœur : Nous avons d’ailleurs agrandi ce cliché pris du haut de la tour Sky Tree lors d’un de nos derniers voyages nippons et voulions trouver d’autres affiches pour l’accompagner.

Cadres et affiches Desenio
Oiseaux en terre cuite ramenés de Savannah, USA
Tête de cerf et tête de buffle AM.PM

 

J’ai donc voulu évoquer notre passion commune à mon homme et moi : les voyages. Cet assortiment de cadres mêlant planisphère et envolée d’oiseaux reflète à la perfection notre appétit d’évasion, de découverte et de liberté.

 

Rose et touches de verdure

Affiches Desenio
Paniers suspendus Cyrillus

 

Ce 2ème coin « étagères » a été remanié et épuré depuis les dernières fois où vous l’avez vu sur le blog. Je me suis débarrassée de pas mal de choses et ai rangé la majorité de mes « Kawaïeries » dans un carton (haha j’ai enfin décidé de devenir adulte!).

Affiches Desenio
Boucles d’oreilles Soko
Arrosoir Kikkerland
Vaporisateur de plantes Kikkerland

 

Pour cet espace, nous avons choisi des affiches dans les tons rose tendre pour une harmonie avec mon illustration de The Grand Budapest Hotel.

Un mélange de verdure par ci par là pour atténuer l’effet girly du rose.

Affiches et cadre doré Desenio
Veilleuse lapin Rice

Cache-pot en laiton La Redoute Intérieurs

 

De l’autre côté de ces étagères, nous avons remplacé l’affiche « New York avec toi » par cette affiche forestière plus neutre et plus poétique.

La décoration de notre salon évoluera certainement (je rêve d’épurer encore plus) mais je suis plutôt contente du résultat actuel qui colle davantage à notre état d’esprit du moment.

 

PS : Vous pouvez bénéficier d’une remise de -25% sur le site Desenio jusqu’au jeudi 27 Juillet inclus, en utilisant le code TOKYOBANHBAO (hors cadres et collection « handpicked »).

 

Billet sponsorisé réalisé dans le cadre d’une collaboration avec Desenio

Mes conseils pour voyager à Bali

· Illustration, Voyage

Durant mon voyage à Bali, bien qu’ayant réussi à déconnecter pendant plus de 48h sans téléphone ni appareil photo, le reste du temps, le paysage de Bali était tellement magnifique qu’il aurait été criminel de ne pas l’immortaliser. Cela signifie que j’ai suffisamment de matière première pour vous rédiger quelques articles sur le blog ! Youhouuu !

 

Mange, Prie, Aime

Le but principal de ce voyage étant le repos, notre rythme d’exploration était très peu soutenu mais si vous souhaitez, comme nous, passer des vacances farniente avec une pincée de visites, mon itinéraire devrait vous inspirer.

Dans les semaines à venir, je vais détailler les quelques lieux que nous avons visités sur l’île des Dieux. En attendant, voici quelques conseils pour préparer votre voyage !

 

Quand partir ?

Pour tout vous dire, au moment de réserver les billets en février, nous avions en tête de repartir au Japon en Juin. Puis après s’être renseignés sur la météo nippone pas très optimale à cette période (et aussi parce qu’il n’y a pas que le Japon dans la vie haha), on a privilégié une autre destination et l’île de Bali s’est présentée à nous.

Mai à Octobre signant la saison sèche, cela semble donc être le créneau optimal pour visiter Bali.

Nous y sommes restés du 16 juin au 1er Juillet : Météo agréable (une moyenne de 26°C contre 35-40°C à Paris pendant la canicule de Juin !), un nombre raisonnable de touristes au m2 , des prix assez intéressants niveau logement et vols.

 

Le (long) trajet en avion

Il n’y a pas de vol direct au départ de la France pour l’Indonésie : vous devrez donc compter sur une escale et faire preuve de patience.

Je n’ai pas de compagnie aérienne à recommander : il faut comparer les prix, les escales proposées etc. Nous sommes partis avec Thai Airways avec un trajet total de 19h comprenant une escale de 3h à Bangkok. En général, les longs trajets en avion ne me font pas peur puisque j’arrive à dormir n’importe où et rattrape mes retards cinématographiques à bord mais j’ai conscience que cela peut en effrayer certain(e)s.

Mon conseil N°1 pour ce genre de voyage à rallonge serait de porter les glamourissimes chaussettes de contention (dispo en pharmacie) pour ne pas avoir à l’arrivée les chevilles aussi épaisses qu’un poteau de Koh Lanta.

Boire beaucoup d’eau à bord, éviter l’alcool, penser à amener un foulard/bandana pour contrer les traitres effluves de la clim, brosse à dent et dentifrice de voyage pour ne pas faire évanouir l’hôtesse de l’air lorsque, dans un souffle, vous répondrez à sa traditionnelle question : « Tea or coffee ? »

 

Les formalités

Pas de formulaire à remplir avant votre départ.

Côté bagages, évitez de transporter votre fusil de chasse, votre couteau de Ninja, votre collection de 500 paquets de cigarettes si vous souhaitez que votre trajet de 19h ne se trouve allongé de quelques heures supplémentaires à la douane mais vous connaissant, je pense que tout devrait bien se passer.

Tous les liquides des bagages cabine dont la contenance est inférieure à 100ml doivent être rangés dans des sachets transparents zippés, je ne vous apprends rien.

Pas besoin de visa pour les séjours de moins de 30 jours. Ayez un passeport à jour, c’est tout ce que l’on vous demande.

 

Les infos sanitaires

Les vaccins du voyageur tels Hépatite A et typhoïde sont recommandés mais pas obligatoires (à moins que vous ne passiez un séjour « à l’état sauvage » avec votre ami Mike Horn mangeur de cafards et buveur d’eaux troubles). Les autres vaccins (Diphtérie Tétanos Polio Coqueluche…) sont censés être à jour.

En ce qui concerne les troubles digestifs du voyageur, j’ai mangé tout ce qui s’offrait à moi, que ce soit à l’hôtel ou dans les rues : fruits, brochettes, plats épicés, tout y est passé et je n’ai pas eu de souci. Est-ce parce que j’ai fait une cure de probiotiques avant et pendant le séjour ? Possible que ça aide.

Je n’ai pas pris de traitement anti-paludéen vu que Bali est épargné par le paludisme. Donc, si vous restez seulement à Bali, rien de particulier à faire.

Malgré m’être tartinée de répulsif moustique à longueur de journée et soirée, je me suis pourtant faite dévorer par les moustiques (à Ubud surtout, et même à travers le pantalon et la moustiquaire). Ne paniquez pas, car mon homme n’a pas du tout subi le même sort (peut-être car je lui servais de bouclier à côté ?). J’imagine donc que le problème vient de moi. Je suis une proie idéale.

 

Visiter Bali

Nous avons divisé nos 15 jours de vacances en 2 : une semaine non loin des plages de Kuta, Canggu et une autre semaine à Ubud. Les premières destinations sont loin d’être sauvages, vous risquez d’être vite fatigués par l’afflux de touristes dans cette zone.

Ubud est plus calme et reposant. J’ai préféré et de loin.

Nous aurions bien voulu explorer le nord et l’est de l’île qui doivent regorger de sites photogéniques à souhait mais comme je vous l’ai dit, notre rythme était très tranquille. Nous nous sommes focalisés sur ces deux destinations sans trop forcer et cela nous a convenu.

Je ne saurais donc pas vous donner de conseils sur les autres secteurs de l’île, veuillez bien m’excuser !

 

Se déplacer à Bali

Je ne sais pas si c’était parce que Barak Obama passait ses vacances à Bali au même moment que nous (service de sécurité renforcé) mais j’ai trouvé qu’il était incroyablement difficile de se déplacer. Ne vous fiez pas aux distances courtes, car les embouteillages sont à prendre en compte.

Dans les villes comme Seminyak ou Kuta, se balader à pied est assez stressant puisqu’il faut éviter les voitures, les 2 roues et marcher sur des trottoirs très étroits. (Je n’ai bizarrement pas ressenti cela en Thaïlande ou au Vietnam, alors que l’ambiance de rue y est relativement similaire).

Pour aller d’un point à un autre nous avons donc pris le taxi (privilégier ceux de la compagnie BlueBird Taksi, les plus fiables, avec compteur).

Le plus judicieux serait de louer un scooter pour se faufiler. Pas mal de touristes le font mais nous en étions incapables, ne maîtrisant absolument pas la conduite en deux-roues ni le code de la route balinais assez anarchique.

Pour les longues distances et les excursions, il est préférable de louer une voiture avec chauffeur privé pour la journée qui vous emmène où vous souhaitez. C’est très courant et assez peu onéreux (environ 35€ la journée).

 

Manger à Bali

Quoique j’ai pu manger à Bali, je n’ai pas été déçue. Tout est frais, bien préparé et copieux en général.

Les warungs sont de petits restaurants familiaux que vous trouverez un peu partout sur votre chemin et servent des plats traditionnels. La nourriture indonésienne est relativement relevée (pas mal d’épices comme le saté) mais c’est totalement supportable.

Le prix de la nourriture est extrêmement bon marché (dans les stands de rue, comptez environ 2 euros pour un plat traditionnel comme le nasi goreng).

En parallèle, l’offre vegan/veggie est incroyablement variée et de bonne qualité. Les enseignes Vegan/Yoga/mangeurs de graines-friendly sont un peu plus onéreuses que les warungs mais les salad bowls ou autres buddha bowls (très copieux) dépassent rarement les 6-7 euros.

J’aurai l’occasion de développer la partie gastronomique balinaise lors de mes prochains billets avec adresses gourmandes à la clef. Restez donc connectés !

Voilà donc un tour global des questions que vous pouvez vous poser si vous envisagez un voyage à Bali. Comme d’habitude, n’hésitez pas à m’interroger si quelque chose n’est pas clair. Je tenterai d’y répondre au mieux. Je vous donne rendez-vous pour la suite du voyage très vite !

Page 2 sur 352