Five senses #15

· Déco, Food, Mode

Voici un nouvel épisode de Five senses dans lequel je partage ce qui a fait pétiller mes 5 sens dernièrement : c’est parti !

 

La vue

Sweatshirt American Vintage
Costume Urban Outfitters (2014) (déjà vu ici)
Baskets New Balance (2014) (déjà vues ici)

 

J’ai deux couleurs phare dans ma garde-robe : le beige et le gris. Je les trouve faciles à assortir entre elles ou avec d’autres couleurs.

À part ça, j’affectionne également le rose (pour le côté frais et « bonne mine ») que j’arbore sur quelques vêtements (sur un trench, une veste longue, un ciré et un pantalon). Je n’avais pas de haut rose (à part un pull dont j’adorais la couleur mais j’ai dû m’en séparer car il grattait vraiment trop !) : j’ai donc investi dans ce sweat-shirt rose (avec la certitude qu’il ne gratte pas vu qu’il est en coton doux et molletonné)

Voici donc une tenue en costume gris relevée par cette touche de rose, que je porte dehors sous un long manteau chaud. Je tenterai d’autres associations avec des vêtements beige : c’est ma manière à moi d’apporter un peu de pep’s à la météo ambiante !

 

Le goût

Pas mal de découvertes gourmandes dernièrement et 2 enseignes ensoleillées à vous recommander.

La 1ère : HÉBÉ (15 Rue Frédéric Sauton, 75005 Paris) Un équilibre parfait des saveurs et des textures de l’entrée au dessert. J’ai palpité avec émotion devant le tartare, le canard à la lavande et le millefeuille croquant à souhait. Un menu à partager pour un moment convivial et plein de bonheur.

Tartare de boeuf, maïs grillé, poulpe à la plancha et canard et sa purée de carotte à la lavande

Millefeuille praliné noisette et pêche à la verveine

 

La 2ème enseigne : TINTAMARRE (80 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris) est plus simple mais tout aussi gourmande. Cette adresse aux influences libanaises s’engage à n’utiliser que des produits bio, de saison et principalement en circuit court.

Tataki de boeuf, mememen, houmous au pamplemousse et fatteh de pois chiche, brochettes de halloumi

 

J’ai particulièrement apprécié la cassolette d’œufs aux légumes légèrement relevée appelée « menemen » ainsi que les différents houmous avec un délicieux goût de « reviens-y ». À ce propos, j’essayerai d’y revenir pour tester le brunch qui m’a l’air assez gourmand.

 

Le toucher

Agenda et recharge Delfonics

 

Les années passent et je ne peux abandonner l’idée d’utiliser mon agenda papier (je n’arrive pas à organiser mes rendez-vous avec un calendrier de téléphone).

Ma boutique préférée de papeterie à Paris est Delfonics (une enseigne japonaise) au Carrousel du Louvre : Chaque année je viens y acheter mon agenda. L’an dernier j’ai choisi une couverture que je peux renouveler d’année en année (car il n’y a pas l’année marquée dessus) et surtout car cette enseigne propose des recharges d’agenda !

J’ai donc seulement pris la recharge pour 2020 (je suis de la team « agenda débutant en janvier » et pas « agenda commençant en septembre ») : Je suis donc prête pour démarrer l’année prochaine de manière organisée !

À côté de ça, cette boutique est remplie de jolies cartes, stylos et de pochettes : plaisir des yeux !

 

L’ouïe

Grand enthousiasme pour mes tympans récemment puisqu’après 7 ans d’attente, Keane a sorti un nouvel album « Cause and effect » que je ne me lasse pas d’écouter.

Coffret collector CD/vinyle Keane « Cause and effect »

 

Comme je le disais sur Instagram, il n’est pas facile d’accrocher à cet album dès la 1ère écoute vu le côté peut-être un peu lent et les mélodies pas forcément accrocheuses. Mais si on insiste un peu (comme pour les endives ou les choux de Bruxelles) on peut vraiment prendre plaisir à l’écouter (vous allez me dire que je ne suis pas objective mais bon…).

J’ai d’ailleurs déjà pris mes places pour aller les voir à nouveau en concert en Janvier à l’Olympia : quand on aime…

 

L’odorat

Mon coup de cœur gourmand de ces dernières semaines est symbolisé par ce pot vert contenant une délicieuse pâte à tartiner au thé vert matcha, croisée par hasard dans une épicerie coréenne du quartier de l’opéra.

Pâte à tartiner au thé vert « Bokumjari » (trouvée chez ACE Opéra)

 

Un très subtil parfum de matcha (ou nokcha, étant donné que le produit est coréen) venant relever une saveur de confiture de lait, à étaler sur une tartine ou une brioche toastée. Pour les non parisiennes j’ai repéré quelques recettes de pâte à tartiner au matcha à faire soi-même (ici et ici) que je testerai certainement une fois mon pot terminé : à suivre !

Awaji & Tadao Ando

· Art, Déco, Food, Illustration, Voyage

Enfin ! Nous entamons la 1ère étape de notre road-trip japonais après avoir d’abord insisté sur Osaka. Il est temps à présent d’attaquer le périple dans l’ordre de notre découverte.

En effet, dès notre atterrissage matinal à l’aéroport de Osaka, après avoir récupéré la voiture de location (=toutes les infos à ce sujet sont ici), nous avons roulé non-stop vers l’île de Awaji. Celle-ci relie l’île principale de Honshu à celle de Shikoku (qui nous intéressera principalement pour ce voyage). En route !

 

Awaji Yumebutai

Ce jardin/monument/parc (je ne sais pas vraiment comment le définir) a été notre première visite presque au saut de l’avion ! Mais l’excitation de nous trouver en terre japonaise ainsi que la perspective de découvrir l’oeuvre de Tadao Ando en situation ont réussi à nous tenir bien éveillés.

Je remercie encore mille fois mon agent de voyage préféré de m’avoir suggéré cette étape qui mérite le détour si vous êtes fan comme moi du travail de l’architecte.

Awaji Yumebutai a été construit suite au séisme de Kobe de 1995 par Tadao Ando, qui a su tirer partie des cicatrices de la nature pour arriver à sublimer cet espace. Le résultat, très vaste à explorer, regroupe un hôtel, un mémorial, un jardin botanique et divers points de vue sur la mer.

L’endroit le plus impressionnant étant le Hyakudan botanic garden (=le jardin des cent paliers), cet escalier fleuri que vous pouvez admirer ci-dessous. La floraison n’était pas optimale lors de notre visite mais j’imagine qu’au printemps cela doit être encore plus spectaculaire.

Les maquettes…

… et la réalité !

Comme à son habitude, Tadao Ando met un point d’honneur à faire cohabiter la nature et l’architecture avec harmonie et c’est un réel plaisir pour les yeux. Prévoyez donc quelques heures à une demi-journée : tout dépend de votre capacité à vous émerveiller et regarder le moindre détail.

 

Le tourbillon de Naruto

Cette curiosité de la nature se situe entre l’île d’Awaji et la préfecture de Tokushima (du côté de Shikoku) et peut s’observer à deux moments de la journée (aux alentours de 8h et de 14h pour voir un tourbillon bien formé). Nous y sommes arrivés un peu plus tard mais avons pu nous rendre compte du phénomène malgré tout.

Ce tourbillon se crée grâce à la rencontre des marées de l’océan pacifique et de la mer de Seto, qui forment alors ce phénomène.

Du ferry, on peut admirer le pont digne d’un Golden Gate, qui enjambe le détroit de Naruto. Et comme toujours au Japon, les mascottes sont de la partie !

 

L’hôtel TOTO Seawind par Tadao Ando

Cette fin de première journée en territoire nippon (sans dormir !) se termina par l’arrivée dans cet hôtel en bord de mer, désigné par Tadao Ando (quand je vous dis que mon chéri a trouvé des pépites !).

On reconnaît le style caractéristique de l’architecte : ces lignes, ce béton, ce jeu d’ombre et de lumière. Un minimalisme assumé et très apaisant pour le regard.

Le seul bémol : c’est tellement minimaliste que si vous arrivez vers 19h sans avoir réservé le dîner, vous ne trouverez rien à manger aux alentours et ne pourrez pas bénéficier du dîner préparé sur place (les Japonais détestent l’imprévu donc inutile d’insister !).

Nous avons été pris au piège et avons fini dans notre chambre à réchauffer des nouilles instantanées que les membres de la réception ont finalement pu trouver dans le garde-manger (ils ne doivent décidément pas avoir l’habitude de côtoyer des clients comme nous, si peu prévoyants !).

Ça envoie du rêve n’est ce pas ? Vous voilà donc prévenu.e.s pour cette histoire de dîner à réserver !

À côté de ça, le petit-déjeuner est parfait (nous l’avions réservé cette fois !) et se présente sous forme de buffet japonais varié (à dominante salée= riz, poisson, tofu…) dans lequel on picore ce que l’on aime pour le disposer sur des assiettes bien compartimentées.

Une très bonne adresse pour se loger (étonnamment peu chère pour le Japon = environ 12000¥ = 100€ la nuit ) pour qui aime l’architecture minimaliste et le calme absolu avec vue sur la mer.

 

Des sushi chez Hayashiya 林屋鮓店

(HAYASHIYA 1168 Iwaya, Awaji 656-2401 Hyogo Prefecture) Ma seule adresse gourmande testée est ce restaurant de sushi dans lequel on a déjeuné avant de visiter le parc Yumebutai.

J’avais l’impression que toute la population de cette ville était rassemblée dans ce restaurant plein à craquer vu le vide dans les rues.

Preuve que c’est une bonne adresse ! Les sushi y furent savoureux et préparés devant nous à la demande. Je n’ai malheureusement pas pris de photos qui rendent justice à ce que nous avons mangé mais tout était délicieux et terriblement frais ! (J’ai filmé un peu d’ambiance dans mes stories Instagram).

Notre première visite s’arrête donc ici ! L’exploration de Shikoku commence au prochain article en attendant de revenir à Awaji en fin de voyage pour des activités plus délassantes : à très bientôt !

Quels souvenirs rapporter du Japon ?

· Déco, Voyage

J’ai été amenée à répondre à cette question sur Twitter et je me suis dit que ce serait plus complet si je développais ma réponse dans un article. En effet, le Japon regorge d’objets divers et variés et tout mériterait d’être rapporté en souvenir mais j’ai dressé une petite liste de ce qui me semblait judicieux de transporter dans sa valise au retour en France.

Cette liste est évidemment en fonction de mes goûts personnels et vous aurez peut-être davantage envie de vous procurer une figurine Shiba qui balance la tête à l’arrière d’une voiture, mais j’espère qu’elle pourra vous donner des idées lors d’un prochain voyage au Japon.

 

De la vaisselle et de la céramique

C’est ce que je rapporte désormais en priorité de mes voyages nippons : j’essaye cependant de rester raisonnable et ne choisis que quelques pièces à chaque fois, histoire de les apprécier à leur juste valeur et d’avoir le plaisir de me composer un service complet petit à petit.

Vaisselle et vases provenant de Tokyo, Osaka, Okayama et cuillères/fourchettes en bois trouvées à Kyoto
(chez Inobun : j’en parlais ici)

 

Des objets Disney

Ceci pourra être totalement dispensable si vous n’avez pas l’habitude de passer votre vie dans les parcs Disney. J’aime rapporter des souvenirs ou accessoires pour mes futures visites dans le parc Disneyland Paris (comme des petits sacs ou tee-shirts et oreilles de Minnie) car je sais qu’ils me seront utiles pour parfaire mes tenues.

Pour le reste, je privilégie les petits objets (si possible utiles) comme les stylos, ces 2 touillettes ou ce protège-câble Alien que je trouve tout simplement génial !

N’hésitez pas à visiter les boutiques Disney Store au Japon (en plus des boutiques du parc Tokyodisneyland) car l’esthétique japonaise en matière de merchandising Disney est toujours très recherchée et combine souvent l’utile au Kawaii.

 

Des affiches de cinéma

Dès que je croise un cinéma au Japon, je m’empresse d’y entrer pour piocher quelques petites affiches en libre service : En petit format (utilisées là-bas comme flyers pub), elles sont toujours plus jolies que celles que l’on trouve en Europe et peuvent être encadrées au retour pour une idée cadeau.

Insolite ! Je ne m’attendais pas à trouver le film français « Le grand Bain » en affiche japonaise !

 

Des gourmandises

Les Kit Kat aux goûts divers et variés (Rhum raisin, Matcha, Saké, cheesecake…) sont une valeur sûre pour vos petits cadeaux mais vous pouvez aussi opter pour des bonbons kawaii, des spécialités salées japonaises : j’avoue que j’en rapporte de moins en moins pour moi car on en trouve assez facilement sur Paris et je préfère profiter d’autres spécialités nippones sur place !

 

Des babioles venant de Daiso, Don Qijote ou de Muji

De mes voyages passés j’y ai trouvé beaucoup d’accessoires pour la cuisine et pour les bentos plus particulièrement. J’aime beaucoup me rendre dans les Muji locaux également, car j’y trouve quelquefois des produits non commercialisés en France et le prix est moins élevé là-bas (donc, au cas où vous avez repéré un article en France, attendez d’être au Japon pour craquer dessus, c’est bien moins cher).

 

Un yukata

Les gros budgets pourront investir dans un joli et authentique kimono mais pour ma part, un yukata est bien suffisant (et d’un encombrement plus minimal= j’ai investi dans celui-ci en 2014, que j’ai toujours dans mon placard)

 

Un furoshiki

Parfait pour transporter tout ce que vous voulez avec une petite touche nippone. (Celui-ci, toutefois fabriqué au Japon, n’a pas été rapporté d’un de mes voyages mais m’a été offert par mon amie Candice).

Furoshiki « daruma » à nouer de 1000 façons différentes !

 

Des livres ou magazines japonais

Pour l’inspiration ! Même si je ne lis pas un mot de japonais, j’ai toujours énormément de plaisir à les regarder.

 

De la papeterie japonaise

Pour les amoureux de l’écriture et du papier, le Japon fait toujours des merveilles.

 

Comme je vous le disais, cette liste peut être agrandie en fonction de vos goûts (vous pouvez d’ailleurs proposer d’autres idées dans les commentaires) : pour ma part, je rapporte de moins en moins de choses (toujours dans le souci de moins consommer et de davantage profiter de moments « souvenirs » sur place !). J’espère en tous cas que cela vous aura inspiré pour des idées-cadeaux du soleil levant, pour vos proches (ou pour vous-même) !

Page 4 sur 506