Matsuyama

· Food, Illustration, Voyage

Il est temps de nous replonger dans la suite de mon road-trip japonais (plus d’un an après !… désolée si je prends mon temps mais je fais durer le plaisir !).

En route pour une visite de la ville de Matsuyama, dans la préfecture de Ehime, située au nord-ouest de l’île de Shikoku. Nous y avons posé nos valises 2 nuits afin de profiter de la ville mais aussi d’explorer à quelques kilomètres de là, le village de Ōzu (que je développerai dans un prochain article). Pour l’heure, retour en ville avec ces quelques pistes de visite !

 

Le château de Matsuyama

Ce château, situé sur les hauteurs de la ville est accessible à pied, en téléphérique ou en télésiège. Malheureusement nous avons eu droit à une météo mélangeant pluie et brouillard : pour nous, l’unique choix fut de grimper « à pied » mais les deux autres options auraient pu être drôles à expérimenter.

Le château, construit en 1603, ayant subi les bombardements durant la seconde guerre mondiale, a survécu grâce à de précieuses rénovations. Le brouillard ce jour-là n’a fait qu’amplifier l’ambiance mystérieuse du lieu, ce qui au final a rendu le parcours encore plus intéressant.

Nous avons choisi de visiter l’intérieur du château (il faut se chausser de pantoufles vertes quelque peu anachroniques, gracieusement prêtées sur place!). Il regorge d’objets d’époque, d’armures, de sabres et même d’une salle où vous pouvez enfiler une armure de samouraï pour profiter encore plus de l’ambiance shogun. Un peu kitsch mais jouissif !

La vue surplombant la colline offre un spectacle contrasté entre ces vieilles pierres du passé et le panorama parsemé d’immeubles modernes : choc temporel !

 

Dogo onsen

De retour sur la terre ferme, direction Dogo onsen honkan, un bâtiment qui aurait inspiré Hayao Miyazaki pour son film d’animation « Le voyage de Chihiro ».

Ces sources chaudes de la ville seraient les plus anciennes du Japon et sont ouvertes au public. Nous n’avons pas pris le temps de nous y relaxer mais sachez que vous pouvez y prendre un bain (l’eau aurait des vertus thérapeutiques) et profiter du salon de thé au 2ème étage.

Nous nous sommes contentés d’un bain de pied à l’extérieur, très agréable aussi malgré tout. Cela nous a permis d’attendre patiemment la grande horloge animée « Botchan karakuri clock » qui prend vie chaque heure de 8h à 22h avec de petits personnages qui surgissent et dansent autour cette horloge magique.

Le bain de pied à Dogo onsen en attendant l’animation de l’horloge Botchan Karakuri

 

A deux pas, la gare « Dogo onsen » est aussi très pittoresque avec cette locomotive vintage.

Si vous venez de rater l’animation de l’horloge, vous pouvez toujours occuper vos 60 minutes en flânant dans la Dogo arcade, une allée couverte abritant de nombreuses boutiques de souvenirs pleines d’objets dérivés estampillés de la mascotte de la préfecture de Ehime, Mikyan (un hybride entre une mandarine et un ours). Gourmandises locales sont également au rendez-vous. N’oubliez pas de revenir à l’horloge !

Mikyan, la mascotte de Ehime est partout !

 

Le temple Ishite-ji

Encore une fois, nous ne perdons pas de vue le pélerinage de Shikoku et de ses temples, d’autant plus lorsque le temple numéro 51 se trouve tout près de Dogo Onsen : une pierre deux coups !

L’accès à ce temple est néanmoins peu rassurant lorsque l’on choisit de passer par un petit passage obscur reliant la route au temple ! Nous avons quitté la route pour nous engouffrer dans cette pseudo grotte à peine éclairée (je hurlais tous les mètres, en avançant : Chochotte ? Moi ?) mais la récompense n’en est que plus appréciable : cette nouvelle calligraphie se mérite !

Si vous avez peur du noir, choisissez l’accès par la route pour vous éviter quelques sueurs froides même si entre nous, vous ne risquez pas grand chose (…mais vous savez, quand l’imagination va bon train…).

 

Les spécialités de la ville

Botchan dango et Taruto

 

Matsuyama est réputée pour sa production d’agrumes et de mandarines appelées « Mican » que vous verrez déclinées sous toutes formes de gourmandises : glaces, gâteaux, gelées, jus… Rafraîchissant !

On trouve également le Botchan dango, une sorte de brochette de mochis de 3 couleurs différentes et le Taruto, un sponge cake au yuzu et haricot rouge.

Nous avons aussi goûté aux plats locaux dans un restaurant, SUSHIMARU HONTEN (2 Chome-3-2 Nibancho, Matsuyama) situé non loin de notre hôtel.

Le plat signature de la région de Ehime est le Taimeshi (riz à la daurade). Dans la ville de Matsuyama, la daurade est censée porter chance : on accepte donc avec plaisir !

Ce plat doit être dégusté selon un certain protocole grâce aux différents ingrédients présents sur le plateau : Ajouter les condiments sur le riz, mélanger l’oeuf à la soupe, ajouter la daurade et les oignons à cette soupe, les déposer ensuite sur le riz avant de verser la soupe et se régaler.

Le Taimeshi prêt à être dégusté, après mélange et le Matsuyamazushi

 

Un autre plat local, le Matsuyamazushi n’est autre qu’un bol de riz vinaigré surmonté de poisson cru et d’anguille. Plus classique mais tout aussi bon.

Le 2ème soir, nous avons choisi de déguster des brochettes yakitori dans le restaurant KURO TENGU. Il ne me semble pas que les yakitori soient connues pour être la spécialité de la région mais régalade quand même !

Nous nous sommes laissés tenter par un assortiment de brochettes à la carte (asperges enroulées dans du lard, aubergine, poulet…) et de yakionigiri (boulettes de riz grillées au bon goût fumé). Tellement réconfortant !

 

Yakitori et yakionigiri

 

Notre hôtel à Matsuyama

Pour nos 2 nuits, nous avons choisi un hôtel du centre-ville, très bien placé : le Dormy Inn Matsuyama Natural Hot Spring. Les chambres sont sans fioritures, simples mais confortables. On peut également profiter du onsen sur le toit mais nous n’avons pas eu le temps de nous y attarder.

Le petit-déjeuner sous forme de buffet est copieux et majoritairement salé, comme partout au Japon : l’occasion de déguster du natto au saut du lit, pour les plus aventureux !

 

J’espère que ce tour d’horizon de Matsuyama vous aura plu : la prochaine fois, je vous raconterai notre escapade « randonnée » à Ōzu, située à 50mn de Matsuyama. Un village plein de charme comme on les aime… Attention coup de coeur !

4 commentaires

  1. Répondre

    Anne

    Merci pour ces images qui nous font voyager à l’heure où c’est impossible… Comme c’est beau!

    • Répondre

      Tokyobanhbao

      Merci ! Je suis contente que cela arrive à te faire voyager ! C’est un plaisir en tous cas de m’y replonger dedans !

  2. Répondre

    Douces effrontées

    Merci pour ton article qui me fait voyager. Les images sont tellement belles.

    Des bisous

Laissez un commentaire

* Ces champs sont obligatoires Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.