Rose & gris

· Mode

Devant le temps pluvieux plus qu’enjoué de ces derniers jours, j’ai dû me faire violence en dégainant une couleur rose pastel pour remonter le moral au plus vite. J’ai trouvé que son association avec un camaïeu de gris relevait le tout en douceur.

L’occasion pour moi de ressortir ce sac bien connu de celles qui sont fidèles depuis mes débuts, et de réinvestir dans le même pantalon que celui-ci mais version gris souris (il est tellement confortable !).

Voici donc mon combo « Quand la dragée rose rencontre le béton gris » !


Ma Tenue

Manteau Simone & Louise (déjà vu ici)
Pull YMC (déjà vu ici)
Pantalon Vero Moda (-60%) (déjà vu en camel ici)
Baskets Stan Smith Adidas
Sac Covered Velo Balenciaga
Bracelets Dinh Van, Mya Bay, Louis Vuitton
Montre Karl Lagerfeld

Rouge à lèvre « Liya’s Delicate Rose » Color Riche Collection exclusive L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris
Vernis à ongles « 857 Chantilly Lace Color Riche » L’Oréal Paris

Sparking joy

· Mode

Cela fait plusieurs mois que je m’attelle au tri de mes placards après avoir lu la méthode de Marie Kondo. C’est assez difficile pour moi d’appliquer ce qu’elle dit car je suis assez attachée à mes vêtements, aime les porter plusieurs fois de différentes façons et ne jette pas à tour de bras.

J’ai quand même réussi à épurer un maximum de ma garde-robe mais il y a encore du travail.

Cela dit, l’épreuve du « Je garde? » « Je donne? » « Ce vêtement me procure t-il de la joie? » au sujet de mon manteau blazer fétiche (5 ans d’âge) a été passée avec grande facilité (je l’ai d’ailleurs déjà dit ici : je radote) : pas de doute à avoir, je l’ai tellement porté, je compte le reporter, je l’aime, je le garde !


Ma Tenue

Manteau blazer Sandro (2011) (déjà vu ici)
Blouse Soft Grey (déjà vue ici)
Mini jupe cuir Oakwood (-40%)
Collants Luxe 9 black Wolford
Boots Miista (-40%) (déjà vues ici)
Pochette en cuir Topshop
Bracelets Dinh Van, Mya Bay, Louis Vuitton
Montre Karl Lagerfeld

Rouge à lèvre « 16 Place Vendôme 364» Color Riche L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris
Vernis à ongles « 857 Chantilly Lace Color Riche » L’Oréal Paris

Jour 3 : Bains et balade à Kinosaki

· Mode, Voyage

Après une première journée dans la ville de Kinosaki Onsen et une familiarisation avec notre logement traditionnel, pour cette 2ème journée, nous allons enfin profiter de la spécialité de cette ville thermale : les onsen (ou bains chauds d’eau thermale).

 

D’un onsen à un autre

 Le bain Kounoyu

Les onsen à Kinosaki sont au nombre de sept : l’idée, lors d’un séjour comme le notre, est de passer sa journée à tester les différents onsen (nous avons tout testé sauf un qui était fermé pour rénovation).

Le bain Jizouyu

En général, loger dans un ryokan (n’importe lequel de la ville) comprend dans la prestation un pass « onsen » permettant d’accéder à tous les établissements  (mais il est possible d’acheter les tickets séparément apparemment).

Le bain Satanoyu

Munis de notre pass, nous nous sommes faits une joie de nous promener de bain en bain, vêtus de notre yukata prêté par le ryokan (ça y est vous pouvez enfin voir celui que j’ai choisi) et de mon petit panier en osier contenant le strict nécessaire (serviette, quelques yens, clef de la chambre…).

Le bain Mandarayu

Chaussés de nos sandales de bois (geta), nous avons arpenté la ville pour collectionner les 7 tampons des différents Onsen !

Le bain Yanagiyu

En général, les Japonais mettent à disposition des tampons à l’entrée de chaque monument pour pouvoir dire « J’y étais ! » Je suis fan : Ça motive encore plus d’aller visiter tel ou tel endroit !

 

Les bonnes pratiques dans un onsen

Comme je l’ai dit précédemment, c’était ma première expérience dans un onsen et je n’avais pas lu grand chose auparavant à ce sujet mis à part quelques connaissances lointaines en « Ranma 1/2 » (on les voit sans arrêt se balancer de l’eau avec des seaux en bois dans ce genre d’établissement, vous visualisez ?).

 

TATOUAGES

Je savais aussi que l’on ne peut pas y accéder si l’on est tatoué (ça tombe bien, je suis vierge de tout tatouage). En effet, au Japon, les yakuza (mafia japonaise) en sont le plus souvent farcis ce qui permet ainsi de leur interdire l’accès.

Difficile de croire que vous faites partie du gang si vous arborez un tatouage dauphin arc-en-ciel suivi de l’inscription « Je t’aime maman♥  » mais je préfère prévenir qu’on vous refusera peut être l’entrée quand même.

Essayez de le couvrir s’il est de petite taille. Pour le reste, j’ignore la tolérance à l’entrée des onsen. Essayez le regard du Chat Potté, on ne sait jamais.

LES GARÇONS D’UN CÔTÉ, LES FILLES DE L’AUTRE

Les bains publics à Kinosaki ne sont pas mixtes, ce qui signifie que vous devez dire au revoir à votre moitié le temps d’une baignade afin que chacun profite de son côté (sauf si votre moitié est du même sexe que vous, vous pourrez ainsi vivre l’expérience en amoureux(ses) : la chance ! ).

Malgré l’absence de mon homme, j’ai cela dit bien apprécié, même seule dans ces bains bouillants, sans connaître personne.

 

TENUE D’ÈVE EXIGÉE

Mise en garde pour les pudiques : l’accès au bain se fait entièrement nu (pas de maillot de bain requis), juste une mini serviette à la main.

J’avoue que cela ne m’a pas perturbée plus que ça sachant que je ne connaissais personne et que par mes origines, je me fondais à la population locale.

Je n’ai jamais eu droit à un regard insistant et n’ai pas forcément scanné à tout bout de champ la cellulite de chaque fille (ou mamie) qui passe. Si vous êtes grande, blonde (à forte poitrine), il se peut peut-être que les japonaises vous regardent avec plus d’intérêt mais je ne pense pas que cela vous mettra mal à l’aise, vu l’ambiance de total respect qui y règne.

Il est d’usage au Japon de se rendre dans les Onsen avec des amis ou des collègues de travail : Je ne suis pas sûre que dans ce cas précis, j’y parviendrais par contre ! Imaginez un peu discuter « rendement de la société » avec votre patronne en tenue d’Ève ou alors « Soirée blogueuses » au Onsen (sponsorisée par une marque de gel douche ou de serviettes en coton)… Ha ha ! Je vous laisse imaginer.

 

LA MARCHE À SUIVRE

-déposer tous ses vêtements dans un panier et ranger celui-ci dans un casier
-garder la clef du casier autour du poignet
-prendre sa mini-serviette
-se sentir un peu cruche, totalement nue, pendant que d’autres filles se rhabillent ou se sèchent les cheveux à côté de vous
-accéder à la zone de baignade
-se laver entièrement en s’asseyant sur des tabourets en bois (Ranma 1/2 je vous dis !)
-ne pas mouiller la mini-serviette
-la déposer éventuellement sur la tête
-accéder au bain chaud
-« Kiffer la life »
-se rappeler que l’on s’est donné rendez-vous, dans 10 ans, même jour, même heure, même pomme Fuji « dans 20 minutes » avec son homme
-sortir du bain
-se sécher avec la mini-serviette
-se rhabiller devant son casier
-se sentir un peu cruche d’enfiler sa culotte devant d’autres filles qui se rhabillent ou se sèchent les cheveux à côté de vous
-sortir de la salle
-piailler avec son homme pour connaître ses impressions (alors ? alors ? Il y a du scan de « matos » chez les hommes aussi ? hehe !).

 

PAS DE PHOTOS

Évidemment les photos ne sont pas admises dans les onsen (on laisse tomber la soirée Blogueuses), celles que vous voyez ici sont les rares que j’ai prises dans notre ryokan dans son bassin privé (woo woo je suis nue !) et l’un de ses bassins publics, lorsqu’il n’y avait personne à l’intérieur. Comme ça, vous pouvez vous rendre compte de l’ambiance.

 

7 ONSEN 7 AMBIANCES

Chaque onsen a sa spécificité : en plein air, au milieu de rochers, sur le toit d’un immeuble.

Mes préférés, le Satanoyu (près de la gare) au décor un peu oriental (hammam et salle froide pour varier les plaisirs) et son bain au dernier étage en plein air ainsi que le Kounoyu au milieu de rochers.

Pour les pudiques, à noter qu’il existe des endroits sympathiques pour tremper seulement ses pieds dans l’eau thermale chaude à divers recoins de la ville. Très sympa quand il fait froid dehors.

 

L’ascension du Mont Daishi

Si vous vous êtes faits « refouler » des onsen (espèce de yakuza), une autre option s’offre à vous : la découverte du mont Daishi en téléphérique (ou à pied).

Chaussés de getas, nous avons été sages en prenant le téléphérique. Au pied de la station, arrêt obligé pour tester la spécialité locale : les Onsen tamago (oeufs à faire bouillir soi-même dans l’eau thermale des onsen)

Onsen tamago

Goût ne différant aucunement de celui d’un oeuf que vous auriez fait bouillir chez vous dans votre casserole mais j’ai la satisfaction de dire : JE L’AI FAIT.

Parfaitement gâtés par la météo ce jour-là, cette balade au sommet a été l’une des plus agréables de notre séjour.

Vue vertigineuse, communion avec la nature, jolis temples et pause goûter avec de délicieux dangos (brochette de mochis) et un autre « parfait ».

Dango à griller soi-même

« Parfait » au matcha (encore !) au sommet du Mont Daishi

Nos 2 jours à Kinosaki Onsen s’achèvent donc. J’espère que vous appréciez toujours le voyage. Nous nous dirigeons bientôt vers un nouvel horizon peuplé de daims et d’huîtres grillées. À très vite !

Five senses #1

· Food, Mode

J’avais déjà inauguré cette thématique il y a 3 ans et je me suis dit qu’il serait intéressant de la rendre plus régulière : je vais donc tenter de m’y tenir chaque mois afin de vous faire découvrir ce qui aura ravi mes 5 sens !

 

LA VUE

Pochoirs à café/chocolat chaud Doiy
Moules à muffins Rice
Torchon Anthropologie

En ce qui concerne la nourriture, la présentation est pour moi un élément déterminant : je me suis donc laissée tenter récemment par ces pochoirs pour café ou chocolat viennois afin de réaliser de jolis dessins sur mes boissons chaudes d’hiver. Idem pour ces petites caissettes à muffin, parfaites pour faire des cadeaux gourmands aux amis (ou pour la Saint Valentin qui approche).

J’ai aussi commandé les barquettes pour cake mais mon gâteau au matcha a débordé dans le four, je me suis donc abstenue de le photographier  (…mais il s’est bien laissé manger quand même).

 

L’OUÏE

Dopamine de Børns
III (2015 edition CD+DVD) de Take That
Porte Ipad « donut » Doiy

Mes deux coups de coeur auditifs du moment : Børns avec sa voix androgyne envoûtante et le double cd/dvd concert III de Take That que j’ai reçu pour Noël.

Personne dans mon entourage ne comprend mon addiction pour ce boys band des années 90 (… et pourtant je n’étais pas fan d’eux à l’époque !)

Je les ai redécouverts en 2010 lorsque que Robbie Williams a réintégré le groupe et depuis, même s’ils ne sont plus que 3, qu’en France ils ne sont pas vraiment populaires, je suis conquise.

Je rêve d’assister à leur concert une fois dans ma vie (parce qu’aussi étonnant que cela puisse paraître (=on s’imagine toujours des chorégraphies kitsch de boys band), leurs tournées sont toujours grandioses avec des décors impressionnants et des jeux de scène de dingo) (un aperçu ici et ). Si vous passez outre les préjugés, vous verrez que je ne mens pas !

 

L’ODORAT

Crème pour les mains à la rose Crabtree & Evelyn

Cette crème à la rose découverte lors de mon séjour à Londres sent divinement bon (et hydrate bien les mains, ce qui ne gâche rien)

 

LE GOÛT

Chaque mois, je réalise des illustrations pour Sushi Shop sur Instagram (ici, ici, ici, ici et ). J’ai ainsi pu tester quelques nouveautés de leur carte 2016.

Donburi au boeuf

Au programme : donburi (riz tiède surmonté de boeuf, de sauce donburi et de salade roquette, navet blanc, oignon rouge), Tempura dragon rolls (avocat, oeufs de saumon, piment, coriandre, mayonnaise teriyaki, crevette tempura, asperge, mayonnaise Ponzu) et salade de quinoa sukemono (Quinoa, grenade, poivre Sansho, ciboulette, gingembre, carotte, oignon rouge, sauce goma Ponzu).

Tempura Dragon Rolls

Parmi les 3, ma préférence se dirige vers les rolls par leur diversité de textures et leur côté légèrement épicé : gourmand et délicieux !

 

LE TOUCHER

Pour Noël, j’ai reçu ce cadeau de ma chère « babe » Candice  : des pelotes de laine et un crochet dans le but de me tricoter un snood ! En effet, ce vendredi, nous organisons une soirée avec mon ami Lionel et ma « babe » afin que celle-ci nous apprenne comment réaliser ce snood, nous, novices du tricot !

Au programme, gourmandises homemade et blabla tout en tricotant : je vous tiendrai au courant du résultat mais il y a quelques années si on m’avait dit qu’une soirée de ce genre m’exciterait au plus haut point, j’en serais tombée de ma chaise ! Ha ! Ha ! J’ai trop hâte !

Page 10 sur 321