Premiers pas à Ubud

· Food, Mode, Voyage

Changement d’ambiance, nous continuons notre périple balinais dans la ville que j’ai préférée, Ubud. À part sa forêt des singes (que je développerai dans un prochain article), je ne connaissais rien de cette ville donc la découverte fut presque totale.

Encore une fois, la liste des visites est très incomplète puisque notre rythme « piano piano » nous a fait manquer pas mal de choses. Mais voici quelques pistes, adresses et conseils pour passer un bon moment à Ubud : Bonne lecture !

 

Ubud Palace

Le centre-ville de Ubud abrite le palais dans lequel vit encore la famille royale.

La partie ouverte au public n’est pas très étendue mais offre une architecture des plus intéressantes tant au niveau des ornementations de portes que des sculptures.

En écrivant cet article, je me rends compte que j’ai complètement zappé la visite du temple Saraswati situé non loin de là et qui, émergeant au milieu de nénuphars, avait l’air plutôt canon (C’est ça de ne rien préparer en amont !).

Je vous donne donc cette info et tente de me faire pardonner avec mes quelques clichés de l’Ubud Palace.

 

Musée Neka

Situé à environ 20 mn à pied du centre ville, en haut d’une colline, ce musée ravira autant les novices que les passionnés d’art.

Sa collection d’oeuvres rassemble non seulement celles d’artistes balinais mais aussi d’artistes du monde entier, influencés par la culture balinaise.

L’endroit est aussi joli à l’intérieur qu’à l’extérieur, ce qui permet de mêler flâneries et visite culturelle.

En revenant de votre visite, sur le chemin entre le musée et le centre-ville de Ubud, il serait judicieux pour vous de faire un détour sur la très photogénique Campuhan ridge walk (que nous avons zappée aussi, sans doute trop pressés de retourner légumer au bord de la piscine).

 

Le marché de Ubud

Venons-en à la partie de Ubud qui semble intéresser la plupart d’entre vous, puisque j’ai reçu pas mal de questions au sujet des sacs en rotin que j’ai ramenés du marché.

Comme je vous le disais, si il y a bien une chose à ramener de Bali, ce sont ces sacs.

Quand je vois le prix que certains vendeurs pratiquent chez nous, je me dis qu’on pousse légèrement mémé dans les rizières… même si, pour leur défense, Bali, ce n’est pas la porte à côté, qu’il y a des frais de port etc… etc : Cela dit, leur marge est quand même bieeeen grande.

J’ai pu lire qu’il fallait venir tôt le matin pour bénéficier du « Morning price ». La première vente que va faire votre marchand donne un peu la tendance de sa journée.

Normalement, il sera plus souple dans les négociations, par superstition, de peur d’échouer avec ses premières ventes. Demandez d’ailleurs distinctement le « Harga pagi » (=morning price) pour bluffer un peu et montrer que vous êtes un connaisseur.

Une touriste se cache sur la photo ci-dessus…

Voici quelques règles de base (même si je n’estime pas vraiment être une pro de la négociation) :

♦ Regardez les produits qui vous intéressent sans trop d’insistance ni d’enthousiasme (Po Po Po Poker face !).

♦ Demandez le prix au vendeur histoire d’avoir un ordre d’idée (n’hésitez pas à diminuer son prix de 30%) et donnez lui votre prix.

♦ Pour info, les sacs en rotin ronds de taille moyenne que je porte ici et que l’on voit partout sont négociables entre 200 000 et 300 000 IDR (12 et 20€). Les sarongs (tissu balinais à porter autour de la taille ou en paréo) entre 40 000 et 200 000 IDR (3 et 12€) (en fonction de la qualité).

♦ Si le vendeur n’accepte pas votre prix, faites mine de partir. Dans la majorité des cas, il risque de vous rappeler pour accepter votre prix. S’il ne vous rappelle pas, gardez donc en mémoire son prix pour une nouvelle négociation dans un stand voisin (car vous risquez de trouver le même sac à quelques mètres de là).

♦ Vous pouvez également décider de rester souples dans vos négociations et d’accepter le prix du vendeur sachant que le niveau de vie de ce dernier est sans aucun doute bien inférieur au notre : c’est donc davantage par principe et par jeu que la négociation s’effectue. Si vous souhaitez payer votre sac 30 ou 40€ par solidarité, faites-le, il n’y a pas de mal à cela.

♦ Les vendeurs à Bali sont assez sympathiques et ne vous en voudront pas trop si vous partez sans acheter (à quelques exceptions près : nous avons eu droit à un « Bad luck ! » des plus enflammés, lancé par une vendeuse à qui on avait refusé d’acheter un sac, ne trouvant pas de motif à mon goût. Le tout est de rester souriant malgré tout (pour l’instant, je n’ai pas reçu les effets du « Bad luck », pour info).

 

Mes adresses gourmandes

Ici aussi, la ville est farcie d’adresses healthy/vegan : vous aurez l’embarras du choix. Voici donc les adresses qui ont réussi à ravir mes papilles d’une manière plus ou moins légère (Merci Laura, Angie, Julie pour les recommandations).

 

THE ELEPHANT (Hotel Taman Indrakila, Jalan Raya Sanggingan, UBUD)

Kombucha à la roselle

 

Située sur le chemin pour accéder au musée Neka, l’endroit est parfait pour admirer en toute tranquillité la vue du haut de la colline. Décor encore une fois végétal et exotique, idéal pour trouver un peu de fraîcheur.

Fruits frais, yogourt & Crêpes au lemon curd, fraises

 

Les crêpes étaient particulièrement moelleuses (et copieuses) et j’ai développé une addiction pour le Kombucha (boisson fermentée censée être bénéfique pour le système digestif).

 

THE SEEDS OF LIFE (Jl. Gootama No.2, UBUD)

« SOL bowls » (Spaghettis de courgettes, Nori, kimchi, spiruline, tempeh, gomashio…)

 

Je vais finir par pratiquer le yoga à force de fréquenter ce genre d’adresses healthy ! Il faut dire qu’ici, healthy rime tout de même avec gourmandise : énormes buddha bowls et gigantesques chia puddings à déguster assis sur un coussin par terre (… et difficulté de se relever ensuite).

SOL Jar (Chia pudding, barre de muesli, smoothie au fruit du dragon)

 

CAFÉ WAYAN (Monkey forest road, UBUD)

Nasi campur et Gado Gado

 

Très bonne adresse où l’on mange également assis par terre sur des coussins. Nous y sommes allés la nuit tombée. Nous n’avons donc pas pu admirer la végétation ambiante mais on s’y sentait vraiment bien.

Nasi campur délicieux et grand choix de pâtisseries vegan archi gourmandes (comme cette tartelette aux noisettes, noix de pécan qui fut un vrai bonheur).

 

WARUNG IBU OKA (en face de l’Ubud Palace)

Il existe 2 ou 3 enseignes du même nom à Ubud qui servent le cochon de lait grillé à la peau croustillante (Babi guling). Un conseil : arrivez tôt.

 

Rendez-vous au prochain épisode !


Ma Tenue

Robe Close (2016) (déjà vue ici)
Chapeau Brixton
Sandales Vero moda
Panier R Edition

Les toits de Paris

· Mode

Un mois d’Août à Paris est aussi reposant qu’une retraite yoga à Bali… J’exagère un peu, mais le week-end dernier passé à la capitale s’est avéré être plus agréable que jamais, la ville se vidant progressivement durant cette période.

Mon homme et moi avons donc profité de cette tranquillité estivale et de cette météo idéale pour nous balader en toute sérénité dans les rues de Paris. Mais aussi sur les toits !

 

S’évader sans bouger

En effet, nous avons eu l’idée de réserver une nuit d’hôtel histoire de nous évader sans bouger de Paris  (je pense que c’est quelque chose que l’on refera car c’est tellement dépaysant de se mettre dans la peau de touristes dans une ville que l’on connaît au quotidien).

C’était aussi l’occasion pour moi de porter cette robe très « Dolce Vita » : Un vrai bonheur ( et pratique qui plus est : il y a même des poches !). Le genre de coupe flatteuse et féminine susceptible de convenir à toutes les morphologies : j’en suis fan.

Je reprendrai très vite la suite du récit de notre voyage à Bali mais je me devais de vous partager cet interlude, certes un peu « cliché » mais en souvenir de moments bénis passés à Paris.


Ma Tenue

Robe Mango
Sac rapporté du marché de Ubud, Bali (similaire ici)
Sandales Les Tropéziennes (déjà vues ici)

Bracelets Dinh Van, Thomas Sabo, Louis Vuitton
Bague Papyrus Atelier B
(-20% sur les bijoux Atelier B avec le code TKBB20)
Boucles d’oreilles Topshop (déjà vues ici)
Collier Minetta Jewellery

Extension de cils « Volume russe » Les cils de Marie (déjà vue ici)
Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Rouge à lèvres Lip Paint Lacquer « 105 Red fiction » L’Oréal Paris
Vernis à ongles Color Show Preppy Woman « 470 Runway Rose » Maybelline NY

 

Le sud de Bali

· Food, Mode, Voyage

Nous entamons le voyage à Bali par la partie la moins sauvage de l’île, la plus bruyante et la plus infestée de touristes : ça vous tente ?

Dit comme ça, je ne suis pas sûre que vous ayez envie de dérouler l’article mais je ne pouvais passer sous silence cette partie de l’île, d’autant plus que nous y avons passé les 6 premiers jours. Nous ne nous sommes pas aventurés bien loin de notre hôtel mais voici quelques pistes de visites qui pourraient toutefois vous inspirer.

 

Pura Tanah Lot

Mon itinéraire est rarement sorti des sentiers battus, vu le profil « chaise longue-piscine-bouquin-massages » de nos vacances. Je ne pouvais tout simplement pas échapper à la visite du temple de Tanah Lot, l’un des plus photographiés de l’île.

Le temple Tanah Lot et son escorte de touristes

Nous avons choisi d’y aller en fin de matinée même si le coucher de soleil semble être une bonne option romantique…

Nous pensions que la visite matinale serait plus pratique en début de parcours (pour déjeuner ensuite à Canggu et nous rapprocher de notre hôtel à Legian beach le soir. De toutes manières, il paraît que la foule est au rendez-vous au coucher de soleil… le romantisme risque donc de passer à la trappe.

Canang Sari (ou offrandes hindouistes quotidiennes)

Le temple Batu Balong, situé à côté

Le temple hindouiste mérite malgré tout sa popularité car après avoir passé l’entrée et ses multiples échoppes de souvenirs, la vue vaut bien le détour.

 

Canggu

Ville prise d’assaut par les hipsters/ surfeurs australiens, elle est souvent comparée à Brooklyn, ce qui vous permet de cerner un peu l’ambiance de l’endroit.

J’ai beaucoup aimé les boutiques et petits restaurants/cafés healthy toujours superbement décorés, le paradis de l’instagrameur en quelque sorte.

Nous avons ensuite longé la plage pour prendre un verre sur Echo Beach : spot idéal pour regarder les surfeurs dévaler les vagues tout en admirant le coucher de soleil. Ça y est, on le tient ici le romantisme !

 

Mes adresses gourmandes

Même si mes impressions sont mitigées en ce qui concerne les découvertes touristiques de cette zone sud de Bali, un point sur lequel je ne peux discuter, c’est le nombre et la qualité des enseignes où il fait bon manger sain.

L’offre vegan/veggie est légion ici. Rien de lassant ni de frugal, les portions sont étonnamment généreuses et goûteuses.

 

NALU BOWLS (Jl. Drupadi 1 No.2A, SEMINYAK)

On trouve cette enseigne à plusieurs coins de Bali mais la possibilité ici de savourer votre açai bowl à l’étage, dans un confortable café nommé The Shelter rend l’expérience cocooning à souhait.

L’environnement végétal et molletonné de coussins jetés ça et là est propice à la dégustation et à la détente.

 

POKĒ POKĒ (Jl. Pantai Batu Bolong No.58, CANGGU)

Aloha Bali bowl (Thon sauce Ponzu, Tempeh, Wonton croustillant, salade, pétales de coco…)

 

Enseigne servant ces bols hawaïens garnis de poisson cru, de graines en tout genre et salade : les fameux pokebowls ! Je serais capable d’en manger à longueur de journée (Tout comme Les açai bowls d’ailleurs).

 

SEA CIRCUS BALI (

L’endroit aussi beau que bon. Un soin est apporté à la décoration de l’entrée (où les indonésiennes et touristes patientent pour immortaliser LA photo : ce que j’ai fait évidemment !) jusqu’à celle des toilettes (je vous laisse le soin de découvrir si vous vous y rendez).

Tacos aux crevettes et Kombucha

 

SARDINE (Jl. Petitenget No.21, Kerobokan, près de SEMINYAK )

Je n’ai pas pris de photos des plats servis car il faisait trop sombre mais si vous souhaitez dîner tranquillement avec de la nourriture un peu plus évoluée (un peu plus onéreuse du coup) que la salade ou le pokebowl, ce lieu est fait pour vous.

Poissons cuisinés à la perfection avec vue sur une petite rizière : une vraie bulle de tranquillité dans l’effervescence de Seminyak.

 

NOOK (Jl. Umalas 1 Gang Nook No. 1, Kuta Utara, Kerobokan)

Située presque à côté de Sardine, l’endroit offre également une vue dégagée sur une petite rizière avec une ambiance plus décontractée et un Nasi campur ( mon plat préféré indonésien) des plus savoureux.

 

THE PIRING DAUN (Tibubeneng, North Kuta)

C’est ici que j’ai dégusté mon premier Nasi campur et ce fut la révélation. Ce mélange de riz, de petits plats épicés et variés est une bénédiction. Mention spéciale au tempeh (pâté de soja fermenté) qui fut mon pêché mignon pendant tout le séjour (où peut-on trouver en France?).

 

ECHO BEACH CLUB (Jalan Pura Batu Mejan, CANGGU)

Je vous mentionne l’adresse uniquement pour la vue car la carte n’est pas des plus extraordinaires. Prendre un verre ici a été l’un des meilleurs moments détente/chill/contemplation de mon séjour.

 

Ce que j’aurais voulu tester

J’avais noté ces quelques adresses qui me semblaient prometteuses : je n’ai pas eu l’occasion de les tester mais cela peut vous donner encore plus de choix. À vous de me dire si j’ai eu du flair !

BETELNUT CAFE (Jl. Pantai Batu Bolong No.60, CANGGU): Grosses salades et healthy food

RUKO CAFE  (Jl. Pantai Berawa No.99, Tibubeneng) Açai bowls et pancakes

WARUNG RONGGEN (Jl. Nakula No.88Y, SEMINYAK): Plats traditionnels indonésiens

HOME MATE (Jl Petitenget No.1a, SEMINYAK): Glaces japonaises « kakigori » et gâteaux


Ma Tenue

1/ Canotier Topshop
Top dos croisé Mademoiselle R (déjà vu ici)
Jean large croppé Close
Mules Balsamik
Sac Mademoiselle R

2/ Chapeau de paille Brixton
Combinaison rayée R Studio (déjà vue ici)
Tee shirt ASOS
Sandales Ancient Greek Sandals (2013)

3/ Robe Close
Sandales Les Tropéziennes (déjà vues ici)
Panier R Edition

Page 10 sur 478