Rayures et shearling

· Mode

Un peu de look avec du nouveau et de l’ancien. Côté « vieilleries » cette veste en faux shearling et mon jean tailladé fréquemment montré sur ce blog.

Côté nouveautés, une marinière avec ses rayures en V portée sur une chemise en chambray un peu épais. Et à mes pieds, la version noire de ces derbies ajourées que j’ai déjà en version argentée : mixons, mixons !


Ma Tenue

Bandana Sézane
Vests shearling Monoprix (2011) (déjà vue ici)
Chemise June Sézane
Pull Soft Grey
Jean Levi’s (déjà vu ici)
Sac Clark Sézane
Chaussettes Wolford
Derbies Dilette Jonak
Bracelets Dinh Van, Mya Bay, Louis Vuitton
Bagues Mya Bay

Rouge à lèvre « 16 Place Vendôme 364» Color Riche L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris

Infaillible Sculpt

· Illustration, Mode

Il y a quelques semaines, vous avez pu voir sur Instagram que j’ai passé la journée avec l’équipe L’Oréal Paris afin de suivre un atelier « Contouring » en compagnie de l’expert maquillage Karim Rahman (que vous avez déjà vu au défilé Cédric Charlier).

Je me sens vraiment novice en matière de maquillage. Ma routine est assez simple : fond de teint, blush, eyeliner et rouge à lèvre mais je n’ai pas de technique particulière.

Je me suis dit que ce serait enrichissant d’apprendre la bonne méthode avec un professionnel et ai accepté l’invitation (non sans une certaine appréhension, j’avoue).

 

Cours particulier

Sur place, les filles étaient majoritairement des YouTubeuses beauté, habituées à parler et à tester différents produits.

Étant donné mon manque de pratique, le patient Karim a tout de même réussi à m’apprendre les gestes du contouring, cette méthode de maquillage qui aide à sculpter son visage et à en tirer le meilleur parti.

Démonstration du Maestro Karim sur une mannequin (au teint déjà infaillible !)

Sculptage de teint avec la base, palette et le pinceau magique Infaillible Sculpt
(Illustration : Mademoiselle Stef)

Ceci est l’embout du rouge à lèvre Matte Max !

J’ai ainsi pu découvrir la palette « Infaillible Sculpt » et son pinceau magique, ainsi que les rouges à lèvre Matte Max à l’embout plutôt insolite (à appliquer comme une ombre à paupière pour un effet fondu).

La brume fixante Infaillible et les bases de teint Infaillible Sculpt

Ça tourne !

Suite à cet atelier, chacune de nous a tourné une vidéo-tuto afin de réexpliquer ce que Karim nous avait appris le matin. Une première pour moi ! J’ai déjà eu l’occasion d’être filmée pour interviewer des gens mais parler toute seule devant un miroir sans tain avec toute une équipe de tournage derrière, jamais.

Je confirme que c’est assez intimidant, d’autant plus lorsque l’on commence le tournage avec le visage dans des conditions de réveil… c’est-à-dire (argh) sans aucun artifice.

 

Ma vidéo-tuto « Infaillible Sculpt »

Voici donc le résultat: ma vidéo explicative pour une préparation de teint façon « Contouring » en 1, 5 ou 10 minutes.

Quelques hésitations gestuelles, une tête rivalisant avec « Le cri » d’Edvard Munch au début de la vidéo (un peu plus présentable après = D’OÙ l’intérêt du maquillage contouring haha), c’est loin d’être parfait mais j’espère que vous arriverez à reproduire ce que je vous montre.

Malgré ce saut dans le vide (J’exagère un peu mais je l’ai vécu un peu comme ça), ce fut une expérience très enrichissante (bienveillance de l’équipe L’Oréal Paris, des filles et de mon ami Lionel aidant), qu’il est bon de vivre pour se donner les moyens de progresser ensuite.

Si j’y suis arrivée, je pense que tout le monde peut le faire !

PS : Vous pouvez d’ailleurs tenter de reproduire ce que j’ai fait en postant votre photo Avant/ Après ici afin de gagner une panoplie Contouring complète !

Credit photos : ©Mohéli Rinaldi & ©Tokyobanhbao


Ma Tenue

Bandana vintage (Kyoto) & ASOS
Salopette Vila (déjà vue ici)
Top dentelle Ba&Sh pour La Redoute (déjà vu ici)
Baskets Superstar Adidas (qu’on ne voit pas !)
Bracelets Dinh Van, Mya Bay, Louis Vuitton

Jour 5 : Miyajima & Mont Misen

· Food, Illustration, Mode, Voyage

Continuons notre visite de l’île sacrée de Miyajima ! Comme vous pouvez le constater, la météo fut divinement clémente lors de notre visite, ce qui nous a permis de retenter une montée en téléphérique, sur le Mont Misen cette fois-ci.

 

Marée basse

Au saut du lit, nous avons eu la chance de découvrir le grand Torii à marée basse, ce qui contraste avec la vue de la veille. Le sanctuaire d’Itsukushima laisse également ses pieds a l’air cette fois.

Un petit High five aux cerfs et daims et nous voilà partis en direction du mont Misen.

Sur la route, une halte devant les stands de fishcakes en forme de feuille d’érable et dégustation d’un frozen azuki latte (latte au haricot rouge) : ce n’est pas comme si l’on venait de prendre notre petit dejeuner hein!

 

Momijidani park

Pour atteindre la station de téléphérique nous sommes obligés de passer par le Momijidani park : une obligation certes très agréable puisque les allées sont bordées d’éblouissants érables rouge-orangés.

Les panneaux indiquant la direction de la station me font sourire : on voit ici toute la précision des Japonais : « Plus que 10mn et vous êtes arrivés (ou 7mn si vous courez un peu) » …comme pour nous donner du courage.

J’imagine mal quelqu’un abandonner la balade à ce stade mais on n’est jamais trop prudent : « Rassurons les touristes jusqu’au bout » semble dire cette pancarte !


 

Le Mont Misen

On peut choisir de grimper le Mont Misen à pied (3 circuits de randonnée) mais nous avons choisi la facilité, faute de temps et par paresse aussi, j’avoue.

Cela dit, nous n’avons opté que pour un aller simple vers le sommet histoire de marcher en redescendant : À moitié paresseux, donc.

A bord du téléphérique la vue est aussi magique que celle de Kinosaki. Nous nous arrêtons vers l’observatoire de Shishi Wa.

Très bon public que nous sommes, c’est l’occasion de tester l’attraction de l’endroit : le sanctuaire des amoureux. Allumer une flamme à l’unisson en se regardant dans le blanc des yeux. Cheesy à souhait mais OUI on l’a fait.

Pour continuer sur notre lancée, pour 500 yens, nous avons fabriqué nous-mêmes des Momiji manju de l’amour : la même chose que ce que je vous ai décrit dernièrement mais en forme de cœur et le plaisir de le préparer en couple.

Les japonais ont toujours des idées géniales en ce qui concerne la distraction des touristes !

Nos gâteaux tout chauds en poche, nous laissons tomber le téléphérique pour accéder au sommet à pied (on a de quoi tenir niveau vivres!).

Petit effort dans les montées mais l’arrivée au Pavillon Reikado nous en met plein la vue. Ce temple renferme une marmite d’eau qui aurait des pouvoirs curatifs sur toutes les maladies de la Terre. Si seulement !

L’escalade au sommet continue, à travers rochers et forêt feuillue, statues habillées pour l’hiver.

Arrivés au but, la récompense est de taille. Un observatoire à 360 degrés permet  de découvrir les îles de la mer de Seto et une véritable symbiose ciel et mer.

 

En route vers le Daishō-in

Il est désormais temps de redescendre par les chemins de randonnée tortueux.

À chaque détour, un temple différent, certains destinés à prier pour la santé de ses enfants, ou pour qu’un accouchement se déroule à la perfection ( je ne recommande pas la balade à une femme enceinte cela dit, envoyez donc un messager prier à votre place si vous attendez un heureux événement!)…

La superstition et les croyances sont en tous cas plus que jamais à l’honneur.

Voilà près d’une heure que nous tentons de rejoindre « la ville » par la marche. La descente est tout de même physique ( je rappelle que le sport et moi ça fait 2), je n’ose imaginer la montée à pied.

 

Merveilleux Daishō-in

Puis la magie opère à nouveau. On distingue enfin le temple bouddhiste Daishō-in à travers les feuilles rouges et y pénétrons par l’entrée principale, la porte Niomon.

Ce temple est un parc d’attractions à lui seul. Des détails régalant le regard à tous les recoins, des salles cachées, 500 statues aux bonnets rayés possédant chacune une expression différente du visage. Une merveille.

Voilà donc comment finir en beauté nos deux jours sur l’île de Miyajima: une véritable révélation dont la beauté fut encore plus glorifiée par ces couleurs automnales.

Toujours partants pour la suite du voyage? À très vite !


Ma Tenue

Veste Cédric Charlier pour La Redoute
Chemise By Monshowroom (déjà vue ici)
Pull cachemire R Essentiel (déjà vu ici)
Jean boyfriend La Redoute
Baskets New Balance
Sac Silence+Noise
Bracelets Dinh Van, Mya Bay

Rouge à lèvre « 16 Place Vendôme 364» Color Riche L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris

La forêt de l’Enchantement

· Mode, Voyage

Disneyland, c’est un peu ma deuxième maison, comme vous pouvez le constater avec mes multiples visites là-bas.

Que ce soit à Tokyo ou à Paris, la magie est présente à n’importe quelle période de l’année et comble toute ma nostalgie régressive.


 

Enchantement pour les yeux

Quel ne fut donc pas mon plaisir d’être conviée ce week-end à assister à la première du nouveau spectacle « La Forêt de l’enchantement »… Parce qu’à Disneyland, il n’y a pas que les attractions, les feux d’artifice du Disney Dreams ou les guimauves coco !

Donuts de la forêt

Je me souviens de l’époque où mon homme et moi avions le passeport annuel : on courait voir les spectacles qui se déroulaient aux quatre coins du parc (« Mulan » à discoveryland ou « Tarzan la rencontre » au Chaparral Theater restent mes meilleurs souvenirs)

Le comble, c’est que malgré mes fréquentes visites au parc, je n’ai appris que très tard l’existence du spectacle « La Reine des neiges » (et ne l’ai donc pas vu) : je n’allais pas répéter la même erreur avec ce spectacle (qui prend donc le relai jusqu’au 8 Mai) !

Cupcakes enchantés

J’ai ainsi pu profiter de cette « Forêt de l’enchantement » vendredi soir. La météo était glaciale et pluvieuse, mais peu importe, lorsque l’on se trouve en excellente compagnie, rien ne peut ternir le moral !

J’ai eu le plaisir de retrouver mon cher Tarzan, tournoyant vertigineusement sur sa liane, et découvrir les autres habitants de cette forêt enchantée.

Flynn et Raiponce… romantiques !

Mes autres passages préférés : la danse de Baloo et les flèches magiques de Merida la rebelle scottish.

J’essaye de ne pas tout révéler mais voici un aperçu en images du spectacle, qui vous donnera, je l’espère,  envie de le voir en vrai et en mouvement !

 

Rêver à Disneyland Hotel

Autre événement assez fou de ce week-end : ma première nuit dans le mythique Disneyland Hotel. Ma référence (assez poussiéreuse j’admets), c’est le fait que Michael Jackson avait l’habitude d’y réserver une suite.

Je n’ai pas poussé le rêve jusqu’à loger dans sa « Sleeping Beauty » suite mais passer la nuit dans une des chambres à deux pas du parc a été tout aussi magique : Un rêve d’enfant devenu réalité.

Ce petit week-end a été une fois de plus une réussite pour mes yeux, mon estomac (le bacon croustillant du Plaza Gardens restaurant: gaaa !) et mon petit coeur.

J’ai l’impression de dégouliner de cucu dès que je reviens de Disneyland mais à chaque fois que j’y retourne, mon cerveau allonge sa liste de souvenirs inoubliables, je n’y peux rien !

Disneyland pluvieux, Disneyland heureux ?


Ma Tenue

Teddy Three Floor (déjà vu ici)
Marinière Maison Standards (déjà vue ici)
Bandana vintage (Kyoto)
Slim en cuir Soft Grey (déjà vu ici)
Chaussettes Wolford
Chaussures Dr. Martens

Rouge à lèvre « Mon Jules» Color Riche L’Oréal Paris
Eyeliner Super Liner Black Lacquer L’Oréal Paris

Page 10 sur 323