L’île aux chiens

· Art, Feel inspired, Mode

Vous connaissez ma forte affinité pour les films de Wes Anderson ? J’ai donc été gâtée ces jours-ci car j’ai pu aller voir son dernier opus avant sa sortie le 11 avril et comme prévu, je suis tombée sous le charme.

Le Japon, Wes Anderson, un film d’animation, un décor soigné, des toutous touchants… des ingrédients savoureux pour me faire passer un bon moment.

 

Un dimanche sous le signe du Japon

L’expo « Daimyo, seigneurs de la Guerre au Japon » en 3 parties (ici, au musée Guimet)

 

Et ce week-end, comme mon homme n’avait pu aller le voir comme moi, j’ai décidé de l’accompagner pour un 2ème visionnage (en VF cette fois… Histoire de comparer avec la VO).

Nous en avons également profité pour nous programmer un dimanche presque exclusivement Japonais : un combo « L’île aux chiens » avec une expo « Daimyo, seigneurs de la guerre au Japon » sur les puissants gouverneurs Daimyo au musée Guimet, histoire de rester dans l’ambiance.

 

Voici donc les quelques clichés pris lors de cette visite, nous replongeant au temps des guerriers Japonais du XVe au XIXe siècle, pour admirer armures, casques et ornements aux détails époustouflants.

 

« Le corps analogue »: 3ème partie de l’expo Daimyo réinterprétée par George Henry Longly au Palais de Tokyo

 

Côté look, rien de très sophistiqué pour ma part avec cette chaleur : j’arborais juste fièrement mon tee-shirt du film et n’ai pu m’empêcher de faire participer quelques personnages à cette petite visite dominicale.


Ma Tenue

Tee-shirt « Boss » Isle of Dogs (offert par la 20th Century Fox)
Jean ASOS (déjà vu ici)
Ballerines Mango (déjà vues ici)

Boucles d’oreilles Mango (déjà vues ici)
Montre Cluse

Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Mascara « Volume effet faux cil Waterproof » YSL
Rouge à lèvres Authentique 302 Mademoiselle Rouge Baiser
Vernis à ongles « Red Apple » Color Show Maybelline NY

Five senses #8

· Déco, Food, Mode

Retrouvons-nous pour un nouvel épisode de Five senses qui vous fera découvrir ce que mes 5 organes sensoriels ont récemment apprécié !

 

L’ODORAT

Ciré Rains (déjà vu ici)
Sac Lotso Tokyo DisneySea
Oreilles Minnie Tokyo Disneysea

 

Ceux qui ne connaissent pas Lotso, mon personnage préféré Disney/Pixar ne comprendront pas le lien entre cette tenue et l’odorat… mais si ! Puisque le diabolique ours de Toy Story a un pelage qui sent la fraise !

J’ai ramené ce petit sac de Tokyo DisneySea (ainsi que ces oreilles pailletées rose de Minnie) et je n’ai pas hésité à m’habiller aux couleurs de Lotso cette semaine à Disneyland Paris.

L’occasion de reporter mon ciré rose que vous avez déjà aperçu ici. Malheureusement, mon sac ne sent pas la fraise (contrairement à la peluche !) mais les effluves de popcorn et autres gourmandises du parc ont su compenser !

 

LE TOUCHER

Lors de mon périple hivernal nippon, vous m’avez suivie sur mes Instastories et m’avez conseillé (merci Angie !) de goûter au pain de mie de Hokkaido puisque j’étais sur place : Moelleux suprême et goût subtil… Décidément, les japonais savent y faire !

De retour à Paris, direction la boulangerie « Carré Pain de mie » rue Rambuteau, spécialisée en pain de mie à base de farine de Hokkaido. Le propriétaire, Michio Hasegawa, est d’ailleurs japonais.

 

Assiettes Wear Lemonade x Monoprix et Habitat
Sous plat en osier Serax
Table en bois AM.PM

 

J’y suis donc passée le week-end dernier pour choisir le pain de mie japonais « Motchi motchi Sattori » (il y en a un autre, « Sakkuri »,  plus occidental) et je n’ai pas été déçue. Le prix est plus élevé qu’un pain de mie de supermarché (8€) mais la douceur et le moelleux sont au rendez-vous.

Il est parfait dégusté nature mais j’ai aussi tenté de le griller à la poêle pour en faire des grilled cheese au cheddar (j’ai fait simple avec cette recette). Le jour suivant, j’ai opté pour des croque-monsieurs et c’était tout aussi savoureux !

Je reviendrai en tous cas dans cette boulangerie pour tester leurs sandwichs car ceux au porc pané m’ont l’air tout à fait prometteurs.

 

LA VUE

Il y a 2 semaines, mon coeur de midinette nostalgique a été comblé par cette réunion « Dawson’s creek » du magazine Entertainment Weekly : Tous les acteurs de ma série préférée réunis 20 ans après !

 

Petit coup de vieux au rendez-vous (sauf pour Busy Phillips qui n’a guère changé et Michelle Williams qui selon moi, s’est vraiment bonifiée avec le temps) mais quelle émotion de les voir poser ensemble et d’assister à leurs interactions lors d’une interview vidéo !

J’ai tellement aimé le hug plein de tendresse entre Jen et Jack, les plaisanteries de Dawson alias James Van der Beek (que je trouve tellement plus drôle en vrai que son personnage tiédasse de l’époque !) et Pacey (Joshua Jackson) égal à lui-même, plein de charme !

 

Credit photos : Mark Hom pour Entertainment Weekly

 

Dommage qu’ils n’aient pas convié les parents de Dawson à cette réunion car ils avaient quand même leur importance dans la série ! En tous cas, cela m’a donné envie de revisionner l’intégrale des 6 saisons (j’en suis à la saison 2 !).

Comme je le disais dans ces billets ici et , on ne me comprend pas toujours au sujet de cet engouement mais je trouve (en V.O encore plus, puisque la version française avait droit à quelques censures et à des voix un peu niaises) que la série abordait tellement bien les thèmes de l’adolescence, sans détour, avec une sensibilité, un langage franc et un scénario plutôt réaliste.

Même 20 ans après, cela ne se démode pas (peut-être un poil au niveau vestimentaire mais à peine !).

 

L’OUÏE

Tasse à café Serax
CD Album  » Bad Blood » de Bastille
Cuillère dorée AM.PM

 

Depuis 5 ans, je suis toujours aussi fan du groupe Bastille. J’ai déjà assisté à 3 (ou 4?) de leurs performances live et ai pu les rencontrer en coulisse, complètement par hasard lors d’un festival, en 2013 ici. En plus d’être talentueux, ils sont d’une immense gentillesse puisque j’avais réussi à leur faire prononcer une déclaration d’amour en français. Mais là n’est pas l’objet de mes quelques mots aujourd’hui.

Le groupe est actuellement en tournée en Grande-Bretagne pour une version réorchestrée et plus « brute » de leurs morceaux, à grand renfort de violons, piano et de choeurs.

Malheureusement ils n’ont pas eu l’idée de traverser la Manche pour nous offrir ce spectacle : je rêve donc qu’un album « Reorchestrated tour » soit en vente par la suite.

En attendant, je me console sur Youtube avec ces quelques extraits, quelque peu filmés à l’arrache mais qui donnent un aperçu de leur prestation. Cette vidéo de 2017 aux studios Capitol montre également le potentiel émotionnel d’une orchestration plus authentique. Je fonds.

 

LE GOÛT

Pousses de platycodons à la crème de sésame de la Taverne de Zhao

 

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez pu voir que j’ai tourné une vidéo pour le site Hereyoua.re dans le but de tester 6 adresses asiatiques à Paris (5 restaurants et un salon de thé).

Si vous ne l’avez pas encore vue, voici donc ici le résultat de notre marathon gourmand. Il faisait extrêmement froid ce jour-là et je n’étais pas encore totalement remise de mon virus grippal mais je me suis vraiment régalée et bien amusée en compagnie de Julien et Sydney (derrière la caméra).

 

Nous avons tourné toutes les séquences en un après-midi (oui, je sais, notre appétit est sans borne !) et j’avoue que le soir venu je n’ai dîné qu’avec un thé vert mais c’était tellement drôle de se mettre dans la peau de testeurs culinaires !

Voici donc les 6 adresses que je classerais par ordre de préférence : Sanukiya (dont j’ai déjà fait un article ici), Pontochoux, Happa Teï, Umami Matcha Café, Street Bangkok Local Food, La taverne de Zhao.

Je classe le restaurant chinois en dernier car j’ai eu l’occasion d’y revenir après le tournage et à part les pousses de platycodons à la crème de sésame testées ce jour-là, le reste n’a rien d’extraordinaire (mais demeure toutefois correct).

 

Tarte au Yuzu chez Umami matcha Café

 

Pour Umami matcha café, j’y suis retournée également et le cheese cake au matcha est bon sans être dingue. La tarte au yuzu est vraiment selon moi l’outsider de cet endroit.

Sanukiya (ses udons et son agedashi tofu) et Pontochoux talonnent la 1ère place au niveau de mes sensations gustatives. Vous me donnerez votre avis si vous avez l’occasion de tester !

Le parc Hanayashiki

· Food, Illustration, Mode, Voyage

Suite de notre périple japonais à Tokyo avec un retour dans le quartier de Asakusa pour vous faire visiter ce parc d’attractions caché derrière le temple Senso-Ji. Rien à voir avec la grandeur d’un Tokyo Disneyland, mais le charme est bien présent, comme surgi d’un autre temps.

Amoureux.euses de fêtes foraines, vous risquez d’apprécier ce lieu totalement vintage. Nous avons d’ailleurs décidé d’y passer une bonne partie de la journée et avons adoré. Voici donc quelques petites infos pour profiter au maximum de cette journée « retour en enfance ».

 

Le plus vieux parc d’attractions du Japon

Pandas devant l’attraction « House of surprises »

 

Le parc Hanayashiki a été créé en 1853. A l’origine parc botanique, il a évolué au fil des années pour devenir un zoo puis ce parc d’attractions qu’il est devenu aujourd’hui.

 

Certains trouveront les décors un peu kitsch… c’est justement cela qui fait son charme : Une touche désuète et colorée qui fait la part belle à l’enfance et tous ses petits bonheurs.

 

Le ticket d’entrée

 

Les horaires changent un peu tous les jours mais globalement, le parc ouvre de 10h à 18h. Si vous souhaitez tester toutes les attractions, il semble judicieux d’y passer toute la journée mais l’essentiel est de prendre son temps. C’est surtout l’ambiance qui y est particulièrement agréable.

Il faut payer un droit d’entrée (1000¥ par adulte et 500¥ par enfant) puis, à l’intérieur, il faut acheter des tickets pour pouvoir accéder aux différentes attractions.

 

Un carnet de 11 coupons vaut 1000¥ et le carnet illimité de tickets 2300¥ par personne en sachant que chaque manège requiert l’utilisation de 2 à 5 tickets en moyenne. À vous de calculer !

Nous avons pris 2 carnets de 11 tickets et au final, avons pu faire tout ce qui nous intéressait, sachant que pas mal de manèges sont plutôt destinés aux tout-petits.

 

Les attractions

Le « roller coaster »

 

Nous n’avons pas tout testé mais je pense qu’on a quand même pu voir l’essentiel. Ne cherchez surtout pas des sensations à couper le souffle dans ce parc : tout est à l’ancienne et relativement artisanal.

Il y a tout de même quelques attractions vertigineuses (comme le Space Shot qui vous lâche du haut d’une tour, le Disk-O, grand disque rotatif qui fait des va-et-vients sur un rail ou Little star qui tourne autour d’un axe et sur lui-même = j’ai passé mon tour, je ne supporte pas ce genre de « plaisirs ») mais globalement, tout est plutôt doux.

 

Oserez-vous le Little Star ou le Space shot ? (… Personnellement je préfère le bateau)

 

House of surprises : Une attraction à l’ancienne dont je ne dévoilerai pas grand chose car le fun réside surtout dans la surprise de la sensation à l’intérieur (comme je tease !).

Thriller Car : Le train fantôme à l’ancienne aussi. J’avais tellement peur que quelqu’un vienne me chatouiller dans le noir que j’ai hurlé tout le long du parcours mais visiblement, les Japonais n’ont embauché personne pour me faire sursauter.

 

De l’insouciance à la peur, il n’y a qu’un pas !

 

Roller Coaster : Train façon montagnes russes niveau « débutant » faisant le tour du parc : pas de grand frisson mais drôle à faire quand même.

 

Carnival : train façon chenille (que seul mon homme a expérimenté car il nous restait 2 tickets à utiliser et je lui ai cédé la place haha)

Game Plaza : une salle de jeux où nous avons passé pas mal de temps. Ici il faut payer directement sur la machine que l’on souhaite utiliser.

Marteaux frappant des castors surgissant de leur trou, jeu de tambour musical, lancé de ballons de basket : Rien de spectaculaire mais si vous êtes bons publics comme nous, ça risque de vous tenir en haleine un bon moment.

 

 

Il existe d’autres attractions qui sont peut-être réservées à celles et ceux qui parlent japonais (comme une maison hantée et un manoir à fantômes au 2ème étage nécessitant d’un casque audio, visiblement) et le reste est vraiment destiné pour les petits enfants. À vous de choisir !

 

La nourriture de fête foraine

Un bánh bao tout chaud !

 

Les stands de nourriture d’une fête foraine font toujours partie de ces douceurs régressives que l’on aime retrouver.

Au programme de ce parc, les classiques comme les barbapapas, les popcorns, les crêpes mais aussi quelques déclinaisons asiatiques comme les ramen et takoyaki (au food court Kiki et Bakezona). J’ai même trouvé des bánh bao (« nikkuman » en japonais), j’étais ravie !

 

Frites en provenance de Fukushima 😉

 

Il existe un restaurant Furoru à l’étage, célèbre pour ses patates (je n’ai pas eu l’occasion de goûter, vous me direz !). Pas mal de stands disséminés dans le parc, vous ne risquez pas de mourir de faim…. surtout avec ces frites géantes !

 

J’espère que l’article vous aura donné envie de visiter ce parc, un peu caché au milieu de la foule de touristes parcourant Asakusa.

À noter que le point fort de ce parc, c’est aussi sa boutique de souvenirs à la sortie qui regorge de pépites pour les nostalgiques des « Magical girls » comme moi (Creamy, Susy, Emi magique…). Vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenu.e.s !


Ma Tenue

Manteau Munich (acheté à Tokyo)
Col roulé cachemire La Redoute
Pantalon Uniqlo
Baskets Stan Smith Adidas

Boucles d’oreilles Les Partisanes
Montre « La Vedette » Cluse

Page 5 sur 489