Bi-Effect

· Mode, Petites tenues en situation

Cette saison, les vêtements bi-matière se multiplient sur le devant de la scène: manteaux, gilets, vestes… Du mélange cuir-laine surtout et j’avoue que je suis assez fan. D’ailleurs, lorsque j’ai vu cette veste bi-matière, elle m’a fait penser à une veste Maje que j’ai entraperçue dans une vitrine sauf qu’ici le côté bi-matière est renforcé par le côté bicolore. Deux fois plus visible. Et le prix trois fois moins visible. Ça aide quand même.

J’ai également succombé au vernis à ongles Graphite de Chanel. Je cherchais un gris métallisé depuis pas mal de temps et j’ai craqué sur celui-ci, n’en ayant pas vu de semblable chez mon fournisseur fétiche Mavala (Oui, j’ose utiliser Chanel comme roue de secours: l’affront!). J’ai quelque peu hésité sachant que j’avais déjà adopté un Chanel (le jaune Mimosa) cet été et je dois avouer que l’application s’est révélée d’une galère sans nom. C’était mon premier vernis Chanel et ce fut un bizutage légèrement traumatisant. Mis à part la couleur que j’adorais, il fallait passer l’épreuve chronophage des 3 couches pour obtenir la promesse d’une belle couleur citrine, le pinceau archi-difficile à dompter… bref un vrai Koh-Lanta du vernissage des ongles.

Et pour le graphite, ne voulant pas revivre le même traumatisme, j’ai lu quelques expériences à son sujet au préalable et j’avoue qu’il s’applique nettement mieux, 2 couches pour obtenir la couleur métallique, et il va avec tout. Même avec ma veste bicolore bi-matière…Ouf, la vie est bien faite.

This season, two-fabric clothes are multiplying at the front of the stage: coats, cardigans, jackets… Mostly some leather-wool mix and I must admit I’m quite a fan. When I actually saw this two-fabric jacket it made me think of a Maje jacket I had seen in a window, except that here the two-fabric aspect is reinforced by the two-color aspect. Twice as visible. And for a price three-times less visible. That does help.

I also gave in to the Graphite nail polish from Chanel. I had been looking for a metallic grey for quite some time and fell for this one, having not seen anything similar at my favorite vendor Mavala (yes, I dare use Chanel as backup – no offense!). I was a little hesitant at first knowing that I had already adopted a Chanel (the Mimosa yellow) last summer and I have to admit that its use turned out to be a real pain. It was my first Chanel nail polish and a slightly traumatizing hazing. Apart from the color that I loved, I had to go through the 3-layer time-consuming ordeal to get the promise of a nice citrine color, had to deal with the super-hard to tame brush… in short, it was a real Survivor nail polishing experience.

And for the Graphite, since I didn’t want to put up with the same trauma, I first read about some experiences with it and I must say that it’s much easier to use, 2 layers to get the metallic color and it goes with everything. Even with my two-color two-fabric jacket… Phew, life is good. (English translation by LN)

Veste/ jacket By Monshowroom
Chemise / shirt Only
Jeans H&M, bracelet H&M Man
Sac/ bag Balmain
Boots Doddy Jonak
Vernis/ Nailpolish Graphite Chanel

Cutout Boots, le retour

· Mode

Depuis le mois de Juin, je n’ai pas craqué sur les Balenciaga: Pas eu le temps de les essayer en vrai. Un peu peur de m’en lasser vu que ce n’est pas un modèle des plus intemporels… et puis finalement, elles se sont envolées loin de mon esprit… pour revenir aujourd’hui, mutées par ASOS, notre fournisseur officiel. Après un instant d’euphorie en feuilletant (virtuellement) le magazine, me disant qu’il fallait que je guette leur sortie , le soufflé est quelque peu retombé ( si ma vision ne s’est pas altérée depuis ce temps, je crois qu’ elles ne sont pas encore en vente sur le site).

Et plus je les regarde, plus  je trouve qu’il y a quelque chose qui cloche: le côté « gros godillot » des Balenciaga n’est plus présent. Elles épousent d’un peu trop le pied. Le charme des Balenciaga était qu’elles s’affirmaient vraiment pas leur côté massif et ouvert aux quatre vents, elles semblaient dire « Tu m’aimes ou tu me détestes mais en aucun cas tu ne sais pas ». Ici, elles minaudent un peu, ne sont ni laides ni belles. Elles déclenchent une sorte de passion tiédasse : quelle décision prendre? Leur donner une chance? Plus je les regarde et moins je sais…

Since June, I haven’t gotten a chance to try the Balenciaga‘s on irl, which is why I haven’t splurged on them. I was a bit afraid I might get tired of them, since it’s not really a timeless style…and after a while, they ended up leaving my mind … to come back in full force today, as a mutant from Asos, our official supplier. There was a moment of euphoria while (virtually) leafing through the magazine, telling myself I had to watch out for when they would become available. And then reality kicked back in (If my vision hasn’t altered since, I don’t think they’re available on the website yet).

The more I look at them, the more I find them odd : the whole « thick combat boot » effect that the Balenciagas had isn’t there anymore. They’re too shapely. The whole charm of the Balenciaga was that they really asserted themselves with their clumpiness, and the fact that they were open on all sides. They seemed to be saying « You either like me or hate me, but in no way can you be undecided ». Here, they kind of simper, they’re neither ugly nor beautiful. They trigger a sort of lukewarm passion : what decision can I make? Shall I give them a chance? The more I look at them, the less I know … (English translation by Bleu Marine)

Cutout boots ASOS
Crédit photos: Asos Magazine

With or without

· Mode

Avec ou sans pull? Je ne suis pas difficile: les deux me conviennent!… Mais puisque l’hiver approche à pas de loup , il vaudrait mieux que je garde le pull sur mon dos. Je crois même que porter un pull sur une chemise j’avais complètement oublié la pratique depuis les années 90.

D’ailleurs, ma tenue préférée de l’époque, c’était la chemise longue (arrivant sous les fesses, d’une aide précieuse si le prof nous demandait de passer au tableau!… oui, parce que le passe-temps favori des garçons de mon lycée était de donner des notes à nos fesses … mais là au moins, j’étais hors-concours avec ma chemise longue: ni vu ni connu je t’embrouille!) portée sous un pull sans manches (façon pull de Papy à losanges = les plus hardies y ajoutaient parfois une cravate), le tout sur un caleçon (= l’ancêtre franchouillard du legging), caleçon lui-même rentré dans des boots montantes façon randonnée et chaussettes apparentes dégoulinantes. Ah… Souvenirs souvenirs…

With or without sweater? I’m not difficult: both work for me!… But since winter is creeping up, I’d better keep the sweater on my back. I even think I forgot about the practice of wearing a sweater over a shirt since the 90s.

At that time, my favorite outfit was even the long shirt (long enough to cover the butt, which was a precious help when the professor asked to go to the blackboard!… well yes since it was the boys’ favorite hobby to rate our butts… at least with my long shirt I was out of competition: unseen, unknown, I trick you !) worn under a sleeveless pullover (grandpa style with diamond shapes = the boldest among us would sometimes add a tie), the whole worn over a pair of leggings that was itself tucked in ankle boots hiking style with apparent and dripping socks. Ah… Souvenirs souvenirs… (English translation by LN)

Chemise rayée/ striped shirt ASOS
Pull torsades / Cable knit sweater Gérard Darel
Denim shorts Topshop
Collants/ tights Velvet De Luxe 50 Wolford

Page 190 sur 330