3 jours en Catalogne

· Food, Illustration, Voyage

Voilà la raison de mon absence ici fin Septembre : un voyage de 3 jours en Catalogne, invitée par l’office de tourisme de Catalogne et la compagnie aérienne Vueling Airlines.

Certains d’entre vous ont pu suivre mon périple en live sur Instagram : Après cet apéritif, il est temps maintenant de vous raconter tout tout tout en détails ! Sur la carte illustrée ci-dessus, vous pouvez voir la distance parcourue durant ces 3 jours. Allez, c’est parti !

 

Vol Paris-Barcelone avec Vueling Airlines

Très bien entourée… !

 

Mardi matin, lever aux aurores et direction l’aéroport d’Orly pour me rendre à Barcelone afin de rejoindre l’équipe de l’office de tourisme de Catalogne et 3 blogueuses italiennes. Nous étions 3 françaises au total (avec Mademoiselle Stef et Laura Loves Clothes) à partir sur ces terres catalanes. Pendant 3 jours, nous avons suivi un trajet de visite différent, chacune accompagnée d’une blogueuse italienne et d’un membre de l’office de tourisme.

J’allais donc voyager avec Irene notre guide/conductrice de choc, et Marinella, une architecte italienne passionnée de mode, du blog I love Green inspiration. Je ne connaissais ni l’une ni l’autre mais, après avoir échangé quelques mots, j’avais l’intuition que ce voyage allait se dérouler dans une bonne humeur parsemée de petits grains de folie !

Le trajet en avion a été d’une rapidité exemplaire et cerise sur le gâteau, cette photo-souvenir en fin de vol (que j’ai hésité à demander de peur de passer pour une groupie mais… qui ne tente rien n’a rien !) m’a fait découvrir un équipage totalement détendu, sympathique et… osons le dire, canon ! haha !

 

JOUR 1

Shopping à La Roca Village

Arrivées à Barcelone, les présentations étant faites, direction La Roca Village, un endroit équivalent à notre La Vallée Village en France, permettant de trouver des vêtements et accessoires de grandes marques à prix défiant toute concurrence.

Dotée d’un bon cadeau de 200€, j’ai trouvé ça plus drôle de vous faire plaisir en le dépensant avec vous, guidée en direct par vos souhaits et désirs afin de vous faire gagner ce butin par la suite.

Durant cette aventure de l’extrême (les spectateurs de mon live instagram sauront de quoi je parle), j’ai pu découvrir de très bonnes affaires chez Furla et Rituals ainsi que des allées bien agréables pour pouvoir flâner de magasin en magasin.

Bref, un bon plan pour les amateurs(trices) de shopping malin et de qualité.

 

Découverte de Girona (Gérone)

Les maisons sur l’Onyar

 

La mission shopping terminée, place à une découverte plus culturelle avec cette étape à Gérone, ville médiévale mêlant maisons colorées, forteresses romaines, quartier juif et… lieux de tournage de la série Game of Thrones.

Les plus fans reconnaîtront certainement cette cathédrale romane/gothique ci-dessous : Un pèlerinage à Gérone s’impose donc à vous !

La cathédrale

 

La fameuse statue de la lionne

 

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de visiter cette ville-bijou en détail mais si je reviens (la croyance veut que ceux qui embrassent le postérieur de cette statue de lionne (Grippés s’abstenir) auront la chance de revenir à Gérone dans le futur), je compte bien y consacrer davantage de jours.

 

Dîner et nuit à l’hôtel Peralada Wine Spa & Golf

Après 1h de route, nous arrivons à l’hôtel Peralada Wine Spa et golf, situé au coeur de l’Alt Emporada, parfait pour une halte sportive, relaxante et/ou gastronomique. J’ai pu expérimenter la dernière facette de cet hôtel avec gourmandise en expérimentant un dîner accord mets-vins des plus somptueux.

Vous savez que je ne suis pas une spécialiste en matière d’oenologie, faute à mon organisme peu enclin à supporter l’alcool mais ce dîner fut un véritable ravissement pour les papilles.

Tartine de jambon ibérique et crème froide de poires au curry à la coquille St-Jacques

Queue de boeuf au chocolat avec confiture d’oignons de Figueres

 

Mention spéciale à cette queue de boeuf aux allures de dessert puisque cuisinée au… chocolat ! Surprenant mais étonnamment fondant et goûteux : l’association des deux fut une véritable révélation gustative.

Deux desserts pour clôturer le repas, il ne nous restait plus qu’à rouler jusqu’à notre spacieuse chambre, décorée d’une manière élégante, confortable et naturelle : bois, rotin et branches d’olivier en guise de décoration.

De quoi m’inspirer pour mon réaménagement d’appartement.

 

JOUR 2

Petit déjeuner à l’hôtel Peralada wine spa & golf

Après une courte nuit malgré tout moelleuse et réparatrice, place au petit-déjeuner à base de charcuterie catalane et de viennoiseries croustillantes. De quoi être bien préparées pour le programme de cette 2ème journée en Catalogne !

 

Kayak et dégustation de vin à Llançà

En effet, direction Llançà pour une activité mélangeant canoé Kayak et dégustation de vins (pas en même temps, je vous rassure !) chapeautées par les adorables moniteurs de SK Kayak.

Ne connaissant Marinella que depuis un jour à peine, le challenge a été de faire équipe sur le même canoë pour ramer en harmonie sur la Méditerranée. Une période initiale d’adaptation quelque peu maladroite a laissé place à une rapide avancée à coups de rames efficaces, rythmée par des discussions animées au sujet de la mode et de la fashion week.

De quoi me motiver pour cette activité sportive à laquelle je ne suis clairement pas habituée ! Mais au final, j’ai vraiment apprécié la balade sur les flots : le paysage sublime de la Costa Brava y est pour beaucoup également !

 

 

Déjeuner à Celler La Vinyeta

Après cette dépense de calories, nous rejoignons Mollet de Peralada pour la visite de la Cave La Vinyeta. Le domaine a été acquis par Josep et sa femme Marta, qui, avant de nous le faire visiter, nous proposent de manger un morceau… Et quel morceau !

Déjeuner avec vue sur les vignes

 

Charcuterie et fromages catalans, pain à la tomate, huile d’olive locale et dégustation de ses meilleurs crus (toujours avec modération évidemment)…

Josep nous raconte avec passion la création et l’évolution de son entreprise, de ses oliviers centenaires, de ses poules élevées en plein air : Une plongée rafraîchissante et conviviale dans l’univers de la viticulture et de la ferme.

 

Maison-Musée château Dalí Gala (Castell de Púbol)

45 minutes de route plus tard, nous voilà dans le charmant village de Púbol, abritant le château qu’a offert le peintre Salvador Dalí à son épouse et muse Gala.

La guide nous apprend une foule d’anecdotes sur l’artiste au fur et à mesure des déambulations dans les pièces du château :

Cartons d’invitations qu’envoyait Gala à Salvador Dalí pour qu’il lui rende visite

Photos de Dalí et Gala prises dans les années 50

 

Le fait que Gala n’accepte ce « modeste » présent immobilier de son cher et tendre qu’à l’unique condition qu’il vienne lui rendre visite sur invitation : une technique habile pour faire durer la courtoisie (et la flamme !) dans le couple !

Trompe-l’oeils et détails graphiques viennent charmer nos pupilles tout au long de la visite : décidément, tout était prévu pour que Gala soit divertie et se sente parfaitement à l’aise dans cette « maison ».

Statue représentant un éléphant avec des pattes de moustique (Dalí abusait-il des breuvages locaux?)

La voiture Datsun servant au personnel de Dali pour faire les courses (Ce dernier ne voulait pas qu’on utilise sa Cadillac!)

Une des visites que j’ai préférées durant mon séjour, tant au niveau de la forme que du fond.

 

Nuit et dîner à l’hôtel Aigua Blava

Nous filons ensuite directement à Begur, village dans lequel ce trouve notre gîte pour la nuit : le charmant hôtel Aigua Blava.

Après avoir déposé nos valises dans nos chambres respectives, nous voilà à profiter de notre dernier dîner à 3 ! Un repas sous le signe de la rigolade mais aussi de la gourmandise (toujours !).

Croquettes de homard

Tataki de boeuf Black Angus et sauce au foie gras et champignons

 

J’ai trouvé le menu gastronomique moins raffiné que celui de l’hôtel précédent mais cette soirée restera gravée dans ma mémoire grâce aux délicieuses croquettes de homards, au dessert décadent qui nous a valu de gros éclats de rire et cette flambée spectaculaire de crêpes Suzette, le tout dans une atmosphère « vacances » sur la terrasse.

Feuilleté au chocolat et glace à la cacahuète

 

Flambée de crèpes Suzette

 

JOUR 3

Lever de soleil sur Begur

Malgré la fatigue de ces 2 premières journées d’excursion, nous avons réglé le réveil pour pouvoir admirer le lever de soleil à 7h30. Je ne regrette absolument pas.

La vue de ma chambre était clairement magique : moi qui rêvais d’été indien, j’ai réussi à prolonger le plaisir en Catalogne.

Le petit-déjeuner pris sur la terrasse a tout pour plaire, avec encore une fois, un grand choix de viennoiseries et de spécialités locales avec en bonus, la vue sur mer.

 

 

Direction Barcelone : L’enceinte Moderniste de Sant Pau

Pas le temps de traîner ! Nous reprenons la route vers Barcelone, ville que j’ai déjà visitée 2 fois par le passé et que j’ai adorée.

Cependant, jamais je n’ai pensé à visiter l’enceinte moderniste de Sant Pau, située non loin de la Sagrada Familia. Grave lacune car la visite vaut vraiment le détour !

Maquette Vs réalité ?

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, désormais transformée en musée et en centres de recherche scientifique par endroits, cette enceinte était auparavant un hôpital, entièrement dédié au bien-être des patients.

À l’intérieur de cette mini-ville, la visite des différents pavillons est possible, laissant entrevoir une architecture des plus détaillées et des plus impressionnantes.

Un lieu bizarrement assez peu connu qui gagnerait à être visité en priorité lorsque l’on décide de se rendre à Barcelone.

 

Atelier cuisine au BCN Kitchen

Dernière étape de ce voyage en Catalogne : l’atelier de cuisine dans le quartier El Born !

Grâce aux explications du Chef Alvaro Brun, nous avons réalisé une entrée, un plat et un dessert catalans que vous pouvez admirer ci-dessous.

Fèves flambées à la menthe et anis

Coca (chausson) aux légumes grillés, fromage de chèvre & Arroz caldoso (à mi chemin entre une paëlla et un risotto)

Crème catalane

 

Un vrai moment de partage et de convivialité où nous avons pu apprendre quelques astuces (Comment déglacer des fruits de mer ? Dans quel sens couper l’oignon pour ne pas pleurer ?…) : Suite à votre demande lors du live cuisine, je vais essayer de récupérer les recettes pour vous les donner plus tard . Je vous tiendrai au courant !

De gauche à droite : Marinella, moi, Irene, Chef Alvaro, Laura, Alex, Stéphanie, Carlotta et Elodie

 

 ¡ Adiós Catalunya !

Notre voyage en Catalogne se termine donc. Si vous avez réussi à me lire jusqu’ici, félicitations !

En bonus, voici une photo du cockpit prise lors de notre retour en France, à bord du vol Vueling airlines Barcelone-Paris.

En effet, nous avons eu le privilège de pouvoir accéder à la cabine des pilotes quelques minutes avant le décollage. J’ai pu découvrir avec curiosité les coulisses de cet endroit habituellement inaccessible : une vraie chance !

Rendez-vous sur la page de Catalunya experience pour voir la vidéo tournée durant tout notre séjour (cliquez sur « Découvrir ») ! Merci Catalunya Experience et Vueling Airlines !

 

Création de contenu dans le cadre d’un voyage sponsorisé en partenariat avec l’office de tourisme de Catalogne et Vueling Airlines

Women House

· Feel inspired, Mode

Louise Bourgeois « Spider » 1995

 

Vous connaissez mon intérêt pour les musées : marathon des musées, haltes « expo » que je sois à Paris, Londres, New York ou Ubud

Toute forme d’art m’intéresse, avec un plus grand penchant pour l’art contemporain cela dit. Même si je suis toujours loin d’être une experte, j’aime apprendre, réfléchir et m’inspirer auprès de ces œuvres.

Le week-end dernier, je me suis rendue à la Monnaie de Paris pour visiter l’exposition Women House que j’avais découverte sur Instagram et qui me semblait prometteuse tant par son côté visuel que son approche résolument féministe.

 

De l’enfermement et la soumission…

Helena Almeida « Étude pour deux espaces » 1977

 

En effet, cette expo met à l’honneur 40 artistes féminines qui abordent la relation entre la femme et son environnement domestique, endroit qui lui a longtemps été imposé d’office.

L’exposition s’intéresse à ce lien particulier « femme-maison » qui évolue au fil des époques, tantôt synonyme d’enfermement, de soumission, tantôt lieu de création et d’évasion.

Louise Bourgeois « Femme-maison » 1994

 

Penny Slinger « Maison de l’exorcisme » 1977

 

On débute le parcours en 8 parties par une caricature de la femme-ménagère à qui la maison lui sert d’unique territoire de « jeu ». Cette « femme au foyer désespérée » est ainsi montrée du doigt par les œuvres parodiques de Birgitt Jürgessen (et son tablier en forme de cuisinière) entre autres.

Birgit Jürgenssen « Ménagères-tablier de cuisine »1975/2003 & Martha Rosler « Woman with vacuum » (1967-72)

 

 Joana Vasconcelos « Pavillon de thé » 2012

 

J’ai particulièrement aimé ce « Jeu d’échec moderne » de Rachel Whiteread où se déroule une partie palpitante de tournées de linge et de séances de repassage.

Rachel Whiteread « Modern set chess » 2005

 

Heureuse de retrouver la photographe portugaise Helena Almeida (que j’ai découverte au musée du jeu de Paume il y a plus d’un an) avec des clichés plus sombres, teintés de mélancolie et reflétant l’isolement.

 

… à la construction et la créativité

L’exposition change de rythme et d’ambiance à chaque chapitre : c’est ce que j’ai particulièrement apprécié. On découvre des œuvres aux approches et significations différentes à chaque niveau.

Rendez-vous avec celles de Louise Bourgeois, dont sa célèbre araignée (rencontrée au préalable à la Tate Modern de Londres) et avec l’une des fameuses « Nana-maisons » de Niki de Saint Phalle.

Niki de Saint Phalle « Nana-maison II » 1966/1987

 

Laura Tixier « Plaid houses » 2008 et Laurie Simmons « Maison ambulante » 1989

 

Je conseillerais donc cette exposition à tout le monde car on peut l’aborder par différents niveaux de lecture. De plus, le lieu en lui-même vaut le coup d’être visité. Intéressante sur le fond et la forme, « Women house » mérite qu’on s’y attarde.

 

Exposition  » WOMEN HOUSE »
à la Monnaie de Paris
11 Quai de Conti
75006 PARIS

(jusqu’au 28 Janvier 2018)


Ma Tenue

Manteau Sézane (déjà vu ici)
Pull cachemire La Redoute
Jean blanc Uniqlo (déjà vu ici)
Baskets Stan Smith Adidas
Sac Close (déjà vu ici)

Boucles d’oreilles Mango (déjà vues ici)
Collier Minetta Jewellery

Extension de cils « Volume russe » Les cils de Marie (déjà vue ici)
Cire à sourcil en crayon Brow Drama Pomade « Châtain » Maybelline NY
Rouge à lèvres Lip Paint Lacquer « 105 Red fiction » L’Oréal Paris

Goût et santé

· Food, Illustration

« Rouge plaisir » du pâtissier glacier Alain Chartier, Theix (56) (1er prix)

 

Depuis 10 ans, vous connaissez mon amour pour la gastronomie et ma gourmandise légendaire ! Afin de préserver mon bien-être (et ma ligne !), j’essaye cependant de faire davantage attention à ce qui se trouve dans mon assiette et de cuisiner des recettes gourmandes et diététiques (mon penchant naturel pour la nourriture asiatique, plus saine, aide aussi).

J’ai donc été ravie d’avoir été invitée le 23 octobre dernier au Pré Catelan, à l’occasion de la finale du Prix Goût et Santé 2017 de MAAF en partenariat avec le guide Gault & Millau, qui met en lumière les artisans qui auront réussi à allier gastronomie et équilibre nutritionnel dans une recette originale présentée devant un jury de professionnels de la gastronomie et de la santé.

J’ai ainsi pu goûter aux 8 plats finalistes, échanger avec les lauréats (comme vous avez pu le voir sur Instagram si vous m’avez suivie en live) et suis sortie de cet événement avec l’intime conviction que l’on peut rester gourmand en privilégiant des plats équilibrés. La preuve !

 

Des plats gourmands et équilibrés

Rable de lapin (Rex du Poitou) farci aux ecrevisses et à l’oseille de Alain Galerneau, Bessines (79) (2ème prix)

 

Voici quelques atouts de ces plats finalistes qui peuvent nous inspirer pour notre consommation au quotidien (j’ai photographié mes plats préférés parmi les 8) :

Un indice glycémique bas (par le biais d’utilisation de sucres non raffinés ou d’édulcorants naturels) permet une plus faible sécrétion d’insuline, un moindre stockage des triglycérides (graisses) et de prévenir ainsi l’apparition d’un diabète à moyen ou long terme. J’ai d’ailleurs appris que l’on consommait par jour 10 à 20 fois plus de sucre que ce qui nous serait nécessaire : il est donc encore temps d’agir !

La réhabilitation des légumes oubliés comme le panais, dans la recette du sandre de loire A.C.E de Marc Charbonnier et des aliments mal aimés comme la tripe pour le Maki pot au feu tripier du charcutier traiteur Laurent Ody (la texture est évidemment assez particulière, j’avoue).

Sorbet detox orange carotte gingembre du glacier Olivier Menard, Paris (75)

 

-Un apport protéique suffisant que ce soit par l’utilisation de céréales, de poisson, fruits de mer et viandes maigres.

-Un apport modéré en sel en compensant par des épices (cannelle, gingembre…) et herbes aromatiques (oseille…)

-Une action antioxydante de certains ingrédients (gingembre, fruits rouges pour le dessert « Rouge plaisir » de Alain Chartier) pour prévenir des maladies cardio vasculaires.

 

La recette « Prix spécial du jury » de Morgane Béchu

« Pas perdu pour tout le monde » de la pâtissière Morgane Béchu, Angers (49) (Prix spécial du Jury)

 

La pâtissière Morgane Béchu, Prix spécial du jury, a eu l’immense gentillesse de me partager la recette de son délicieux « Pas perdu pour tout le monde » en 3 temps, que je vous dévoile ici.

Le pain de mie à la farine de sarrasin et sucré au miel ainsi que des teneurs en sucre modérées contribuent à un indice glycémique plus bas qu’un dessert traditionnel. Les fruits utilisés ont des vertus antioxydantes bénéfiques sur le système cardio-vasculaire.

La recette (pour 6 petites assiettes) nécessite un robot pâtissier ou le cas échéant un batteur manuel (ça vous fera faire un peu d’exercice physique en plus !).

 

Pain de mie au sarrasin

45g Eau
40g Lait
50g Graines d’avoine
225g Farine T55
25g Farine de sarrasin
4g Sel
10g Miel de tilleul (ou autre)
10 g Mélasse
8g Levure biologique
2 Œufs moyens
65g Beurre

 

• La veille infuser les graines d’avoine dans l’eau et le lait tiède. Réserver dans une petite boîte et laisser à température ambiante.

• À l’aide d’un robot pâtissier (ou batteur), mélanger en 1ère vitesse les farines, le sel, le miel de tilleul, et la mélasse. Ajouter la levure biologique puis le mélange d’eau, de lait et de graines d’avoine.

• Battre 10 min en 1ère vitesse puis 5min en 2ème vitesse. Corner la cuve (=récupérer et rabattre le mélange déposé sur les parois avec une spatule). Ajouter le beurre.

• Battre 10 min en 1ère vitesse. Corner la cuve de nouveau puis battre 7 minutes en 2ème vitesse. Corner et battre la pâte une dernière fois en 3ème vitesse pendant 2min.

• Filmer et laisser reposer la pâte 30 min à température ambiante.

• Rabattre la pâte pour enlever les bulles d’oxygène puis filmer au contact de la pâte.

• Réserver au frigo jusqu’au lendemain.

• Le lendemain façonner le pain de mie, puis le placer dans un moule préalablement beurré.

• Laisser la pâte pointer à température ambiante durant 1h-1h30.

• Dorer la pâte avec un jaune d’oeuf avant la mise au four. Préchauffer le four à 160°C et cuire environ 40-45 min. Vérifier la cuisson du pain de mie en y plantant une lame de couteau.

 

Pommes / poires façon tatin

4 Pommes Fuji du Val de Loire
4 Poires conférences du Val de Loire
60g Sucre
30g Miel de tilleul (ou autre)
10g Beurre

 

• Éplucher les fruits puis les couper en deux. Évider les pommes et les poires puis couper les fruits en quartiers.

• Préparer une plaque de four en y étalant une feuille de papier cuisson sulfurisée. Placer les pommes et les poires sur la plaque.

• Réaliser un caramel avec le sucre. Lorsque le caramel est bien fondu et clair, décuire avec le miel et le beurre hors du feu. Verser le caramel fini sur les fruits.

• Préchauffer le four à 140°C. Lorsque le four est à température, enfourner la plaque de cuisson.

• Cuire les fruits environ 1h en les mélangeant toutes les 20 minutes pour bien les enrober de caramel.

 

Caramel à la fleur de sel au miel
(pour le dressage et lier le tout)

150 g Sucre
60 g Miel de tilleul
190 g Crème
80 g Beurre
1 pincée de Fleur de sel

 

• Réaliser un caramel avec le sucre et ajouter le miel.

• Tiédir la crème liquide. Lorsque le caramel est clair et bien fondu, verser la crème tiède très lentement puis redonner un gros bouillon. Laisser refroidir 10 min au frigo.

• Ajouter ensuite le beurre laissé à température ambiante, ainsi que la Fleur de sel. Mettre en petite boîte avec un couvercle et utiliser pour le dressage.

 

Article réalisé dans le cadre d’une collaboration sponsorisée avec MAAF

Page 3 sur 479